Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

18 décembre 2016

Chronique : Jeux d’ombre – Jeux d’ombre, tome 1 de Mell 2.2

Classé dans : Chroniques,Éditions L'ivre-book,Partenaires — Aurélie @ 14 h 24 min

41nInC9hbRL

Titre : Jeux d’ombre – Jeux d’ombre, tome 1

Auteur : Mell 2.2

Date de sortie : 26 Novembre 2016

Prix : 5,99€ format numérique

Thèmes : Fantastique, monde parallèle

Maison d’édition : L’ivre-book

Note : Abandon

Résumé :

Mellyn est une jeune femme mariée qui écrit pour sortir de sa torpeur quotidienne.
Un jour, Denyss débarque dans son existence, lui apprenant qu’elle a fait l’erreur d’inclure des créatures surnaturelles existantes dans ses romans, son univers va s’en trouver bouleversé.
L’homme aux pouvoirs qu’elle pensait avoir inventé va l’entraîner dans un monde qu’elle ne soupçonnait pas, mais qui lui est pourtant familier. Mellyn devra se présenter devant le Conseil disciplinaire pour répondre de ses actes, et rencontrer le terrible grand maître du peuple des immortels, le drakange.
Mon avis :
Malgré un résumé alléchant, j’ai été assez déçue au final. J’ai lu plus d’un tiers du livre et je n’ai pas pu rentrer dans l’histoire.
Une héroïne trop pleurnicharde avec des blagues et des jeux de mots qui tombent à plat, un héros trop mielleux et sans charisme. Ils ne m’ont pas faite vibrer. Je n’avais pas dépasser les 100 pages qu’ils avaient déjà fini au lit…
Le Fantastique est bien entendu assez présent, La trame est sympa comme tout mais pas assez travaillée à mon sens. Dommage.
L’auteur a voulu insuffler de l’humour en donnant à ses personnages secondaires des prénoms presque ridicules. Appeler Lightman un personnage qui a des pouvoirs de lumière… Sérieux ?
Je ne suis pas allée au bout de ma lecture et n’ai pas accroché au rythme de l’histoire. Je le regrette sincérement vis à vis de l’auteur. Bien entendu ce n’est que mon humble avis personnel et mon ressenti. Je suis certaine qu’elle plaira à nombre d’entre vous, ça n’a juste pas été mon cas.
#Aurélie

11 décembre 2016

Chronique : Pas celle que tu crois de Mhairi McFarlane

Classé dans : Chroniques,Éditions Harlequin,Partenaires — Emilie @ 9 h 50 min

pas-celle-que-tu-crois-812091-264-432

 

 

Titre : Pas celle que tu crois

Auteur : Mhairi McFarlane

Date de sortie : 5 Octobre 2016

Prix : 14,90€ format broché

Maison d’édition : Harlequin

Note : 7.5/10

Résumé :

Lorsque, suite à un énorme malentendu, Edie est surprise en train d’embrasser le marié lors du mariage d’un de ses collègues, elle se laisse condamner sans réagir, incapable de se défendre. Aussitôt mise à l’écart au bureau et par tous ses contacts sur les réseaux sociaux, elle finit par accepter la proposition de son patron : quitter Londres pour la ville de son enfance, Nottingham, afin d’y suivre un acteur en vogue dont elle doit écrire la biographie.
Sauf que, faute de moyens, elle doit s’installer chez son père et cohabiter avec sa sœur excentrique et définitivement insupportable. Comme si ce n’était pas suffisant, la première rencontre avec Elliot Owen, le fameux acteur, est catastrophique. Quand le destin s’acharne à ce point, il ne reste plus que deux possibilités : subir ou réagir. Alors, Edie laissera-t-elle les autres décider à sa place ou bien choisira-t-elle de leur prouver à tous, ainsi qu’à elle-même, qu’elle n’est pas celle qu’ils croient ?

Avis :

L’histoire démarre par un évènement assez rocambolesque. Edie se retrouve invité au mariage de Jack et Charlotte, des collègues de travail. Jusque-là rien d’anormal me dirais-vous? Sauf qu’avec Edie la vie est loin d’être un long fleuve tranquille, en effet Jack et elle sont assez proches, elle a développé des sentiments à son égard. Et au vu des dires de Jack, elle n’aurait jamais pensé qu’il épouserait Charlotte. Le soir du mariage, Jack va se jeter sur elle et l’embrasser, sauf que la mariée va les surprendre. 

Le début de la descente aux enfers pour Edie. 

Le résumé me paraissait des plus prometteur et la couverture très originale. Une belle histoire, mais qui aborde également un sujet d’actualité: le cyber harcèlement. Le jugement des gens, la méchanceté, mais malgré tout l’auteur nous apporte des touches d’humour qui égaye notre lecture.

On se retrouve face à des personnages attachants et intéressants. Les personnages principaux portent l’histoire sur leurs épaules, pendant que les personnages secondaires nous font rire, nous en apprennent un peu plus sur le passé, le caractère, la vie de chacun. 

Malgré tout cela, c’est en demi-teinte que je finis ma lecture. Je me suis retrouvée face à une romance très agréable, malgré que le déroulement ne m’ai pas surprise, des personnages bien travaillés et une bonne plume. Mais le hic pour moi ce fut les longueurs, il y en avait beaucoup trop. Des passages auraient largement pu être évités, alors certes cela aurait raccourci le texte, mais il aurait été moins lourd à lire. 

En bref, si pour moi ce fut une lecture sympa et agréable, je n’ai malheureusement pas pris autant de plaisir que je l’aurais voulu. J’ai aimé lire cette histoire grâce aux personnages, leurs humours, mais les longueurs de texte m’ont vite lassé. Je vous recommande néanmoins ce livre qui m’a tout de même fait passer un moment simple et agréable. 

Merci aux Editions Harlequin pour ce service presse.

#Milie

7 décembre 2016

Chronique : Famous Bastard

Classé dans : Chroniques,Éditions Addictives,Partenaires — #didi @ 9 h 14 min

mon-inconnu-mon-mariage-et-moi-volume-1-de-kate-b-jacobson-1088203745_L

Titre : Famous Bastard

Auteur : Kate B. Jacobson

Maison d’édition : Addictive

Thème : Romance, érotisme,  

Date de sortie : 3 octobre 2016

 Prix : 14,90

Note : 9/10

Résumé :

« Je déteste Las Vegas. Et je déteste les mariages. Et me voilà à Sin City pour assister à celui de ma demi-sœur. Mais le pire, LE PIRE, c’est que ce matin, je me suis retrouvée dans le lit d’un parfait inconnu, mariée à un milliardaire… malgré moi ! »

Alors que Grace Peters est à Las Vegas pour assister au mariage de sa sœur Nikki, vedette d’une émission de télé-réalité, c’est elle qui se retrouve mariée à un certain Caleb Montgomery.

Il est charmant, ce Caleb, il est même carrément canon, et en plus il est très riche, mais se marier, ce n’était pas du tout dans les projets de Grace.

Sa liberté, elle y tient plus que tout. Le hic, c’est que son cher époux, dont elle ne sait rien, ne semble pas décidé à accepter l’annulation de leur mariage… 

Avis :

Dans cette histoire voilà que Grace 21 ans, se réveille un matin, mariée au beau Caled 28 ans, millionnaire et fils du peut-être futur président des États-Unis.

Une soirée un peu trop arrosée, la menée jusqu’à cette situation . Ce qui va embarquer cette jeune fille sage dans un mariage qu’elle n’a pas souhaité et dont elle va devoir tenir le rang pendant plusieurs mois, pour ne pas compromettre la candidature de son beau-père.

Elle qui ne rêve que de liberté et de Safari photo, la voilà la corde au cou. Bon, je vous avoue que j’aimerais bien avoir la même corde, car Caleb est super séduisant, même s’il a son caractère d’avocat sans foi ni loi que Grace ne supporte pas. Elle ne comprend pas que lui, le dirigeant d’un grand cabinet d’avocat, doit défendre malgré lui des criminels.

Avec son beau-père politicien, la voilà dans un monde entouré de menteur, alors notre pauvre Grace n’a pas fini de douter.

Leur couple est très attachant et les personnages autour d’eux ont aussi des personnalités intéressantes. Malgré que le livre fasse presque 500 pages, on ne s’ennuie pas, il n’y a pas de longueur, ce qui est très appréciable et assez rare pour un livre de cet taille.

La fin est bien tournée, il n’y a pas un suspense insoutenable, mais on languit quand même le tome 2 avec impatience, ce qui est très appréciable.

Et je dois avouer que j’ai ris à pas mal de passages, c’est une romance plutôt comique et on ne tombe pas dans le mélodrame. Donc si vous aimez la romance avec une pointe de rigolade Caled et Grace sont fait pour vous.

#DIDI

4 décembre 2016

Chronique : Liberté, Egalité, Sexualité de Marc Lemonier

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine,Partenaires — Aurélie @ 16 h 23 min

liberte-20egalite-20sexualite-20musardine-5808be88b57d5

 

Titre : Liberté, égalité, sexualité 

Révolutions sexuelles en France 1954 – 1986

Auteur : Marc Lemonier

Date de sortie : 20 Octobre 2016

Prix : 22€

Thèmes : Révolution sexuelle française

Maison d’édition : La Musardine

Note : 8/10

Résumé :

Histoire d’O, les nudistes à Saint-Tropez, la minijupe, le magazine pour adultes Lui, le manifeste des 343, la sortie du film Emmanuelle au cinéma, le minitel rose, la légalisation de l’avortement, l’apparition des films X, l’âge d’or de l’érotisme, la pin-up de Stéphane Collaro…
Ah, les temps heureux de la révolution sexuelle !

Liberté, Égalité, Sexualité retrace l’histoire de la sexualité  » à la française « . De 1954 à 1986 s’ouvre une période d’insouciance, de conquêtes et d’exercice de nouvelles libertés, brutalement mises à mal par l’apparition du sida. Depuis, il ne s’agit plus que de défendre ces acquis contre le retour à l’ordre moral et la banalisation. Et plus que jamais, il s’avère utile de rappeler l’importance de ces combats passés.

En une soixantaine de chapitres qui correspondent chacun à une date et à un événement marquants, ce beau livre, composé de récits vivants et documentés, généreusement illustrés d’une iconographie d’époque, iconique et riche dans sa variété, se feuillette comme un magazine.
Voici donc un album souvenirs rétro et vintage pour découvrir ou (re)découvrir, non sans une certaine nostalgie, cette histoire pas si lointaine, ainsi que les hommes et les femmes qui l’ont écrite et auxquels nous devons tous beaucoup.

Mon avis :

J’ai passé un long moment avec ce grand livre coloré dans les mains.

Je l’ai tout d’abord feuilleté aléatoirement, préférant m’attarder sur les sujets et les thèmes qui me plaisaient en priorité. Très franchement, j’ai adoré !

« Liberté, égalité, sexualité » est un recueil de récits parlant de sexe, certes, mais aussi des femmes, de livres, de cinéma… Cela se lit comme un magazine. Il réunit prêt de 60 chapitres mettant en lumière la révolution sexuelle des dames de 1954 à 1986.

Du film « Histoire d’O », qui a déclenché la furie des chastes esprits de l’époque, en passant par les magazines pour adultes, les mini-jupes, la légalisation de l’avortement, la mise en avant des pin-ups et l’apparition du minitel rose…

Vous ne pourrez plus rien ignorer de l’érotisme sous toutes ses formes médiatisés et de la manière dont il a été perçu et vécu au fil des années, ni de la façon dont tout à évolué dans notre société. 

Bien entendu, le livre n’est pas à mettre entre toutes les mains car il contient des photographies, ainsi que des dessins, à caractère érotique et sexuel.

Dans l’ensemble, je le recommande pour passer un agréable moment, le sujet est léger en général pourtant vous toucherez aussi à des sujets plus délicats. Un bel ouvrage utile qui vous ouvrira l’esprit sur une culture bien tabou à l’époque.

En conclusion : le sexe c’est bien, votre corps est à vous et vous en faites ce que vous voulez, mais pensez toujours à vous protéger !

#Aurélie

Chronique : Bad T3 Amour Dangereux de Jay Crownover

Classé dans : Chroniques,Éditions Harlequin,Partenaires — Emilie @ 15 h 15 min

téléchargement

 

Titre : Bad T3 Amour coupable

Auteur : Jay Crownover

Date de sortie : 4 Mai 2016

Prix : 14.90€ format broché

Maison d’édition : Harlequin

Note : 10/10

Résumé : 

Pour Titus King, la vie est en noir et blanc. D’un côté, le bien, de l’autre, le mal. Et Reeve Black, celle que tout The Point déteste, appartient définitivement au côté du mal. Un mal sublime, insidieux, tentateur. Un mal auquel il a déjà été soumis et qu’il a tenu éloigné pour se préserver, bien conscient de son irrésistible attirance. Mais la beauté vénéneuse est de retour en ville. Témoin clé dans l’enquête qui doit permettre d’arrêter le cinglé qui sème des cadavres dans les ruelles, elle est menacée de toutes parts. Alors, Titus va devoir la protéger. Une protection rapprochée qui pourrait bien brouiller la frontière entre la lumière et les ténèbres…

Avis :

coupdecoeur

J’avais vraiment hâte de lire ce tome consacré à Titus. J’avais déjà apprécié ce personnage dans les précédents tomes, je n’avais qu’une hâte c’est de voir ce que cela donne à The Point quand on est du bon côté de la barrière.

Titus est un homme très respectueux de ceux qui l’entourent, honnête, prévenant. Mais il cache tout de même une part de lui assez mystérieuse et on ressent un petit côté sombre qui nous étonne. Eh oui personne n’est parfait. Ici il se battra pour ses sentiments envers Reeves (elle avait fait son retour à la fin du tome précédent en nous faisant quelques révélations juteuses), mais il devra aussi la protéger, car quitter le programme de protection des témoins n’est franchement pas l’idée la plus lumineuse.

Reeves n’a pas froid aux yeux, caractère affirmé, elle sait qu’elle est en danger mais n’en a que faire. Son point faible ce sont ses sentiments envers Titus, elle sent que tout ce qui se passe prend des ampleurs alarmantes et elle redoute la façon dont cela va se terminer. Elle décide donc de passer le temps qu’il lui reste aux côtés de Titus.

Une relation compliquée, impossible. L’amour entre le bien et le mal.

Ce tome est nettement plus sombre que les deux précédents, si jusqu’à maintenant je n’arrivais pas à me décider sur lequel était mon préféré, eh bien c’est chose faite. 

Cet opus à clairement dépasser les autres. On est tenu en haleine du début à la fin, la présence des personnages des précédentes histoires est un réel plus pour moi. Surtout qu’ils ne sont pas là uniquement pour faire de la figuration, ils ont leurs places dans l’histoire. 

La clôture de cette saga ce fait à merveille. Pas un seul moment de repos entre violence, cruauté, peur, amour, amitié. Un florilège de sentiments qui nous frappent en plein cœur et nous fait passer un moment intense. On s’attache à tous les personnages et c’est le cœur lourd que l’on referme après la dernière page. 

Ayant eu l’opportunité de l’avoir en sp numérique via NetGalley je vais dorénavant pouvoir me les procurer en papier et les relire. Je vous conseille cette saga fortement qui vous emmènera dans les tumultes de The Point, mélangeant violent, sexe et amour.

Une découverte merveilleuse où le talent de Jay Crownover nous transporte aux côtés de ces personnages avec une incroyable intensité et un mélange de sentiments parfaits.

Je remercie NetGalley et les Éditions Harlequin pour ce service presse

#Milie

1 décembre 2016

Interview de Lucie Barnasson

Classé dans : Interview,Partenaires — Emilie @ 16 h 57 min

13912480_104992983280993_2393570996443290714_n

 

 

 

Bonjour Lucie, tout d’abord merci d’avoir accepté de répondre à nos questions.

Bonjour et merci d’avoir voulu m’en poser ;)

Parle-nous de toi? Quel est ton parcours?

Et bien j’ai 35 ans, mariée et maman de 2 enfants de 5 et 8 ans. J’ai toujours beaucoup aimé lire et, avec le recul, écrire car je me suis souvenu récemment que j’écrivais pas mal de lettres à ma meilleure amie, au lycée (j’espère qu’elles ne ressortirons jamais !!! )

Je ne me suis mise véritablement à écrire qu’il y a peu, grâce à une idée qui ne m’a pas lâchée.

Quels sont tes passions en dehors de l’écriture?

Mon métier, déjà : je suis coiffeuse et j’adore ce contact avec les gens.

J’aime aussi aller au cinéma, la musique, les séries télé, la lecture (bien sûr), je fais également du vélo (route ou VTT) avec mon mari.

Mais ma plus grande passion reste le Nutella ! Lui et moi c’est une grande histoire d’amour !

Depuis combien de temps écris-tu?

Ça fera deux ans en janvier que j’ai commencé Destinés, qui est ma toute première œuvre.

Quel est ton genre littéraire de prédilection? Envisages-tu d’en essayer d’autres?

J’aime beaucoup écrire du fantastique, mais je me suis essayé à une histoire plus « terre à terre » avec l’ange noir (dispo sur wattpad) et j’aimerais un jour écrire une fantasy.

Concernant Destinés pourquoi avoir fait le cruel choix de priver tes personnages de musiques?

La musique est, pour moi, un élément essentiel dans ma vie. À la maison, ce n’est jamais silencieux, j’aime beaucoup chanter. Cela est dû à ma famille ; quand j’étais petite, on chantait sans cesse avec mes parents.

Priver mes personnages de cette chance était pour moi un défi : peut-on vivre sans musique ?

Es tu plutôt structuré pour écrire ou tu couches les idées quand elle te vienne?

Je suis très brouillon, au grand damne de Sabine (la correctrice) et Flo (mon éditrice). J’écris les idées telles qu’elles arrivent. Tout le tome deux de Destinés n’était pas prévu à l’origine par exemple. Mais avec l’expérience d’une correction intense, je pense être plus structurée à présent.

Comment as-tu réagi quand tu appris que Mots en Flots allait te publié?

Je n’y croyais pas… Je ne l’avais envoyé qu’à Mots en Flots et une autre ME, sans grande conviction. Je ne pensais vraiment pas que mon histoire valait le coup d’être publiée. Au final les deux l’ont voulu mais Mots en Flots a été la plus rapide, et j’en suis très heureuse. J’ai rencontré des gens formidables grâce à elle.

As-tu un moment préféré, un endroit pour écrire?

J’écris principalement le soir, sur mon canapé, devant la télé (les clips), une fois que mes enfants et mon mari sont couchés.

Qui est ton auteur préféré?

Je n’ai droit qu’à une réponse ? Je suis, comme beaucoup de monde, une grande fan de JK Rowling, mais j’aime aussi Stephen King, Rick Riordan, Bernard Werber… et j’en passe !

Quel est le dernier livre que tu as acheté? Le dernier que tu as lu?

Le dernier acheté c’est Lucy et le royaume des morts, de mon collègue Aurélien Levray, le dernier que j’ai lu est l’intégrale 1 du trône de fer.

Es-tu du genre comme nous à avoir une PAL qui déborde?

Une PAL qui déborde c’est peu dire ! J’en ai des tas qui m’attendent, d’autant plus depuis que j’écris car j’ai peu de temps pour lire, et sans compter tous ceux que je vois passer dans mon fil d’actualité qui me font très envie !

Travailles-tu sur un projet autre que ta saga Destinés?

Oui, sur deux en fait : il va falloir que je reprenne L’ange noir, qui revient de béta lecture, et continuer d’écrire une romance fantastique dont je n’ai pas encore trouvé le titre.

J’ai également un projet à (très) long terme, de fantasy, avec mon éditrice.

Confie-nous un secret d’auteur te concernant? (promis ça reste entre nous lol)?

Un secret, qui ne l’est peut-être plus : Destinés n’aurait jamais été publié sans la persévérance de ma meilleure amie Elodie, qui est tombée amoureuse de l’histoire et m’a littéralement harcelée pour que tente la publication. Pour la petite anecdote, je ne l’avais envoyé aux ME que dans le but d’avoir une réponse négative afin qu’elle me fiche la paix (hi hi)

Un dernier mot à ajouter?

Je voulais simplement remercier tous ceux et celles que j’ai rencontré grace à cette magnifique aventure : les lecteurs tout d’abord, qui m’apporte tant d’émotion quand ils me parlent de mon livre, mais aussi toute l’équipe de la ME : Flo, Sabine, Mylène, Maud, Aurélien, Arielle, Sanasan et Leila, avec qui j’adore bosser et aussi tous les auteurs, ou simple anonymes, que j’ai pu connaitre via facebook et dont certains sont devenue de vrais amis.

 Questions de Clarisse

* Êtes-vous plus du genre à prendre du temps bien défini pour écrire, ou dès que l’inspiration vous vient vous attrapez le premier bout de papier sous votre main pour laisser s’exprimer votre créativité ?

Je suis Madame « bout de papier », j’écris sur tout ce qui me passe sous a main. Dernièrement c’était sur ma feuille d’impôt (lol). Mais j’essaie de me soigner grâce à la fonction « notes » de mon téléphone.

* Avez-vous des anecdotes à nous communiquer concernant le premier tome ?

Les lecteurs l’ont peut-être remarqué, mais beaucoup de personnages féminins ont un prénom qui commence par un L, et les masculins par un T : c’est ma façon de mettre un peu (plus) de moi dans l’histoire (par le L) et de ma fille par le T (elle s’appelle Tifène). Mon mari y est aussi grâce à Tristan, qui a beaucoup de lui dans son caractère. Quand à mon fils, il s’appelle Evan et est présent grace au personnage de Sevan.

* Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

Seulement l’idée du monde sans musique qui a fait son chemin. Ça devenait une vraie obsession.

* Quelles ont été vos sources d’inspiration ?

La musique, principalement l’album « Love Lust Faith + dreams » de thirty seconds to mars, et la chanson « Mini World » de Indila (du moins pour le tome 1)

* Si vous étiez une héroïne, laquelle seriez-vous, pourquoi ?

J’aime beaucoup le personnage de Katniss Everdeen, de Hunger Games, parce qu’elle se bat, avant tout, pour sa famille. Elle a ses hauts, ses bas, ses forces, ses faiblesses : elle n’est pas juste la guerrière qui fonce dans le tas sans jamais douter ni avoir peur.

Sinon j’avoue que j’adorerai être Mystic, des XMens, parce que ça doit être trop cool de devenir qui on veut…

Ouais, bon, en fait je veux être Jennifer Lawrence ^^

* Si vous deviez partir sur une île paradisiaque et être coupée de tout, quels sont les trois objets que vous mettriez dans votre valise ?

Je peux dire mon mari et mes enfants ? Non ?

Alors il me faudrait un pot de Nutella, un ordinateur avec plein de livres à lire et de films à regarder (avec une batterie de ouf bien sûr !) et un tube de crème solaire.

* Votre dernier coup de cœur livresque, pourquoi ?

Isaac Cole, de Cynthia Havendean. Son histoire m’a fait passer par toutes les émotions, elle fait passer un très beau message.

* Si vous deviez choisir entre prendre un verre avec le célèbre Brad Pitt ou prendre le petit déjeuner avec Orlando Bloom, avec lequel de ces deux messieurs passeriez-vous un moment ?

Brad Pitt !!! Il est mon premier amour d’adolescente !!! 

29 novembre 2016

Chronique : Empare-toi de mon coeur de Céline Musmeaux

Classé dans : Chroniques,Éditions Nymphalis,Partenaires — Emilie @ 15 h 07 min

15226449_10211396470174097_1968317043_n

 

Titre : Empare-toi de mon cœur

Auteur : Céline Musmeaux

Date de sortie : 15 Décembre 2016

Prix : 15,99€ en broché et 5,99€ en ebook

Maison d’édition : NYMPHALIS

Note : 9/10

 

Résumé : 

Plus les mois passent, plus Charlotte est convaincue que Frank lui plaît et que c’est réciproque. Cependant, la lycéenne est très timide et n’ose pas lui avouer ses sentiments, d’autant plus qu’il a déjà une copine encombrante.

 De ce fait, elle vit un amour secret dans l’espoir d’obtenir à chaque instant un regard ou un sourire de sa part.

 Alors qu’ils rentrent des vacances de Noël, Frank lui laisse encore espérer qu’elle a une chance avec lui. Encouragée par sa meilleure amie, Charlotte prend subitement la décision de se lancer. Elle lui écrit un mot qu’elle dépose ensuite sur son bureau.

 Mais le destin se joue d’elle, ce n’est pas Frank, mais son voisin Ludovic qui reçoit sa déclaration. Ce dernier accepte ses sentiments par erreur et tout va brusquement se compliquer pour la discrète jeune femme. Elle se retrouve forcée de faire bonne figure face à un garçon qu’elle déteste profondément.

 Est-ce un mauvais coup du sort ou une bénédiction ?

 

Avis :

 

Quel plaisir pour moi de retomber dans la lecture de Céline Musmeaux. J’avais déjà adoré Aimé moi! Enfin si tu peux. Et depuis je n’ai pas trouvé le temps de ME replonger dans son univers. C’est donc avec plaisir que j’ai accepté lorsqu’elle m’a proposé de lire ce nouveau roman avant sa sortie. Et je ne le regrette pas, il m’a fait passé un très bon moment.

Je me suis faite avoir à mon propre jeu, j’ai voulu lire les premières pages pour connaître un petit morceau de l’histoire. Oui sauf que une fois commencé je n’ai pas su le lâcher. 

 On se plonge dans un univers d’ado qui m’a rappelé beaucoup de souvenirs. Les premiers sentiments, les premiers baisers, la découverte du sexe, les premiers chagrin. Mais on y retrouve aussi d’autres sujets plus intense, le manque de confiance en soi, la violence. 

Sur fond de belle romance Céline traite également d’autres sujets dit « tabou » que je vous laisserais découvrir par vous-même.

On se replonge avec les sourire dans notre propre adolescence en suivi Charlotte, Ludovic et leurs amis. Au fil de la lecture on se remémore notre propre adolescence et cela fait beaucoup de bien.

À leurs niveaux ces jeunes tient, pleure, aiment, déteste, on les accompagne dans la découverte de la vie et des sentiments.

 Une lecture incroyablement douce et addictives qui vous fera passé un bon moment au coin du feu avec une bonne tasse de thé.

 Merci à Céline Musmeaux pour ce service presse.

 

#Milie

Chronique : Les perles des urgences du sexe

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine,Partenaires — #didi @ 14 h 49 min

les-perles-des-urgences-247x330

Titre : les perles des urgences du sexe

Auteur : Stéphane Rose

Maison d’édition : La Musardine

Notre 9/10

Résumé :

Les gens qui vont aux urgences hospitalières avec un truc coincé dans le derrière (ou pour un problème du même genre), ça existe vraiment ? OUI ! 


Et leur imagination va au-delà de tout ce que vous pourrez imaginer en la matière… Ce livre compile les cas d’urgences classées X des pompiers, médecins de nuit, étudiants en médecine et autres urgentistes hospitaliers.

Vous y trouverez une femme avec un poisson rouge coincé là où il ne fallait pas,

un ivrogne blessé après avoir fait l’amour à un bonhomme de neige,

un prêtre avec une pomme de terre coincée dans une voie qu’il ne croyait pas impénétrable…


et autres cas authentiques tous plus insolites, incroyables et désopilants les uns que les autres

Avis :

Je n’ai qu’une seule chose à dire :  » Wahou ! l’être humain est plein de surprise, c’est le moins que l’on puisse dire. »

Dans ce petit livre, il y a des interviews, des photos ou plutôt des radios, des sources internet, des témoignages… chaque page est différente.

Je pensais que ça allait être très lourd et trop gore, mais j’ai été agréablement surprise et est énormément rigolé.

Je dois tout de même vous avouer qu’il y a quand même des histoires peu ragoûtantes… mais l’auteur pense à nous, et il y a derrière chaque histoire extrême un petit quelque chose pour adoucir le texte, par exemple une photo de chaton. Oui, oui, de chaton…

Ce livre est vraiment barré et je trouve que cela peut faire un cadeau très sympa et humouristique.
A éviter pour votre petite mamie tout de même !

#didi

Chronique : The Ones de Daniel Sweren-Becker

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie,Partenaires — Emilie @ 10 h 46 min

 

1793259130

Titre : The Ones

Auteur: Daniel Sweren-Becker

Date de sortie : 6 Octobre  2016

Prix : 17€ en broché

Maison d’édition : Hugo&Cie collection New Way

Note : 10/10

Résumé :

Cody a toujours été fière d’appartenir aux Ones. Son petit ami, James, et elle font partie du 1% de chanceux sélectionnés à la naissance par le gouvernement pour être modifiés génétiquement. Aujourd’hui, les Ones excellent en tout : ils sont beaux, talentueux, intelligents, sportifs… Mais pour certains, c’est une injustice. Et le mouvement Equality profite allégrement de la jalousie et de la peur montante au sein de la société, pour gagner des voix et imposer son parti. Le gouvernement américain montre alors sa face la plus sombre et les Ones deviennent illégaux. Alors que la frontière entre bien et mal se brouille, Cody rejoint un groupe de radicaux qui ont bien l’intention de préparer la révolte. Et James commence à se demander jusqu’où elle pourrait se battre….

Avis :

coupdecoeur

J’attendais cette dystopie avec beaucoup d’impatience, le facteur ayant joué avec mes nerfs et ceux de Déborah de Hugo Romance, il s’est fait attendre, mais après moultes péripéties il à finit par arriver entre mes mains. Joie dans mon cœur, à ce moment là j’ai tout abandonné pour me plonger dedans. Et je ne le regrette absolument pas.

Pour ceux qui me suivent vous savez que j’affectionne particulièrement la collection New Way et une fois de plus je n’ai clairement pas été déçue. Si vous pensez vous plongez dans une dystopie lambda, je vous arrête tout de suite ce n’est pas le cas.

Ici les personnages sont dès le début pleinement conscient  de leurs différences, tout le monde le sait. Les Ones sont 1% de la population, ils ont été génétiquement modifiés pour atteindre la perfection. Toute la population le sait, ils vivent tous côtes à côtes. Mais un jour tous bascule et les Ones se retrouvent en danger, ils n’auront pas le choix si ils veulent survivre ils vont devoir faire des choix et se battre pour rester ceux qu’ils sont.

Après tous ce n’est pas eux qui ont choisi d’être ce qu’ils sont, alors pourquoi devraient-ils accepter qu’on leurs reproches aujourd’hui cette différence? Mais en même temps pourquoi eux devraient avoir le droit d’être des êtres exceptionnel alors que d’autres se battent pour réussir dans la vie?

Un dilemme intéressant qui sans toutes ces modifications génétiques, n’est pas sans nous rappeler l’éternelle question de notre propre vie? Pourquoi certains ont tout et d’autres n’ont rien?

Le personnage de Cody m’a totalement bluffé, cette jeune femme pleine de ressource n’est pas prête à se laisser abattre, elle veut se défendre coûte que coûte. Face à la menace que représente le groupe radical « Egalité » elle ne supporte pas d’avoir uniquement le choix de disparaitre, elle choisit donc de se battre auprès d’un  groupe radical mené par Kai. Une fille surprenante que j’ai aimé suivre jusqu’a la fin.

James quand à lui m’a profondément agacé. C’est le petit ami de Cody, mais il est malheureusement pris au milieu de tous ça étant un Ones également, avec une famille qui ne dééfend plus leurs causes. Ile ne cesse de faire la girouette et ne sait pas dans quelle position se mettre. J’avais envie de lui crié : mais bordel arrête de te laisser faire, tu ne vois donc pas ce qu’il se passe autour de toi? Mais finalement on se rend compte qu’en fait il est comme beaucoup le serait à sa place, tiraillé entre son amour pour sa famille et son amour pour Cody.

Et il y a Kai, je ne parlerai pas beaucoup de lui, car cette homme reste un mystère. Il se bat pour la cause des Ones, mais ses excès me font peur. Il tente de profiter de Cody, et j’ai peur qu’il ne la garde avec lui uniquement pour l’utiliser, car il ressent sa force de caractère et sa détermination.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette dystopie que je n’ai pas pu lâcher avant la dernière page. Un récit exaltant, bluffant qui nous tient en haleine. Les rebondissements sont inattendus, intenses.

Tout ici est bien travaillé, bien écrit et vous transportera sans conteste dans cet univers qui sera peut-être un jour notre futur. Comme dans toute dystopie digne de ce nom on y retrouve un aspect politique prenant, mais aussi un côté historique se rapportant à la seconde guerre mondiale qui fait froid dans le dos.

En bref pour moi c’est un énorme coup de cœur que je ne peux que vous conseillez. Ce livre est pour moi la meilleure dystopie qu’il m’a été donné de lire. Et j’attends la suite de pied ferme

Merci à Marion et Déborah des Editions Hugo&Cie et la collection New Way pour ce service presse.

#Milie

Chronique : Bad T2 Amour dangereux de Jay Crownover

Classé dans : Chroniques,Éditions Harlequin,NetGalley,Partenaires — Emilie @ 9 h 51 min

 

bad-amour-dangereux-tome-2-9782280352543_0

Titre : Bad T1 Amour dangereux

Auteur: Jay Crownover

Date de sortie : 6 Avril  2016

Prix : 14,90€ en broché

Maison d’édition : Harlequin

Note : 9/10

Résumé :

Il est le pire qui pouvait lui arriver… et le meilleur ?

 

Pour Brysen, l’amour, ce n’est clairement pas au programme. Sa vie est bien trop remplie pour y caser un homme. Car, en plus de ses cours à la fac et de son job de serveuse, il faut aussi qu’elle s’occupe de sa famille qui part à la dérive depuis que sa mère dépressive a décidé de se soigner à la vodka. Non, vraiment, elle n’a pas le temps de s’amuser. Et encore moins de s’amuser avec Race, le frère de sa meilleure amie, dont la simple vue embrase tous ses sens. Elle ne doit surtout pas craquer, d’autant plus que le beau blond est aussi sexy que dangereux, et on murmure dans The Point qu’il est le nouveau roi de la ville… Alors, à chaque fois qu’elle le croise, Brysen met un point d’honneur à être aussi désagréable et méprisante que possible. Mais manifestement, il en faut plus que ça pour décourager Race. Et elle sait pertinemment que, lorsqu’il se décidera à passer à l’attaque, elle ne sera pas de taille à résister.

Avis :

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’après mon coup de cœur pour le premier tome, j’attendais ce second opus avec énormément d’impatience. Harlequin m’avait gentiment offert la trilogie via NetGalley et je l’avais donc dans ma PAL, je me suis donc jetée dessus très peu de temps après le premier.

Race à grandit dans une famille aisée et a eu une vie bien confortable. Après un choix qui va bouleverser sa vie, il ne peut désormais compter que sur Dovie et Bax. Même s’il est à classer dans les mecs sulfureusement dangereux, jouant sans cesse avec le danger et faisant des choix souvent discutable, il n’a pas mauvais fond. Il se retrouve à la tête de l’organisation criminelle, mais aidé de Bax il va s’efforcer de mettre de l’ordre en faisant couler le moins de sang possible.

Brysen est la meilleure amie de Dovie, vivant dans un quartier huppé, elle travaille néanmoins dur pour subvenir au besoin de sa sœur et payer ses factures. Au contact de Race elle trouve la sécurité qu’elle recherche, malgré qu’elle se soit toujours forcée à rester loin de ce genre d’homme.

Une fois de plus Jay Crownover nous offre un récit époustouflant. Elle ne nous épargne en rien et c’est plaisant. Tout y passe, la violence, le sang, le sexe. Un second tome une fois de plus empli de sensation forte, une relation entre Race et Brysen totalement indécente.

Nous sommes accrochés à nos Bad boy et nous avons enfin de vraies héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux. Le récit à deux voix nous fait connaitre plus les personnages et leurs forces de caractère.

Je ne pourrais décemment pas faire une préférence entre ces tomes, ils sont bien différents de par leurs personnages, mais ils se rejoignent sans conteste dans leurs addictions. Une saga qui ne cesse de me surprendre. Malgré un monde ou la violence règne, l’amour trouve sa place pour nous offrir une magnifique histoire avec des personnages qui nous touchent.

J’ai maintenant hâte de voir ce que nous réserve l’auteur avec l’histoire de Titus, qui n’est autre que le frère de Bax , mais surtout officier de police. A mon avis ça n’a pas finit de faire des étincelles.

Merci à NetGalley et aux Editions Harlequin pour ce service presse

#Milie

12345...23
 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes