Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

7 janvier 2017

Chronique : Night Fires, de Nina Marx

Classé dans : Chroniques,Éditions Addictives,Partenaires — Aurélie @ 18 h 23 min

9782371261273_1_75

Titre : Night fires

Auteur : Nina Marx

Date de sortie : 2 Février 2017

Prix : 14,90€ format broché

Thèmes : Danger, romance

Maison d’édition : Addictives

Note : 6,5/10

Résumé :

Invitée ou séquestrée ? Protégée ou captive ? Elsa commence à douter. Ce matin elle s’est fait tirer dessus et n’a dû sa survie qu’à l’intervention d’un magnifique inconnu : Oscar Irvin. Celui-ci lui a proposé de venir se cacher chez lui dans son haras du Kentucky le temps que l’assassin soit arrêté. Mais alors, pourquoi Elsa découvre-t-elle qu’elle n’a pas le droit de sortir de la propriété ? Et pourquoi doit-elle cacher la vérité à son entourage ? Que dissimule véritablement Oscar sous ses airs charmants et protecteurs ? Entre danger et séduction, la vie d’Elsa se retrouve complètement bouleversée !

Mon avis :

Elsa est en dernière année d’études vétérinaires et Oscar est un riche businessman hôtelier.

Leur rencontre, un matin, au haras où travaille la jeune femme n’est pas de tout repos ! Sans compter qu’une voiture débarque soudainement en trombe et qu’Elsa se fait tirer dessus mais s’en sort miraculeusement sans égratignures.

Oscar, car c’est lui qui était visé, décide donc de la prendre sous sa protection et l’a met à l’abri dans son propre haras.

L’histoire s’amorce rapidement et tout s’enchaine très vite sans aucun temps mort. L’action est largement présente (courses poursuites, danger omniprésent) et les scènes d’amour sont vraiment très bien décrites.

Il y a aussi beaucoup de personnages secondaires plus ou moins attachants et qui auraient mérités une écriture plus en profondeur, mais on ne peut pas tout avoir.

Malheureusement pour moi, rien de bien nouveau, même si j’ai passé un bon moment dans l’ensemble ! Il m’a manqué un peu d’humour et la petite étincelle qui fait qu’on n’a pas envie de lâcher le livre. La mise en page et l’écart entre les phrases et certains paragraphes m’a un petit dérangée aussi.

J’ai apprécié que l’héroïne est un métier qui sorte des sentiers battus. Quant à Oscar, il ne m’a pas faite vibrer, c’est bien dommage, je ne suis pas arrivé à le cerner.

Malgré tout, c’est une lecture tout ce qu’il y a de plus sympathique, une romance teintée de suspens policier avec un gros point positif : la fin est une véritable fin !

#Aurélie

4 janvier 2017

Chronique : Kaïsha, tome 2 – L’enfant des quatre mondes, de Elisabeth Camirand

Classé dans : Chroniques,Éditions Ada,Partenaires — Aurélie @ 16 h 17 min

kaisha-t.2--l-enfant-des-quatre-mondes-655464

Titre : Kaïsha, tome 2 – L’enfant des quatre mondes

Auteur : Elisabeth Camirand

Date de sortie : Mai 2015

Prix : 24,75€ format broché

Thèmes : Voyages, tolérance, adolescence

Maison d’édition : Ada Editions

Note : 9/10

Résumé :

Après avoir fui la nation du Désert, Kaïsha, Zuo et Ko-Bu-Tsu voyagent jusqu’à la nordique nation des Montagnes. Malgré le mépris dont elle est la cible, Kaïsha espère pouvoir prévenir leurs dirigeants de la terrible menace que représente le Désert pour le monde. Pour protéger ceux qu’elle aime, l’Enfant des trois mondes parviendra-t-elle à affronter les obstacles dressés devant elle pour suivre le chemin qu’elle s’est dessiné ?

Mon avis :

Quel plaisir de retrouver Kaïsha, Ko-Bu et Zuo !

Tenant ce super pavé entre les mains, j’étais fascinée par la beauté de l’illustration, je m’amusais à deviner à quel moment le trio serait tel qu’il est sur la couverture et pour quelle occasion.

La belle robe de Ko-Bu-Tsu, l’épée de Kaïsha, l’arc de Zuo…

Vous découvrirez cela au fil de la lecture de ce second tome !

A la fin du tome 1, les jeunes gens s’apprêtaient à rejoindre les Montagnes avec le père de Zuo et si possible, les prévenir du danger qui menace toutes les nations en espérant qu’elles s’allient contre l’ennemi.

Après le désert, voilà un nouveau pays fascinant à découvrir, et je peux vous dire qu’il est fabuleux, presque féerique ! Autres mœurs, des personnages attachants, d’autres qu’on va détester…

Et puis surtout les enfants qui deviennent grands ! Prises de conscience, affrontements, rébellion, premier amour sont au rendez-vous.

Et surtout nos trois héros seront rejoints par Nix, mais je vous laisse découvrir ce nouveau personnage étonnant et magnifique !

A nouveau, nous sommes touchés au cœur par cette série qui délivre un message de tolérance, de la peur de l’étranger qui est rarement légitime, mais aussi de l’importance des liens familiaux et amicaux, du fait de toujours s’accrocher et de ne pas laisser tomber.

Dans ce tome, Kaïsha a 15 ans et a bien grandit.

Le petite jeune fille de 13 ans innocente est loin derrière, elle n’existe presque plus. Elle devient peu à peu une jeune femme qui sait ce qu’elle veut et qui ne se décourage jamais, avec, malgré tout, ses faiblesses.

Je vous recommande tellement cette saga, elle rassemble tous les éléments qui font les belles histoires.

Aventure, amitié, humour… Ne passez pas à côté !

De plus, le tome 3 a l’air plein de promesses et de découvertes, j’ai hâte de l’avoir en main !

Je remercie Elisabeth Camirand pour ce service presse.

#Aurélie

3 janvier 2017

Chronique : Amants et ennemis, Tome 2 : La fiancée du Highlander

Classé dans : Chroniques,Éditions Harlequin — Clarisse @ 9 h 30 min

amants-et-ennemis,-tome-2---la-fiancee-du-highlander-841818-264-432

Titre : Amants et ennemis, Tome 2 : La fiancée du Highlander
Auteur : Terri Brisbin
Date de sortie : 1 décembre  2016
Thèmes : Romance historique,Ecosse,Highlands
Prix : 6€95 Format Broché
Maison d’édition : Harlequin, collection les Historiques
Note : 8/10

Résumé :

Celle qui lui était destinée lui est désormais interdite…

Ecosse, XIVe siècle
Lorsque le chef des Mackinstosh lui annonce qu’il doit épouser une Mackay pour assurer l’alliance de leurs deux clans, Rob ne peut retenir un mouvement d’humeur. Bien sûr, il sait que son devoir est de suivre les ordres de son cousin, mais il avait espéré plus qu’un mariage arrangé… Et apparemment sa fiancée aussi. Car, lorsqu’il vient la réclamer chez son père, il découvre que la jeune femme s’est enfuie ! Rob part à sa poursuite, indigné par cet affront qui risque de déclencher une guerre des clans. Mais, quand il retrouve sa fiancée à bout de forces, et transie de peur, dans un village voisin, il sent naître en lui un nouveau devoir : celui de la protéger.

Mon avis :

Eva Mackay est toute chamboulée. Son père, le leader de son clan, a décidé qu’elle devait épouser Rob Mackintosh, un highlander d’un autre clan, afin de conclure une alliance de taille qui serait bonne pour les deux partis si l’un des deux clans devait être en guerre face à un ennemi.

Néanmoins, Eva n’est pas d’accord avec tous ses projets, et elle n’épousera pas cet homme même s’il est diablement beau !
Alors que Rob est sur le point d’arriver pour faire d’elle sa femme, Eva s’enfuit, bien décidée à ne pas l’épouser et à cacher le lourd secret qui la ronge depuis quelques mois.

Ayant bien aimé le premier tome de cette saga, j’étais impatiente de lire cette suite qui met en lumière de nouveaux personnages que j’avais déjà entraperçus précédemment.
En lisant le résumé, je m’attendais à une romance simple et sans prise de tête.
Ce n’est pas du tout ce que j’ai ressenti après avoir dépassé les 100 premières pages.

Je me suis plutôt bien attachée aux protagonistes principaux même si Eva m’a un peu agacée à perdre son temps à mettre des bâtons dans les roues à Rob en ne lui avouant pas ce qu’elle cachait. Il a fallu qu’il use de son charme et de son caractère pour qu’enfin elle lâche le morceau.
Quant à Rob, ce beau ténébreux est très alléchant ! Heureusement qu’il a vite développé des sentiments d’abord protecteurs envers Eva car parfois il fallait la suivre.
En dehors d’eux, j’ai apprécié retrouver Brodie et Arabella, avoir de leurs nouvelles.
J’ai bien aimé retrouver la plume de Terri Brisbin, elle et ses grands écossais m’ont une nouvelle fois fait voyager au XIV siècle au travers d’une intrigue bien ficelée où amour, histoire et humour dégoulinent sur les pages.

Ce roman n’est pas une grande révélation mais il se lit bien. Certes, il y a certaines parties qui sont du déjà vu mais ce livre est une bonne pause entre deux lectures plus lourdes.  « Amants et ennemis » combleront vos attentes si vous recherchez une saga pleine d’aventure et de romance.

Merci aux éditions Harlequin pour ce service presse.

#C

2 janvier 2017

Chronique : The Korsican

Classé dans : Chroniques,Éditions Anyway — Clarisse @ 14 h 40 min

the-korsican-765015-264-432

Titre : The Korsican
Auteur : Alexandra Lanoix
Date de sortie : 20 octobre 2016
Thèmes : Romance, Tueuse à gages
Prix : 15€90 Format Broché
Maison d’édition : Anyway Editions
Note : 9/10

Résumé :

Kali, tueuse à gage impitoyable et sans émotions, travaille pour l’une des plus grandes organisations de malfaiteurs des Etats-Unis. Violée et laissée pour morte quand elle avait 16 ans, elle n’a qu’un seul but, retrouver ses agresseurs et se venger. Malgré son manque d’empathie envers les autres, elle fera la rencontre d’un Escort Boy du nom de Joseph qui bouleversera le cours de sa vie et de son cœur. Est-ce que l’amour peut vous rendre meilleur et vous faire retrouver le chemin de la rédemption ?

Mon avis :

Kali « c’est sous ce nom qu’on la connait », 35 ans est une tueuse à gage, je dirais même plus, extrêmement douée, elle est la meilleure dans tous les domaines qui touchent le meurtre. En effet, dénuée de toute émotion et aimant le travail bien fait, la jeune femme ne loupe jamais sa cible. Qu’importe la dureté de son contrat, la croix qui est dessinée dans le dos de sa future victime se retrouvera vite perforée d’une de ses lames ou d’une de ses balles venant de son petit arsenal privé.

Toutefois, rien ne la prédestinait à cette existence sordide. C’est à l’âge de 16 ans que sa vie fut anéantie par deux enflures : violée, tabassée et laissée pour morte après que ces deux hommes eurent profité de son innocence. C’est grâce à Franck, un être peu recommandable, qu’elle réussit à survivre. En la prenant sous son aile pour la briser puis la remodeler lors d’un entrainement horrible, il fit d’elle une tueuse sanguinaire, insensible, acharnée qui utilise des escort boys comme distraction lors de ses temps morts entre deux missions.

Un soir, alors qu’elle avait commandé l’un de ces messieurs pour remplir ses besoins sexuels, c’est le jeune Joseph qui lui fut envoyé par l’agence. Doux et pipelette, celui-ci va créer une faille dans la carapace en fer forgé de Kali. Il lui procurera de troublantes émotions. Et si Joseph était son véritable salut ?

Avec une couverture qui colle à son histoire,  je qualifierais ce roman d’excellent, il a surpassé tout ce à quoi je m’attendais.

L’auteur m’a dès le début embarquée dans cette vie peu commune qu’est celle de Kali, notre unique narrateur. On vit au travers de ses paroles. D’abord, elle nous explique son effroyable transformation en arme de guerre. Les scènes que nous évoque Kali m’ont donné des frissons, j’en tremblais de peur. Franck est inhumain, je le déteste, je ne comprends pas que l’on puisse infliger autant de souffrance à une personne juste pour en faire ce que l’on veut d’elle.

Après la découverte de sa renaissance, nous suivons Kali dans ses prises de risques au quotidien pour tuer ceux qu’on lui disait. N’éprouvant aucune émotion, le meurtre est pour elle une chose simple. Cette fois j’avais l’impression d’être dans un film d’action, les descriptions sont tellement réalistes, je n’ai pas eu un instant le temps de respirer car tout s’enchaîne très vite. C’est bien travaillé, on n’a pas le temps de s’ennuyer, on crapahute avec notre tueuse.

Pour le côté «  romance » (car oui nous sommes en plein dans une Dark Romance, un style que j’ai découvert il y a peu de temps et qui je dois l’avouer a un certain charme), honnêtement, je n’y croyais pas totalement, surtout à la première rencontre de Kali et Joseph qui s’était terminée froidement.
L’auteur a su intégrer l’amour dans la vie trépidante de son héroïne qui au début n’avait plus le moindre ressenti, elle était creuse à ce niveau. C’est au fil de leurs échanges que j’ai vu Kali changer, Joseph ne la laisse plus indifférente, elle est moins glaciale…

La seule remarque négative que je ferais sur The Korsican est sa fin démoniaque. Je l’avais pressenti aux dix dernières pages, je me doutais que l’auteur n’allait pas conclure son roman par un Happy End. Cette fin est affreuse, je sentais les larmes monter à mesure que je m’en approchais.

En bref,

Alexandra Lanoix a su capter dès les premières lignes mon attention en m’embarquant dans cette Dark romance bourrée d’action. Je savais de quoi elle était capable en tant qu’écrivain en ayant lu « L’amour en G ». Je dois dire qu’elle m’a bluffée, je ne m’attendais pas à accrocher aussi rapidement et facilement à son nouveau livre. Ce roman est un vrai régal et j’ai pris énormément de plaisir à le lire.

Merci aux éditions Anyway pour ce service presse.

#C

30 décembre 2016

Chronique : Du bout des doigts de Alexandra Gonzalez

Classé dans : Auto-Edition,Chroniques — Emilie @ 16 h 14 min

du-bout-des-doigts-860093-264-432

 

 

Titre : Du bout des doigts

Auteur : Alexandra Gonzalez

Date de sortie : 24 Novembre 2016  

Prix : 4.99€ en ebook

Maison d’édition : Auto-Edité

Note : 7/10

Résumé :

Depuis l’accident qui a causé la mort de sa petite amie, Logan passe de fille en fille avec désinvolture. Mais sa vie bascule le jour où il rencontre deux femmes. L’une ressemble à l’ancien amour de sa vie et l’autre excelle dans l’art de vie qu’il s’est lui-même imposé depuis ce drame. Flirtant entre légèreté et immoralité, sur un fond de menace, traîtrise et vengeance, Logan devra choisir.
Entre Cœur et raison, lui sera-t-il accordé d’effleurer l’amour et le bonheur du bout des doigts ?

Mon Avis :

Les seuls livres d’Alexandra Gonzalez que j’ai lu sont le tome 1 et 2 de Remember. Ils avaient été un gros coup de cœur, je me suis donc plongé les yeux fermés dans « Du bout des doigts ». 

Mais malheureusement ce fut pour moi une lecture en demi-teinte. 

J’ai rencontré Logan, un homme séduisant, meurtri par le décès de sa petite amie deux ans plus tôt. Il se complaît à enchaîner les relations sans lendemains, ne pouvant pas oublier ses sentiments pour Abby. Lors de son road-trip il va trouver un job de saisonnier dans un bar. La rencontre avec Marley, la patronne, ainsi que Sarah et Kandy, les serveuses, va faire prendre un tournant à sa vie.

L’histoire de Logan est effectivement touchante et tragique. Elle m’a émue, mais cela c’est malheureusement arrêté là pour moi. Je me suis retrouvée dans une romance mignonne, avec un personnage qui ne sait pas très bien ce qu’il fait et qui m’a souvent agacé. 

Je n’ai malheureusement pas spécialement accroché à l’intrigue, mon moment préféré se situe dans le dernier quart du livre où il se passe un peu plus d’action, mais là encore j’ai trouvé dommage que cela aille aussi vite. 

J’ai malgré tout retrouvé avec bonheur la plume d’Alexandra qui est toujours aussi belle et fluide, mais ici même si j’ai passé un bon moment de lecture, il m’a manqué la petite étincelle, le petit plus qui m’aurait permis de savourer cette histoire.

Alors, certes c’est une belle histoire avec son lot de sentiments et de rebondissements, mais pour moi c’est là que cela ne colle pas. Le côté romance et le côté « suspens » on eut du mal à fonctionné pour moi, je n’ai pas réussi à apprécier le mélange qu’il en a découlé.

En bref j’ai passé un moment agréable, j’apprécie toujours autant la plume d’Alexandra Gonzalez mais malheureusement ce livre ne m’a pas transporté 

Merci à l’auteur Alexandra Gonzalez pour ce service presse

#Milie

29 décembre 2016

Chronique : Le début de la fin, tome 1 – Destinée inconnue

Classé dans : Auto-Edition,Chroniques,Partenaires — Aurélie @ 14 h 16 min

destinee-inconnue-678460

 

Titre : Le début de la fin, tome 1 – Destinée inconnue

Auteur : Ellen Vaillancourt

Date de sortie : 28 Novembre 2014

Prix : 15,05€ format broché

Thèmes : Fantastique, famille, amitié, recherche identitaire

Maison d’édition : Auto-édition

Note : 8/10

Résumé 

Je suis Tia et j’ai 17 ans. Je voudrais tellement être une fille ordinaire, mais ma famille en a décidé autrement. J’ai récemment découvert ma véritable identité et comme si ce n’était pas assez, ma vraie raison d’être. Jusqu’à mon 17ième anniversaire, ma vie était un mensonge monté de toute pièce. Je pensais être humaine et enfant unique… mais non ! Je n’y étais pas du tout !

Mon avis

Tia est au lycée, vit seule avec sa maman et toutes les deux sont très proches de sa grand-mère. Malgré une vie banale en apparence, elle ne l’est pas, loin de là !

Ses trois meilleurs amis, Maya, Katy et Jack sont respectivement Fée, Loup-garou et sorcier !

Elle-même est humaine.

Enfin, c’est ce qu’elle a toujours cru ! Car le jour de ses 17 ans un gros pan de son passé lui est révélé et c’est son existence toute entière qui bascule…

Ce premier tome n’est pas très long et se lit rapidement.

On va de découvertes en révélations, de combats au corps à corps au cours de Magie !

Les créatures surnaturelles vivent ensemble au contact des humains bien qu’en groupe. Ils n’ont pas le droit d’avoir d’enfant avec une race différente.

Une belle découverte pour ce premier tome assez original de la saga « Le début de la fin » de Ellen Vaillancourt, auteure québécoise ! Petite précision linguistique car ça joue aussi sur le vocabulaire de nos héros mais franchement ça ne m’a pas du tout poser de problème, on s’y fait très vite.

J’ai adoré suivre l’épopée de Tia et de tout son petit monde.

Je pense qu’une aventure merveilleuse les attends et qu’ils vont beaucoup évoluer et mûrir au fil du temps. J’attends aussi de voir si tous ces ados vont continuer à rester unis ou s’ils vont s’éparpiller et s’affronter d’une manière ou d’une autre. Leurs ennemis me semblent bien nombreux et mystérieux, je soupçonne une bataille finale impressionnante !


Hâte de lire la suite, trois autres tomes m’attendent pour les prochains mois !

#Aurélie

23 décembre 2016

Chronique : Lucy et le royaume des morts de Aurélien Levray

Classé dans : Chroniques,Éditions Mots en Flots,Partenaires — Aurélie @ 15 h 30 min

670b52_daf765f6cf614adbbac51874f476a042~mv2

 

Titre : Lucy et le royaume des morts

Auteur : Aurélien Levray

Date de sortie : 31 Octobre 2016

Prix : 15€

Thèmes : Jeunesse, Fantastique, Aventure

Maison d’édition : Mots en flots

Note : 8/10

Résumé :

La silhouette se rapprochait lentement. À chaque pas, son image nous apparaissait un peu plus nette. Il s’agissait d’un personnage mesurant pas loin de deux mètres, vêtu d’une cape noire dont la capuche masquait la totalité du visage. Il avait une démarche incertaine, voire chancelante, un peu comme s’il n’avait plus marché depuis des lustres et redécouvrait peu à peu d’anciens automatismes.

Soudain, la lune perça à travers le feuillage dense au-dessus de nos têtes et vint éclairer notre visiteur imprévu. Nous fîmes tous les trois un fantastique bond en arrière, trop terrifiés pour même parvenir à hurler de peur. Les rayons venaient de nous dévoiler un visage creusé, sale et entièrement dépourvu de chair.

Devant nous, se tenait un authentique squelette.

Mon avis :

Le résumé est flou et plutôt intrigant, n’est-ce pas ? Personnellement, dans ce cas-là je me fis à la couverture (magnifique illustration de Leila Bouslama – Chez CLM), et à mon instinct (parfois défaillant).

Mais je n’ai pas été déçue ! Ouf !

Je vais donc vous donner mon petit résumé personnel. 

Lucy est une jeune anglaise de 12 ans élevée par sa grand-mère suite à la disparition de ses parents quand elle était toute petite.

Elle a deux meilleurs amis, Brittany et Randall.

Sur la route du collège, elle se prend à emprunter un étrange passage longeant un cimetière un peu bizarre où flotte une étrange ambiance. Elle y passera à plusieurs reprises, seule, puis avec ses amis.

Le soir d’Halloween, tous les trois décident de piéger le groupe de pimbêches de leur classe en leur faisant croire qu’une fête aura lieu là-bas. Mais ce soir-là, rien ne va se passer comme prévu et ils feront la connaissance d’un squelette incroyablement poli nommé Casey, qui va leur ouvrir la porte d’un monde incroyable…

Pour des ados de 12 ans, la tentation est irrésistible. Pourtant de grands mystères et des dangers les attendent de l’autre-côté s’ils ne repassent pas le passage en temps et en heure…

Lucy et le royaume des morts est un roman clairement Jeunesse, les héros sont jeunes, fonceurs et chacun a son petit caractère. Ils sont inséparables, s’entendent bien, se cherchent un peu…

Une bouffée d’air frais.

Au début, les enfants sont au collège dans leur petite ville puis découvrant le fameux passage mystérieux, ce qui met un peu de piment dans leurs vies. Mais le soir d’Halloween tout bascule et ils plongent dans un monde incroyable !

J’ai ouvert des yeux émerveillés en même temps qu’eux ! Leur arrivée « là-bas » et les noms utilisés m’ont fait penser au moment où Harry Potter se retrouve dans le Chemin de Traverse pour la première fois. Leur déambulation dans le coin, leurs rencontres ouvraient déjà des possibilités immenses dans la suite de leur aventure…

En bref, je me suis éclatée, la lecture est fluide, il n’y a pas de temps mort (peut-être un peu au début quand le trio va régulièrement au Passage) et une fois qu’ils entament leur épopée, accrochez-vous, des surprises vous attendent tout le long de leur route !

De mon côté, je vais me faire un plaisir de le faire lire à mes petites cousines, dont l’une s’appelle Lucie, ça ne s’invente pas ! Il est adapté pour les plus de 10 ans, mais aussi pour les grands adultes aux âmes d’enfants comme moi, et pourquoi pas vous !

Je remercie les éditions Mots en flots pour ce service presse.

#Aurélie

22 décembre 2016

Chronique : Personne n’en saura rien de Sylvie Granotier

Classé dans : Chroniques,Éditions Le Livre de Poche,Partenaires — Emilie @ 16 h 41 min

personne-n-en-saura-rien-842806-264-432

 

Titre : Personne n’en saura rien

Auteur : Sylvie Granotier

Date de sortie : 9 novembre 2016

Prix : 7.10€ Format Poche

Maison d’édition : Livre de Poche

Note : 8.5/10

Résumé:

Mélusine, Jeanne, Irène… Aucune n’est ressortie vivante de l’arrière de cette camionnette qui sillonnait les côtes françaises. L’assassin n’a jamais été inquiété. Isabelle a seize ans quand elle croise sa route. Elle est prête à tout pour survivre.
Aujourd’hui, elle est seule à savoir qui se cache derrière ce gros type solitaire jugé pour viol sur mineure. Pourtant elle se tait et c’est lui qui a peur. La victime est-elle bien celle que l’on croit ?

Avis :

Nous sommes en plein été 2005, en Normandie, Mélusine jeune fille de 15 ans se balade à vélo. Malheureusement elle croise la mauvaise personne, Jean Chardin, et elle disparaît. 

Cet homme a fait beaucoup de victimes, aucune ne s’en ai sorti, sauf une: Isabelle. 

Tout au long du récit nous allons alterner entre flashback, qui relate chacune des agressions, et le déroulement du procès. Un processus ici très percutant, qui rend la lecture encore plus intense en émotions. On a l’impression de ne pas être uniquement lecteur, mais aussi spectateurs du procès, plongé dans la salle d’audience à vivre chaque secondes, chaque événement, avec une incroyable intensité. Même si on connaît dès la quatrième de couverture le coupable, il y a néanmoins des retournements auxquels on ne s’attend pas avec Isabelle qui fera tout pour le mettre hors d’état de nuire définitivement.

J’ai apprécié la plume qui se veut fluide et neutre par rapport au sujet assez délicat qu’elle aborde. 

En bref ce fut donc pour moi une bonne lecture, malgré un thème assez difficile. Les émotions étaient présentes, je ne pense pas que l’on puisse le qualifier de roman policier, car au final le coupable ayant reconnu les faits, on ne fait pas face à une enquête, mais je le placerais plutôt du côté des romans psychologiques.

 

Merci aux Editions Livre de Poche pour ce service presse 

#Milie 

 

20 décembre 2016

Chronique : Le pic à glace

Classé dans : Chroniques,Editions L'Archipel — Clarisse @ 18 h 41 min

51u1k81fkmL._SX195_

Titre : Le pic à glace
Auteurs : Philippe Candeloro & Serge Filippini
Date de sortie : 16 novembre 2016
Thèmes : roman policier, sport, collaboration
Prix : 18€ Format Broché
Maison d’édition : L’Archipel
Note : 6,5/10

Résumé :

L’Eispickel, un hôtel isolé au milieu des montagnes suisses, non loin de Davos. Dehors, une violente tempête. Ici, on a l’habitude des intempéries. Ce qui est plus rare, c’est de découvrir un corps dans la neige, au pied des télécabines, le crâne défoncé par un piolet.

À plus forte raison si ce crâne est celui de Gustave Leroy, le patron du patinage français.
Commis en plein congrès de la Fédération mondiale, réunie à huis clos pour élire son nouveau président, ce crime secoue le petit monde très fermé des sports de glace.
Car Leroy visait le poste. Qui gênait-il ? Que savait-il ?

En attendant la police, Lorena, responsable de la sécurité, mène l’enquête. Elle sait que la victime était haïe du milieu. Ses soupçons s’orientent aussitôt vers Norton, ex-star du patin, lui aussi en lice pour la présidence. Et son amant, accessoirement. Mais le protecteur de Lorena, l’omnipotent Pharaon, candidat à sa propre succession, est-il bien hors de cause ?

À l’Eispickel, le soir du crime, des langues se délient. Des rumeurs refont surface.
Décidément, l’univers du patinage
international a peu à voir avec le strass et les paillettes d’Holiday on Ice. Ses méthodes feraient plutôt penser à la mafia. Avec ses figures imposées. Et surtout ses
programmes libres…

Mon avis :

L’Eispickel, un hôtel au beau milieu des montagnes suisses, est mis sens dessus dessous. En plus du congrès de la Fédération mondiale du patinage où se déroulera l’élection de son nouveau président, il y aura aussi un homicide assez sordide.

En effet, Lorena, la responsable de la sécurité de l’établissement, vient d’assister au meurtre d’un des prétendants au poste de dirigeant de la fédération. Le célèbre Gustave Leroy s’est fait défoncer le crâne à coups de pic à glace.

Choquée mais prête à mettre la main sur le coupable, Lorena décide de mener sa propre enquête en attendant l’arrivée de la police qui se retrouve bloquée loin des lieux du crime à cause de la tempête de neige.

La jeune femme sait que ses recherches ne seront pas des plus simples : la victime ne s’est pas fait beaucoup d’amis tout au long de sa carrière, et plus le temps passe, plus la liste des suspects ne fait qu’augmenter. Néanmoins, le meurtrier est plus près que ce qu’on aurait pu penser.

D’abord intriguée par sa couverture glaciale et son résumé percutant, j’ai jeté mon dévolu sur ce roman dès qu’on me l’a proposé en service presse. À sa réception, j’étais très impatiente de savoir si Philippe Candeloro, aidé de Serge Filippini, serait aussi doué pour l’écriture qu’il l’est sur la glace.
Je dois dire que je termine ma lecture avec un avis mitigé.

Ce roman possède des points positifs. Et un gros point négatif qui m’a parfois déboussolée.

Commençons par le moins bon.
J’ai eu un mal fou à supporter tous ces allers/retours dans le temps. Les auteurs sont continuellement en train de nous faire changer d’époque.
À chaque nouveau chapitre, je ne savais pas si j’étais bien au présent après le crime à suivre les investigations de Lorena, ou si je repartais en arrière pour en apprendre plus sur la victime et « son entourage ».
Je trouve que cela fait perdre trop facilement le fil conducteur de l’histoire au lecteur. Il m’a fallu persister pour relier tous les points de vue des personnages principaux ou secondaires, pour démêler les indices, les pourquoi ils auraient pu être le tueur et quelles étaient à tous leurs motivations.

Ensuite, les points positifs. L’enquête est bien menée par Loretta, ce n’est pas son métier et pourtant elle est très professionnelle. Son personnage est bien développé, j’ai très vite voulu en savoir plus comme elle sur les circonstances du drame.
Au niveau de l’intrigue policière, je la trouve bien montée, je ne m’attendais pas à ce que ce soit telle personne l’assassin, j’en étais sidérée. J’avais un peu des doutes sur une personne mais c’était dur d’être vraiment certaine car les auteurs brouillent très bien les pistes en nous proposant bon nombre de suspects qui auraient pu passer à l’acte aussi.
L’autre point positif, c’est l’univers du patinage qui est ma foi très bien représenté. Comme dans tout sport, rien n’est tout blanc ou tout noir, ici ne vous fiez pas aux paillettes ou aux faux sourires. Oh non, vous comprendrez que l’histoire nous laissera entrevoir les vraies règles de cette discipline drastique.

En bref, j’ai bien aimé suivre Lorena dans sa quête de vérité, elle est courageuse de se lancer tête la première dans ce nid de vipères.
L’écriture du roman à quatre mains est assez bien, je n’ai que pour seul reproche ces retours dans le temps beaucoup trop nombreux.

Merci aux éditions L’Archipel pour ce service presse.

#C

18 décembre 2016

Chronique : Mon ex, sa copine, mon faux mec et moi de Juliette Bonte

Classé dans : Chroniques,Éditions Harlequin,NetGalley,Partenaires — Aurélie @ 14 h 45 min

518np7cDftL

Titre : Mon ex, sa copine, mon faux mec et moi

Auteur : Juliette Bonte

Date de sortie : 16 Novembre 2016

Prix : 4,99€ format numérique

Thèmes : Quiproquos, Montagne, voyage

Maison d’édition : Harlequin  collection HQN

Note : 9/10

Résumé :

Chloé Martin est la « pire conseillère en voyages du monde ». Gaffeuse et malchanceuse chronique, elle reste cependant une optimiste invétérée. Pourtant, lorsque son patron lui « offre » un séjour professionnel en Savoie, les choses ne s’annoncent pas sous les meilleurs auspices : hôtel miteux, verglas, et surtout rencontre avec son ex qui lui annonce qu’il est fiancé à la bombe atomique avec qui il l’a trompée. Pour ne rien arranger, Chloé est désormais complètement dépendante du bon vouloir du passager avec qui elle a failli se battre dans le train, Nick, qui a ensuite eu la gentillesse – ou la cruauté ? – de la sortir d’une situation très gênante avec son ex en se faisant passer pour son compagnon. En théorie, ce séjour commence donc plutôt mal. Mais en pratique, lorsque, comme Chloé, on sait voir le verre (de bière) à moitié plein, l’horizon finit toujours par se dégager. Et il se pourrait même que l’amour fasse partie du voyage.

Mon avis :

Chloé travaille dans une agence de voyage. Elle vit en colocation avec Lili, sa meilleure amie et c’est une jeune femme de 26 ans très maladroite mais surtout une véritable Miss Catastrophe ambulante ! Un aimant à poisse, un chat noir…

Cette année, son chef l’envoie faire des repérages pour un hôtel en Savoie et y tester également les activités sur place.

Elle qui rêvait de plages paradisiaques, c’est fichu pour cette fois ! Et rien ne va se passer comme prévu, ça aurait été trop beau !

Tout d’abord, un inconnu hautain (mais à tomber) lui a pris sa place dans le train, ensuite son hôtel est un bouge et elle se retrouve dans un cours pour ados en voulant apprendre à skier… Mais surtout ! Elle croise la route de son ex, Valentin avec sa fiancée Emilie, pour qui il l’a quitté quelques années auparavant. Voulant garder la face, elle s’invente un petit ami avant de se rentre compte trop tard que la situation va forcément dégénérer ! Pourtant, c’est sans compter Nick, son inconnu du train, qui va lui sauver la mise, ce qui va déclencher une série d’événements aussi cocasses que douloureux !

Cette lecture est une sucrerie de Noël à déguster sans modération ! Les personnages sont hyper attachants, j’ai beaucoup ri ! Il y a de l’action, des situations improbables et j’ai adoré Chloé ! La pauvre, quand même…

C’est donc avec plaisir que je vous recommande ce livre, parfait pour ce temps de fêtes !

(Vous n’entendez pas les petits carillons de Noël ? ;) )

#Aurélie

12345...50
 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes