Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

29 janvier 2017

Chronique : Le tombeau d’acier de Bear Grylls

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie,Partenaires — Emilie @ 18 h 13 min

téléchargement (2)

 

Titre : Le tombeau d’acier

Auteur : Bear Grylls

Date de sortie : 4 Mai 2016

Prix : 19.95€ format broché

Maison d’édition : Hugo Thriller – Hugo&Cie

Note : 8.5/10

 

Résumé :

Une femme et son fils enlevés dans les montagnes galloises. 
 Un homme torturé et exécuté sur la lande écossaise. 
 Un avion perdu et sa mystérieuse cargaison découverts au coeur de la jungle amazonienne. 
 Une conspiration terrifiante héritée des heures les plus sombres de l’Allemagne nazie. 
 Une même histoire les unit. 
Un seul homme peut éviter le pire. 
Will Jaeger. 
Le chasseur.

Mon avis :

Je connaissais Bear Grylls pour son émission de survie, je ne savais pas qu’il était en plus écrivain. Alors, quand on m’a proposé de le lire, je n’ai pas hésité une seule seconde. 

J’étais très intriguée de découvrir ce livre, en même temps je l’appréhendais beaucoup, aimant beaucoup le personnage télévisé, j’avais peur d’être déçu. 

Will Jaeger est un ancien membre des forces spéciales britanniques, mais il n’est plus en « service » depuis la disparition de sa femme et de son fils. Lorsqu’il apprend le décès d’un de ces amis, quelque chose le perturbe. Il s’agit paraît-il d’un suicide, mais voilà Will n’y croit pas une seule seconde. Et pour prouver ce qu’il avance il va accepter de se rendre en pleine jungle amazonienne, finalement persuadé que le meurtrier se trouve au sein de l’équipe qu’il dirige. Commencera alors pour lui une enquête totalement palpitante et pleine de dangers. 

J’avoue honteusement que je ne m’attendais absolument pas apprécié autant ce roman. Je ne suis habituellement pas fan des histoires racontées à la troisième personne, mais ici Bear Grylls a réussi l’exploit de quand même me faire entrer dans la peau des personnages. On y retrouve aussi des scènes à la façon « Man VS Wild » et cela apporte un réel plus à l’histoire. 

J’ai eu un peu de mal avec les nombreuses répétitions présentes concernant l’enquête. Bon elles ne rendent pas la lecture impossible mais c’est parfois un peu fatiguant. 

Pour finir nous allons donc plonger dans une histoire captivante, palpitante et très intéressante, autant sur le plan du contenu du livre que sur les moments historiques. Un très bon livre plein de rebondissements qui vous surprendront sans aucun doute. Une fin énigmatique qui nous pousse à la lecture du second tome.

 Merci à Magali de Hugo Thriller et Huo&Cie pour ce service presse.

#Milie

24 janvier 2017

Chronique : Up in the air, tome 4 : Mister B

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie — Clarisse @ 20 h 15 min

en-l-air,-tome-4---mr.-beautiful-853975-264-432

Titre : Up in the air, tome 4 : Mister B
Auteur : R.K.Lilley
Date de sortie : 12 janvier 2017
Thèmes : Erotisme, Passion,Amour, Bdsm
Prix : 17€ Format Broché
Maison d’édition : Hugo Roman, collection Blanche
Note : 9/10

Résumé :

Dans Mister B. , R.K. Lilley se place du point de vue masculin et réussit une véritable performance, sans répétitions ni redites : nous faire entrer dans la complexité de James Cavendish et de Stephan, l’ami de Bianca.
Le livre navigue entre le passé et le présent et nous vivons avec James l’attraction physique et sensuelle qu’exerce Bianca sur lui.
Nous revivons toute la tension sexuelle qui unit les deux amants et qui leur fait vivre une incroyable histoire d’amour.
Mais nous découvrons également l’histoire de l’amitié qui unit Bianca et Stephan avec des scènes déchirantes de leur adolescence tourmentée.

Mon avis : 

M’étant régalée de la trilogie, il fallait absolument que je lise ce quatrième volet qui met en lumière les points de vue de la gent masculine de la série « Up in the air ». En effet, l’auteur a décidé de donner la narration à James et Stephan qui tous deux reviendront sur leur passé et présent très rocambolesques.

A l’ouverture du roman, j’avais néanmoins quelques doutes, je redoutais de n’avoir rien de neuf à me mettre sous la dent sur le sujet James et Bianca. L’auteur a balayé mes appréhensions en l’espace de 2 chapitres. Ouf ! Ce n’est pas une mauvaise répétition avec juste un changement de point de vue qu’elle nous propose, cela va bien au-delà. Elle nous expose avec passion les deux regards distincts de James et Stephan en plusieurs parties.

Tout d’abord, nous suivons au travers de la mémoire de James sa jeunesse ô combien horrible. Des instants insoutenables qui lui avaient valu de se forger une carapace émotionnelle, il était froid, brutal et obsédé du contrôle.
Heureusement, au plus profond de lui se cache un vrai coeur d’artichaut, de la sensibilité que l’on voit éclore au fil de ses rencontres avec la douce Bianca. Car oui, l’auteur revient aussi sur certains moments clés qui ont ponctué leur relation mouvementée. J’ai vraiment adoré le voir s’agiter dans tous les sens, perdre le contrôle de ses envies, le voir évoluer lors de l’approfondissement de sa relation avec sa belle hôtesse de l’air.

Ensuite, après les retours dans le passé lointain et proche de Mr Cavendish, nous avons aussi droit à l’après gros drame qui a surgi à la fin du tome précédent, celui où les démons de Bianca ont bien failli les emmener elle et Stephan. Des instants durs, où j’avais peur que l’un des deux ne sorte pas indemne. Où j’ai vu s’effondrer et sombrer James qui était impuissant avec pour seule arme la patience, ce qui vous vous en doutez n’est pas son fort, il m’a véritablement touchée dès cette scène.

Pour la seconde partie, nous avons aussi les interventions de Stephan. Lui il nous propose de découvrir comment tout a commencé avec Javier, les problèmes et les remises en question qui en ont découlé. C’est un personnage incroyablement courageux, ses parents ou plutôt son père est un monstre. Juste parce que son fils ne correspondait pas à ses attentes, il lui a infligé d’affreux sévices.

Lorsque Stephan replongeait dans ses souvenirs pour les partager avec Javier et lui expliquer son blocage à « sortir du placard », j’en ai eu le coeur serré et une envie folle de faire subir les mêmes actes à son patriarche. Comment peut-on faire souffrir autant sa propre chair alors qu’il est parfaitement normal ? Je n’avais qu’une envie : réconforter l’adolescent qui avait vécu ces bassesses.

Pour finir, nous avons droit au futur de tous les protagonistes, des instants de bonheur qu’ils méritent tous et avec lesquels j’ai eu de beaux fous rires, la relève est assurée.

En bref,

Encore une fois, R.K.Lilley a réuni tous les bons composants pour offrir à sa lectrice une fin idyllique et sensuelle. Une bonne conclusion qui clôture cette série que j’ai pris plaisir à lire ces derniers mois. Je remercie l’auteur de m’avoir fait faire plusieurs allers-retours entre New-York et Miami pour mon plus grand plaisir.

Merci aux éditions Hugo Roman pour ce service presse.

#C

1 décembre 2016

Chronique : Up in the air, tome 3 : Grounded

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie — Clarisse @ 14 h 11 min

en-l-air,-tome-3---a-terre-822424-264-432

Titre : Up in the air, tome 3 : Grounded
Auteur : R.K.Lilley
Date de sortie : 3 novembre 2016
Thèmes : Passion,Milliardaire,Hôtesse de l’air
Prix : 17€ Format Broché
Maison d’édition : Hugo Roman, collection Blanche
Note : 9/10

Résumé :

L’histoire de James et Bianca touche à sa fin dans la conclusion explosive de la trilogie En l’Air. Après une période de séduction courte mais sincère, Bianca ne peut plus ignorer ses sentiments pour James. Elle a beau faire de son mieux, elle ne peut pas s’empêcher de voir à quel point il tient à elle également.

Contrairement à ses habitudes, elle a réussi à dépasser ses appréhensions et elle a accepté de vivre avec l’énigmatique milliardaire. Son acte de confiance marque-t-il le début de quelque chose de merveilleux, ou bien est-ce trop et trop vite ? Tandis que James et Bianca se sentent de plus en plus dépendants l’un de l’autre, des circonstances hors de leur contrôle se conjuguent pour essayer de les séparer.

Entre la menace grandissante du monstre qui veut tuer Bianca et les embûches perpétuelles du passé de James dont il ne semble pas pouvoir s’éloigner, ces deux amants passionnés pourront-ils vivre leur fin heureuse ?

Mon avis :

Décollez pour un troisième vol direction New York, voyage en première classe et aux premières loges de l’histoire d’amour sulfureuse que partagent Bianca et James.

Bianca, notre jolie hôtesse de l’air, va vivre de nouveaux événements déstabilisants. Après avoir mis entre parenthèses sa relation avec James, ce milliardaire très hot, elle a décidé que leur passion naissante méritait d’être vécue au grand jour en apparaissant tous les deux lors d’événements chics. Leur jeune idylle verra une nouvelle fois des démons du passé de la jeune femme faire leur retour pour essayer de la blesser.

Sauf qu’ils ne s’attendent pas à tomber sur un os. James n’est pas prêt à laisser de nouveau celle qui l’a changé lui glisser entre les doigts, il ne reculera devant rien ni personne pour la mettre en sécurité, quitte à être lui aussi en danger.

Ce troisième tome est un véritable bijou !

Il remonte le niveau du précédent que j’avais fini en étant un peu déçue par cette fin qui nous laissait en plein milieu de la partie la plus intéressante de l’intrigue.

Nos deux tourteaux ont bien évolué depuis le début de leur rencontre.

Bianca ne laisse pas toutes les complications qui sont venues s’immiscer dans sa relation avec James prendre le dessus sur elle. Elle reste forte, elle ne cherche pas à mettre de la distance entre eux, au contraire elle affirme à tous que James lui appartient corps et âme. J’ai adoré la voir changer, elle place toute sa confiance en celui qu’elle aime, je ne pensais pas voir autant d’initiatives de sa part.

Quant à James, je l’ai perçu comme un Mr muscles. Il surprotège Bianca d’une façon très attendrissante, il cherche à mieux comprendre la jeune femme tout en assimilant et respectant cette relation exclusive qu’elle entretient avec son meilleur ami Stephan. Il se dévoile au fur et à mesure que son amour avec Bianca s’intensifie, fait disparaître tous les murs qui l’entourent, et là je n’ai pu qu’apprécier certaines de ses révélations.

Clairement, le couple que représentent James et Bianca est démentiel. Ils sont beaux, en parfaite harmonie, ils ont eu leurs hauts et bas mais aucun des deux n’a renoncé à cette alchimie qui les pousse l’un vers l’autre. Leur amour m’a fait chaud au cœur, je n’avais aucune envie de les quitter surtout avec les bonus que nous propose l’auteur sur leur futur.
 
En parlant de l’auteur, R.K. Lilley possède une plume définitivement magique, brûlante et émouvante. J’ai vécu un grand huit émotionnel, elle a failli m’achever à la fin, j’en avais la larme au bord de l’œil. Et puis, avoir la chance d’avoir pour narrateur Stephan, de savoir ce qu’il éprouvait fut un petit plus qui m’a bien plu.

En bref, je suis impatiente d’être en janvier pour découvrir ce que nous cache la saison 4 de cette saga très addictive.

Merci aux éditions Hugo Roman pour ce service presse.

#C

29 novembre 2016

Chronique : The Ones de Daniel Sweren-Becker

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie,Partenaires — Emilie @ 10 h 46 min

 

1793259130

Titre : The Ones

Auteur: Daniel Sweren-Becker

Date de sortie : 6 Octobre  2016

Prix : 17€ en broché

Maison d’édition : Hugo&Cie collection New Way

Note : 10/10

Résumé :

Cody a toujours été fière d’appartenir aux Ones. Son petit ami, James, et elle font partie du 1% de chanceux sélectionnés à la naissance par le gouvernement pour être modifiés génétiquement. Aujourd’hui, les Ones excellent en tout : ils sont beaux, talentueux, intelligents, sportifs… Mais pour certains, c’est une injustice. Et le mouvement Equality profite allégrement de la jalousie et de la peur montante au sein de la société, pour gagner des voix et imposer son parti. Le gouvernement américain montre alors sa face la plus sombre et les Ones deviennent illégaux. Alors que la frontière entre bien et mal se brouille, Cody rejoint un groupe de radicaux qui ont bien l’intention de préparer la révolte. Et James commence à se demander jusqu’où elle pourrait se battre….

Avis :

coupdecoeur

J’attendais cette dystopie avec beaucoup d’impatience, le facteur ayant joué avec mes nerfs et ceux de Déborah de Hugo Romance, il s’est fait attendre, mais après moultes péripéties il à finit par arriver entre mes mains. Joie dans mon cœur, à ce moment là j’ai tout abandonné pour me plonger dedans. Et je ne le regrette absolument pas.

Pour ceux qui me suivent vous savez que j’affectionne particulièrement la collection New Way et une fois de plus je n’ai clairement pas été déçue. Si vous pensez vous plongez dans une dystopie lambda, je vous arrête tout de suite ce n’est pas le cas.

Ici les personnages sont dès le début pleinement conscient  de leurs différences, tout le monde le sait. Les Ones sont 1% de la population, ils ont été génétiquement modifiés pour atteindre la perfection. Toute la population le sait, ils vivent tous côtes à côtes. Mais un jour tous bascule et les Ones se retrouvent en danger, ils n’auront pas le choix si ils veulent survivre ils vont devoir faire des choix et se battre pour rester ceux qu’ils sont.

Après tous ce n’est pas eux qui ont choisi d’être ce qu’ils sont, alors pourquoi devraient-ils accepter qu’on leurs reproches aujourd’hui cette différence? Mais en même temps pourquoi eux devraient avoir le droit d’être des êtres exceptionnel alors que d’autres se battent pour réussir dans la vie?

Un dilemme intéressant qui sans toutes ces modifications génétiques, n’est pas sans nous rappeler l’éternelle question de notre propre vie? Pourquoi certains ont tout et d’autres n’ont rien?

Le personnage de Cody m’a totalement bluffé, cette jeune femme pleine de ressource n’est pas prête à se laisser abattre, elle veut se défendre coûte que coûte. Face à la menace que représente le groupe radical « Egalité » elle ne supporte pas d’avoir uniquement le choix de disparaitre, elle choisit donc de se battre auprès d’un  groupe radical mené par Kai. Une fille surprenante que j’ai aimé suivre jusqu’a la fin.

James quand à lui m’a profondément agacé. C’est le petit ami de Cody, mais il est malheureusement pris au milieu de tous ça étant un Ones également, avec une famille qui ne dééfend plus leurs causes. Ile ne cesse de faire la girouette et ne sait pas dans quelle position se mettre. J’avais envie de lui crié : mais bordel arrête de te laisser faire, tu ne vois donc pas ce qu’il se passe autour de toi? Mais finalement on se rend compte qu’en fait il est comme beaucoup le serait à sa place, tiraillé entre son amour pour sa famille et son amour pour Cody.

Et il y a Kai, je ne parlerai pas beaucoup de lui, car cette homme reste un mystère. Il se bat pour la cause des Ones, mais ses excès me font peur. Il tente de profiter de Cody, et j’ai peur qu’il ne la garde avec lui uniquement pour l’utiliser, car il ressent sa force de caractère et sa détermination.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette dystopie que je n’ai pas pu lâcher avant la dernière page. Un récit exaltant, bluffant qui nous tient en haleine. Les rebondissements sont inattendus, intenses.

Tout ici est bien travaillé, bien écrit et vous transportera sans conteste dans cet univers qui sera peut-être un jour notre futur. Comme dans toute dystopie digne de ce nom on y retrouve un aspect politique prenant, mais aussi un côté historique se rapportant à la seconde guerre mondiale qui fait froid dans le dos.

En bref pour moi c’est un énorme coup de cœur que je ne peux que vous conseillez. Ce livre est pour moi la meilleure dystopie qu’il m’a été donné de lire. Et j’attends la suite de pied ferme

Merci à Marion et Déborah des Editions Hugo&Cie et la collection New Way pour ce service presse.

#Milie

9 novembre 2016

Chronique: Wonderland de Jennifer Hillier

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie,Partenaires — Emilie @ 15 h 47 min

51yO5ih4MIL

 

Titre : Wonderland

Auteur : Jennifer Hillier

Date de Sortie : 3 Novembre 2016

Prix : 19.95€ en format broché

Thème : Thriller

Maison d’édition : Hugo &Cie collection Thriller

Note : Abandon

Résumé :

Vanessa Castro pensait avoir fait le choix de la tranquillité en rejoignant les forces de police de Seaside, sur la côte ouest des États-Unis. 
Mais quand des employés du parc d’attraction qui fait la fierté de la ville, Wonderland, disparaissent les uns après les autres, elle comprend que le parc est loin d’avoir livré tous ses secrets. 
Et qu’elle a peut-être jeté sa propre famille dans un piège diabolique. Car à Wonderland, les attractions peuvent être véritablement mortelles.

 

Avis :

Ce livre avait tous pour me plaire, une couverture flippante à souhait, un résumé qui donne envie, un ensemble qui me prévoyait donc un super moment de lecture.

Malheureusement ce fut une amère déception pour moi. J’ai dans un premier temps eu beaucoup de mal avec le point de vue utilisé. En effet l’auteur à fait le choix de non seulement utilisé la troisième personne, mais en plus de nous donner le point de vue d’un personnage différent à chaque chapitre.

Cela n’a malheureusement pas fonctionné ce coup-ci avec moi. J’ai déjà lu des livres utilisant ce type de narration qui m’avait plus, mais là je n’ai pas réussi à suivre, trop de mélange dans les personnages, il arrivait même que je sois perdu et ne sache plus quel personnage était en train de parler.

L’histoire en elle-même était vraiment intrigante, on commençait dès le début avec  un meurtre, une disparition, ce qui promet une belle enquête sous fond de parc d’attraction. Cela n’a malheureusement pas pris, même si je meurs d’envie de savoir le dénouement de tous cela, je n’ai pas pu aller jusqu’au bout. Je n’arrivais jamais à lire plus de 3-4 pages à chaque fois que j’ouvrais mon livre. Je sens bien que chaque personnage nous cache un petit quelque chose, mais la lourdeur de la narration et la lenteur de l’histoire à décoller a eu raison de moi.

Peut-être un jour je lui redonnerais une seconde chance, mais ce coup-ci je n’ai pas pu aller jusqu’au bout.

Merci à Magali et Déborah de Hugo &Cie pour l’envoi de ce service presse.

 

 #Milie

20 octobre 2016

Chronique : Up in the air , tome 2 : Mile High

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie — Clarisse @ 19 h 36 min

51f4r1tn7yL._SY400_

Titre : Up in the air, tome 2 : Mile High
Auteur : R.K.Lilley
Date de sortie : 13 octobre 2016
Thèmes :Erotisme & Bdsm
Prix : 17€ Format Broché
Maison d’édition : Hugo Roman, collection Blanche
Note : 7/10

Résumé :

L’histoire tumultueuse et haletante de James et Bianca continue dans Mile High, la suite de In Flight.

James a lancé Bianca dans un monde sombre où passion et douleur sont nature profonde de masochiste soumise, et Bianca s’est laissé emporter rapidement et profondément par amour pour James Cavendish.

Mais un malentendu douloureux et le retour des démons violents de son passé vont profondément déstabiliser Bianca qui, pour se protéger, repousse James.

Mon avis :

.

Bianca, notre belle hôtesse de l’air, vient de vivre des moments traumatisants : son père, le fumier (et je pèse mes mots) s’en est pris à elle physiquement comme un véritable lâche.

Loin d’être une personne vulnérable, la jeune femme décide de prendre du recul pour prendre l’air loin de tout ce qu’elle a vécu depuis peu : l’agression, et surtout sa relation avec James Cavendish, ce milliardaire sexy, à la tendance protectrice envers notre hôtesse de l’air.

Bianca n’est pas prête à laisser cet homme rentrer dans sa vie, redoutant l’après de cette passion naissante. Et pourtant, l’idée qu’il reste loin la désole, il est ancré en elle et dans son lit.

Une suite que j’attendais au tournant. Le premier tome s’était révélé très bon pour se terminer en cacahuète. J’étais sceptique, aimerais-je plus ou moins ? La mayonnaise a moins pris, je trouve ce second opus en dessous du précédent.

Bianca est une héroïne vraiment à part de celles que l’on croise généralement dans les livres de New Romance. Elle ne se jette pas à corps perdu dans cette relation et ne démarre pas au quart de tour dès qu’une ombre du passé de son milliardaire pointe le bout de son nez. Ombre que j’ai eu envie de baffer. Elle reste étonnement forte malgré ses propres démons, sincère, authentique dans ce monde de luxe et paillettes. On la voit évoluer, prendre encore de l’assurance en son couple pour vivre des instants purement platoniques avec son amant torride.

James m’a mise en appétit. Même avec cette liste de conquêtes plus longue que son bras, il n’est pas le même au contact de Bianca, on le voit affectueux, tendre et patient. Le contraire d’un dominateur, un rôle qu’il ne néglige pas lorsqu’il est question de sexe : chassez le naturel, il revient au galop. Il s’ouvre lentement et laisse son passé ressurgir pour avancer et prouver à Bianca qu’elle est son tout. Dommage que les informations données ne soient pas assez juteuses à mon goût.

L’auteur m’a transportée dans une atmosphère non plan-plan, plutôt romantique avec des moments sensuels. Sa plume brûlante et nette nous laisse encore sur notre faim. Vivement le troisième tome, j’espère meilleur, que je décolle pour un dernier vol en première classe direction l’Amérique.

Merci aux éditions Hugo Roman pour ce service presse.

#C

13 septembre 2016

Chronique : Metropol, Tome 1 : Corps-a-Corps

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie — Clarisse @ 17 h 00 min

metropol,-tome-1---corps-a-corps-822019-250-400

Titre : Metropol, Tome 1 : Corps-a-Corps

Auteur : Martin Holmen

Date de sortie : 15 Septembre 2016

Prix :  19€95 Format Broché

Thèmes :   Enquête, Combat, Boxe

Maison d’édition : Hugo roman, collection Thriller

Note : 9/10 & 10/10

Résumé :

 STOCKHOLM, 1932. L’ANCIEN BOXEUR HARRY KVIST EST SUSPECTÉ DE MEURTRE. LA POLICE NE L’AIDERA PAS : ON N’AIDE PAS QUELQU’UN COMME KVIST. IL NE PEUT COMPTER QUE SUR LUI-MÊME. ET SUR SES POINGS.

 

 Mon avis : 

Harry Krivst est du genre touche à tout. De marin à boxeur diablement célèbre, il est aujourd’hui usurier à son compte et utilise à nouveau ses poings pour récolter son salaire.

Lors de son nouveau contrat, tout devait se passer sans encombre. Il devait soutirer l’argent de Zetterberg, un type qui fait mariner son client depuis des mois, lui mettre la pression pour accélérer le paiement puis empocher sa commission une fois qu’il aurait rempli sa mission.

Néanmoins, rien ne se déroule comme il l’espérait. En effet, sa cible meurt de façon étrange : il est la dernière personne à l’avoir vue en vie, et le seul témoin qui peut le sauver disparaît. Au vu des casseroles qu’il se trimbale dans son casier judiciaire bien plein, ce n’est pas la police qui va le sortir du merdier dans lequel il se trouve.

Aux grands maux, les grands remèdes. Harry part à la recherche de son témoin clef.

Quitte à ratisser tous les bas-fonds de la Suède !

Pour mon premier livre de Martin Holmén, je peux vous affirmer qu’il est un vrai tortionnaire avec son lecteur et son personnage principal. Pas un moment de répit pour nous et pour lui qui court toujours après cette vérité qu’il a grand mal à retrouver.

J’ai dévoré l’ouvrage en à peine deux jours, aussitôt arrivé aussitôt lu. J’ai aimé suivre Harry dans cette chasse à la sorcière. Toutefois, je ressors de ma lecture avec un goût très amer, vu comment l’auteur nous laisse à la fin (vous comprendrez mieux en le lisant).

L’auteur explore avec brio l’univers passionnant, saisissant d’un Stockholm des années 30. Immersion totale dans cette période avec la prodigieuse plume de notre écrivain, j’avais carrément l’impression d’être aux premières loges de chaque scène, d’avoir les mêmes sensations que le narrateur dans un univers en noir et blanc comme les vieux films dans le temps.

Ce roman est tombé à pique dans mon envie de coupure avec la romance, il m’a offert un bon voyage dans le temps l’espace d’un week-end.

J’ai passé un agréable moment !

Une bonne découverte que je vous recommande.

Merci aux éditions Hugo Roman pour ce service presse.

 

 #C 

Mon avis : 

coupdecoeur

Nous allons évolué dans le Stockholm des années 30, au côté de Harry Kvist. Cet ancien champion de boxe est devenu créancier. De manières plus ou moins douces, il se charge de récupérer ce que les clients lui demandent, auprès des mauvais payeurs.

Lors de sa visite chez Zetterberg pour récupérer une importante somme d’argent, il ne s’attendait sûrement pas à ce que cette histoire prenne un tournant aussi inattendu. En effet au lendemain de leur échange, Zetterberg est retrouvé mort. 

Sauf que voilà dans le Stockholm des années 30 ça ne rigole pas. Avec un casier des plus fourni, Kvist va vite devenir le suspect numéro un. 

Au vu de ce premier tome, je m’attends à une trilogie époustouflante. Un roman noir dans les bas-fonds de Stockholm, une ambiance oppressante. On s’attache tout de même à notre personnage, évoluant dans une ambiance glauque, remplis de dangers, de trafiques.

Une lecture palpitante qui vous embarquera à corps perdu dans une histoire à l’intrigue rythmée, palpitante, qui nous tiens en haleine de début à la fin. Totalement spectateur de ce que vit Kvist, on ne peut pas s’empêcher de vouloir lui venir en aide.

Un vrai coup de cœur pour ce premier tome qui nous promet une trilogie surprenante et époustouflante. J’ai vraiment hâte de lire la suite, car le moins que l’on puisse dire c’est que la fin est très frustrante.

En bref, ce fut une très bonne lecture que je vous conseil. Un roman noir au rythme soutenu et percutant qui vous tiendra en haleine.

Merci à Magali de Hugo Thriller et Hugo&Cie pour ce service presse

#Milie

 

30 août 2016

Chronique : Up in the air, tome 1 : In flight

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie — Clarisse @ 12 h 09 min

en-l-air,-tome-1---en-vol-818503-250-400

Titre : Up in the air, tome 1 : In flight

Auteur :  R. K. Lilley

Date de sortie :  1 septembre 2016

Thèmes : MilliardaireProposition indécente,Sensualité

Prix :  17 € Format Broché

Maison d’édition : Hugo Roman, collection Blanche

Note : 9/10

 

Résumé :

 Lorsque Bianca, la jolie hôtesse de l’air de vingt-trois ans, croise le regard du milliardaire James Cavendish, elle perd son sang-froid. L’imperturbable Bianca ne parvient pas à détourner son regard des yeux bleu turquoise dominateurs de son passager. Elle est magnétiquement attirée par lui comme jamais jusque-là James le sent et va lui faire accepter qu’elle vienne le retrouver chez lui après leur atterrissage. Le désir de Bianca pour cet homme est si fort qu’elle va accepter de se laisser dominer par cet homme, et elle va découvrir une part d’elle-même. Mais quel traumatisme la conduit à dépasser ses limites ? Et Stephan, l’ami homosexuel de Bianca, saura-t-il la protéger ?

Mon avis :

Bianca Karlsson, 23 ans, est hôtesse de l’air pour une compagnie américaine. Toujours en vol avec son meilleur ami et collègue Stephan, la jeune femme va voir sa vie basculer pendant l’un de ses voyages.

En effet, hôtesse pour la première classe, elle rencontre le célèbre James Cavendish, une pointure dans le domaine de l’hôtellerie. Entre eux c’est immédiat, ça crépite, le jeu de la séduction est lancé dès l’échange du premier regard avec à clef une proposition indécente.

Bianca n’est pas prête à voir sa vie régentée, laissera-t-elle James être plus qu’un ténébreux amant ?

Bianca a vraiment eu une enfance dévastatrice, qui ne fait que remonter à la surface depuis quelques années. À sa rencontre avec James, elle trouve un point d’ancrage qui l’aide à faire face et à se livrer. Il lui fait découvrir les bonheurs du sexe brut et tendre, l’emmène dans un nouveau monde de plaisir qui l’aide à oublier tous ses cauchemars.

Je la trouve courageuse, ferme et décidée. Peu de personnes auraient supporté toutes les maltraitances qu’elle a subies, ou même rester en vie. J’ai eu le cœur serré quand elle dévoile quelques bribes de ses souffrances.

James, il n’est pas blanc comme neige lui non plus. Orphelin, il a vécu avec un tuteur qui lui faisait subir des sévices abominables, dont encore des personnes sont affublées à l’heure d’aujourd’hui.

Loin d’être le type riche, pompeux, dominateur tortionnaire qu’il laisse croire, il est plus un doux agneau à mes yeux, il aime donner des ordres et le BDSM est son terrain de jeu. Mais j’ai bien perçu la tendresse et la dévotion qu’il a pour Bianca, elle est sienne de toutes les façons.

Stephan est aussi un personnage très présent, un appuis de taille qui a sorti Bianca de situations difficiles, il est un Stewart très charmant.

Mélissa est la peste de base, croqueuse de diamant prête à tout pour mettre le grappin sur un homme riche pour lui assurer un avenir aisé, le genre de femme que je ne peux pas blairer, surtout après les coups bas qu’elle fait à Bianca.

C’est une bonne découverte, la couverture ne reflète pas la valeur de ce premier tome. Ce n’est pas un coup de cœur, toutefois j’ai bien aimé la plume simple, claire et affriolante de R. K. Lilley. Puis une fin qui donne envie de courir acheter la suite .. 

Cher lecteur ou lectrice, je te propose de prendre un avion en direction de New York pour y découvrir une histoire chaude bouillante sur un fond de SM qui te fera grimper aux rideaux.

Merci aux éditions Hugo Roman pour ce service presse.

 

#C

 

28 août 2016

Chronique : Royal Saga, Saison 3 : Couronne-moi

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie — Clarisse @ 17 h 46 min

royal-saga,-saison-3---couronne-moi-797031-250-400

Titre : Royal Saga, Saison 3 : Couronne-moi

Auteur : Geneva Lee

Date de sortie :  7 Juillet 2016 

Thèmes : Romance, Erotisme, Drame

Prix :  17€ Format Broché

Maison d’édition : Hugo Roman, collection New Romance

Note : 8,5/10

 

Résumé :


Alexander, Prince de Cambridge, a décidé que sa passion pour Clara Bishop devait être révélée au grand jour et se concrétiser par un mariage et Clara a dit oui.
Ce qui devrait être une période heureuse, se révèle extrêmement difficile. Les démons qui rôdent autour d’eux n’en ont pas fini de projeter leur ombre noire et d’essayer d’empêcher ce mariage : Le Roi cherche tous les moyens pour empêcher que Clara monte sur le trône. Georgia, l’ex perverse d’Alexander joue un rôle aussi malsain que ses relations avec les hommes. Quant à Daniel, l’ex de Clara, sa folie va-t-elle l’amener à la plus grande des extrémités ? 

 

Mon avis :

Une fin bien plus glorieuse que le départ de la saga !

Une nouvelle reine est sur le point de monter sur le trône d’Angleterre. En effet, Clara Bishop en pleine guerre hiérarchique, la jeune femme vient de se fiancer au Prince Alexander de Cambridge, ce qui impose quelques inconvénients.

En quête d’un mariage parfait sans chichi, tout en faisant face à la famille royale toujours peu ravie de la voir prendre place dans la monarchie, et aux paparazzis bien trop curieux, Clara est sous tension. Plus le jour J arrive à grand pas, plus les secrets qui enrobent encore sa relation avec Alexander disparaissent pour laisser place à l’amour et à la sensualité qui les symbolise.

Même si le bonheur est au beau fixe, un ennemi de leur passé est sur le point de refaire valser tout ce qui leur a été donné de construire.

Ce tome est le meilleur de toute la trilogie. Il est beaucoup plus intense, sensuel et révélateur.

ENFIN j’ai apprécié Alexander. Moins froid et plus expressif en dehors de leurs parties de jambes en l’air, il donne libre cours à ses émotions et affirme davantage sa dévotion envers Clara, quitte à se mettre son père à dos. Il est trop craquant, ce futur roi rebelle.

Clara, plus combative, ne se laisse pas avoir facilement par les ombres qui les entourent. Sûre d’elle, la jeune femme ne veut qu’une chose, être heureuse avec son futur mari. Elle est géniale.

Le plus : l’histoire entre Edward & David, une belle évolution qui pourrait bien finir en spin off.

Entre eux, les murs de secrets s’effondraient petit à petit tout au long de ma lecture, les rebondissements s’enchaînent pour se concrétiser par un happy end.

Merci aux éditions Hugo Roman pour ce service presse.

 

#C 

 

13 août 2016

Thoughtless, Tome 5 : Sauvage

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie — Clarisse @ 16 h 55 min

thoughtless,-tome-5---sauvage-751223-250-400

Titre : Thoughtless, Tome 5 : Sauvage
Auteur : S.C.Stephens
Thèmes : New Adult, Rock Star
Prix : 17 € Format Broché
Date de sortie : 13 juillet 2016
Maison d’édition : Hugo Roman collection New Romance
Note : 9/10

Résumé :

Griffin Hancock est le bassiste un peu bad boy des D-Bags, le groupe le plus chaud du moment.
Il a tout ce dont il rêve : une grande maison, une belle voiture, une magnifique famille. Malgré tout, cet homme sauvage et à l’ego surdimensionné en a assez d’être dans l’ombre de Kellan Kyle. Il estime être le meilleur et tout le monde devrait le savoir.
C’est pourquoi lorsqu’une opportunité se présentera, Griffin n’hésitera pas à la saisir. Le groupe n’est pas d’accord avec lui et il prend alors une décision radicale : il quitte Seattle avec sa famille pour retourner à L.A. pour y faire carrière seul.
Mais le succès n’est pas aussi facile qu’il l’aurait pensé, et qu’il pourrait avoir mis son couple en danger. Griffin expérimentera alors l’adage : « On ne connait pas la valeur de ce que l’on possède avant de tout perdre « .

Mon avis :

Griffin Hancock devrait être un homme comblé, marié à sa sublime alter ego Anna avec laquelle il a eu la magnifique Gibson et très prochainement un nouvel enfant.
De plus il est le bassiste du célèbre  groupe D-Bags qui fait un carton international. Il a une vie parfaite.

Malgré tout Griffin à un problème  d’ego surdimensionné, il croit être adulé par les femmes, que le groupe n’éxisterais pas s’il n’était pas là.

Alors qu’il est prêt à avoir plus la lumière des projecteurs braquée sur lui lorsque la bande monte sur scène, Griffin propose au groupe de lui laisser sa chance soit en tant que chanteur soit en tant que guitariste ce dont chaque membre refuse.

Ayant été piqué au vif par les refus directs de ses coéquipiers, notre héros égocentrique plaque le groupe pour sauter sur l’occasion de sa vie quand un producteur des plus louches décide de faire de lui la star d’une série télé. 

Mais Griffin ne se doute pas un instant qu’en en voulant trop, il risquerait de perdre tout le bonheur qui lui est si familier. Il mettra du temps à réaliser qu’en quittant les D-Bags, il s’est perdu lui aussi.

Oh mon dieu !

Je savais que Griffin n’avait pas du tout un langage très soutenu, j’avais déjà eu droit à des aperçus de son talent linguistiques dans les tomes précédents,il parle comme un chartier, n’a aucun filtre, dès qu’un mot ou une idée lui passe par la tête, ça sort de sa bouche. Ça ne m’a pas étonné sa vulgarité.

Par contre la sensibilité qu’il dégage à la fin du roman m’a émue, qu’il arrive à mettre son coeur à nu, j’en ai eu le souffle coupé. Hors le sexe euphorique avec Anna, je ne l’avais jamais vu décrire ses sentiments.

S.C.Stephens m’a une dernière fois embarqué dans son univers Rock en roll dont je me suis délectée malgré l’envie de d’abandon à certains passages.

Merci aux éditions Hugo Roman pour ce service presse.

#C

12345
 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes