Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

18 janvier 2017

Chronique : Une nouvelle chance

Classé dans : Chroniques,Editions Charleston — Clarisse @ 12 h 48 min

les-anges-s-en-melent-852915-264-432

Titre : Une nouvelle chance
Auteur : Debbie Macomber
Date de sortie : 18 novembre 2016
Thèmes : Romance, Ange,Fantastique,Destin, Journaliste
Prix : 7€99 Format Broché
Maison d’édition : Charleston, collection Diva
Note : 9/10

Résumé :

Lucie Ferrara et Aren Fairchild se rencontrent après s’être rentrés dedans apparemment par accident (du moins, c’est ce qu’ils croient) à Times Square le soir du réveillon du Nouvel An. Le coup de foudre est immédiat. Mais, aussi vite qu’ils ont été réunis, un autre coup du sort les sépare, laissant Lucie et Aren sans moyen de reprendre contact.

Un an plus tard, Lucie est le chef d’un nouveau restaurant au succès retentissant et Aren travaille pour un grand quotidien de la ville. Malgré tous les mois qui ont passé, ils n’ont jamais oublié cette belle soirée et Shirley, Goodness, Mercy et Will, leurs anges gardiens, non plus. Pour aider le jeune couple à se retrouver, ils vont cuisiner un projet fou : mélanger un grand amour, une seconde chance et une bonne pincée d’espièglerie afin de créer un miracle de Noël que vous n’oublierez pas de sitôt.

Mon avis :

Nous sommes le 31 décembre sur Times Square à New York, minuit est presque là. Lucie et Aren, deux inconnus, sont à la recherche simultanément de ceux qui les accompagnaient pour fêter le nouvel an dans la pure tradition américaine. Alors que l’un et l’autre sillonnent la foule, ils se percutent. Entre eux, c’est immédiat. Un seul baiser échangé et la magie du lieu opère. Ils vivent un véritable coup de foudre.

Quelques heures seulement après leur rencontre, ils décident de se donner rendez-vous le 7 janvier au sommet de l’Empire State Building pour voir si le courant passe encore entre eux. Sauf que rien ne se déroule comme tous deux l’espéraient et leur seconde rencontre n’aura pas lieu malgré leur envie commune de se revoir. Mais le destin, ainsi que les quatre petits anges gardiens de notre couple, n’ont pas dit leur dernier mot. Aren et Lucie pourraient bien avoir une nouvelle chance …

Doté d’une couverture pleine de promesses, ce roman m’inspirait une histoire d’amour qui devait me faire entrer dans ma phase de lectures spéciales Noël, et mon flair ne m’a pas du tout trahie, j’ai découvert une véritable pépite.

En commençant ma lecture, je suis de suite tombée sous le charme de la plume de l’auteur, descriptive et romantique. Debbie Macomber m’a dévoilé doucement, au fil des pages, un univers chaleureux et léger au travers duquel on suit au gré des perturbations la relation rocambolesque de Lucie et Aren, deux âmes sœurs qui n’arrivent pas à se retrouver. Jusqu’au jour où leurs quatre petits anges gardiens décident de s’en mêler.

Mercy, Goodness, Will et Shirley sont des anges très maladroits, ils enchainent gaffe sur gaffe, pensant chaque fois faire de leur mieux pour guider les deux tourtereaux. Malgré toutes leurs bêtises, ils sont attachants et marrants mêmes si certaines de leurs interventions n’ont pas les répercutions qu’ils envisageaient. Ils sont une aide au bon fonctionnement de l’histoire entre Lucie et Aren et un vent de fraicheur à la romance.

Un roman que j’ai bien aimé, j’étais à la recherche d’une histoire magique qui saurait m’emporter dans l’univers féerique des fêtes de fin d’année, et je dois dire qu’Une nouvelle chance a su combler mes attentes.

Je l’ai lu en l’espace d’une seule après-midi. Même si le scénario correspondait à bon nombre de films dédiés à Noël, je me suis délectée de ma lecture, emmitouflée dans mon plaid avec pour compagnie une tasse fumante de chocolat chaud, sans prise de tête.

En bref, une belle histoire teintée d’amour, d’espoir et de déception qui a su me transporter au-delà de ce que j’imaginais, en me faisant vivre une romance passionnante.

Merci aux éditions Charleston pour ce service presse.

#C

30 septembre 2016

Chronique : Une vie à t’attendre de Alia Cardyn

Classé dans : Chroniques,Editions Charleston,Partenaires — Emilie @ 11 h 40 min

Une_vie_a__t_attendre_c1_large

Titre : Une vie à t’attendre
Auteur : Alia Cardyn
Date de sortie : 7 Juin 2016
Prix : 18€ Format Broché
Maison d’édition : Charleston
Note : 6/10

Résumé :

Qui devient-on dans une vie où des parents disparaissent mystérieusement ? Rose a six ans quand la tragédie se produit. Dans ce quotidien bouleversé, elle grandit avec sa version de l’histoire, ni douce ni porteuse. Qui Rose serait-elle aujourd’hui si elle ne pensait pas qu’ils l’ont abandonnée ? C est la question que se pose celui qui l’a toujours aimée. À Bali, seize ans après leur disparition, Rose découvre quelques mots sur un carton. Ils sont les premiers d’un périple essentiel. Comprendre ce qu’il est arrivé à ses parents, tisser un lien puissant avec une mère qu’elle découvre à travers l’écriture, et surtout, commencer à s’aimer.

Avis :

Quoi de pire pour une enfant que de se réveiller un matin et trouver une maison vide ?  Ce drame Rose Campion l’a vécu, en 1995 alors qu’elle n’était qu’une enfant. Mais où sont-ils ? Ils ne laissent derrière eux aucune trace, on dirait qu’ils se sont simplement volatilisés. Rose ne passera malheureusement jamais au-dessus de cet abandon et sa vie en sera chamboulé, incapable d’aimer ni de faire confiance.

Lorsqu’un jour elle décidera de partir dans la maison secondaire d’un vieil ami à Bali, avec pour but d’échapper à l’énième rupture sentimentale qu’elle a provoqué, un inconnu à bord de l’avion va lui remettre une enveloppe qui remettra toute sa vie en question.

Je commencerais par un point qui n’a pas fait l’unanimité, dans les différentes critiques que j’ai pu voir mais, qui moi ne m’a pas dérangé : la narration. En effet il y a ici plusieurs points de vue, plusieurs temporalités. Et chacun changement à son pronom personnel. D’un chapitre à l’autre on passe donc de la première personne, à la troisième personne, du présent à 1995, d’extrait de journal intime. C’est vrai que les lecteurs peuvent vitre être désorienté et avoir du mal à faire tous les liens. J’avoue qu’il m’a fallu plusieurs chapitres avant de m’y faire, mais une fois que l’on a bien compris quel personnage avec quelle époque etc…. ce schéma narratif est pour moi totalement adapté à l’histoire.

Le personnage de Rose est pour moi extrêmement réaliste, j’ai beaucoup aimé son évolution. L’ampleur de l’emprise de son passé sur sa vie actuelle était vraiment bien ficelé et décrit, pas d’extravagance on reste dans le réalisme et c’est agréable.

Henri quant à lui est très mystérieux et intéressant. Un homme honnête et sur qui on peut compter.

Mon personnage favori fut Gabrielle ; une femme forte qui ramène du peps à l’histoire et qui nous pousse à la réflexion.

L’intrigue en elle même été intéressante, mais malgré qu’on sache très vite l’abandon de Rose, le reste peine à décoller. Néanmoins, il amène beaucoup de questions et l’auteur arrive facilement à nous emmener sûr de fausses pistes. Le meilleur se passe dans le dernier quart du roman, là on à l’impression que le suspens décolle et tous le reste suit.

C’est donc pour moi un avis mitigé beaucoup de choses m’a plus dans cette lecture (le style de narration, la psychologie des personnages) mais malgré tout ce fut une longue lecture.

Je remercie Elise des Editions Charleston pour ce sp

#Milie

15 septembre 2016

Chronique : Les infortunes conjugales, tome 2 : L’embarras du duc

Classé dans : Chroniques,Editions Charleston — Clarisse @ 18 h 20 min

les-infortunes-conjugales,-tome-2---l-embarras-du-duc.-798500-250-400

Titre : Les infortunes conjugales, tome 2 : L’embarras du duc

Auteurs : Callie Hutton

Date de sortie : 17 juin 2016

Thème :  Romance Historique

Prix : 7€99 Format Broché

Maison d’édition : Charleston, collection Diva

Note : 8,5/10

Résumé :

Drake, duc de Manchester, désire une femme posée, sophistiquée, digne du titre de duchesse et qui surtout ne recherche pas l’inutile émotion qu’est l’amour.
Socialement maladroite, Miss Pénélope Clayton n’est pas faite pour le mariage. Botaniste sérieuse, elle n’a aucune envie de se marier, et vit comme une contrainte le fait d’être forcée par son tuteur à participer à la saison mondaine pour se trouver un mari. Et il ne faut surtout pas qu’on apprenne qu’elle se fait passer pour un homme auprès de la communauté scientifique…
Alors que la famille de Drake amorce la transformation de Pénélope, le duc se voit obligé d’introduire la jeune femme dans la société et de la présenter aux possibles candidats célibataires. Malgré les leçons de danse et les nouvelles toilettes, Pénélope est à l’opposé même de la femme posée et sophistiquée, trébuchant d’un faux pas à un autre.

Pourquoi alors le duc trouve-t-il si difficile de lui résister ?

 

Mon avis :

 

Nous sommes au début du 19ème siècle en Angleterre. Drake, duc de Manchester, est à la recherche de sa future duchesse, une femme qui devra avoir un bon comportement et être d’une beauté exquise. Et si par hasard elle n’a pas une once de sentiments pour lui, pas grave, c’est bien connu : l’amour, c’est superflu.

Une nouvelle saison commence. Drake et sa famille se voient obligés d’accueillir la tendre Pénélope Clayton, qui est loin d’avoir les mêmes préoccupations que les autres demoiselles qui l’entourent. Elle est plus du genre à se promener pieds nus dans le jardin à la recherche d’une nouvelle espèce de plante qu’à courir les échoppes de tissu pour avoir une nouvelle robe de bal.

Toutefois, la famille Manchester a comme obligation d’introduire la jeune femme dans la société pour qu’enfin elle trouve un mari. Pénélope, quant à elle, cache un minuscule secret : une partie de sa personnalité qui pourrait bien défriser la presse à scandale ! 

Je trouve que Pénélope est une jeune femme assez à part avec sa passion pour les plantes. Douce, timide et très gauche, je me suis vite identifiée à elle. Enchaîner les faux pas lors de grands événements, ça me connait ! On a envie de l’aider, de prendre soin d’elle, de la pousser à être plus sociable et surtout à assumer son intelligence.

Drake est très intéressant. C’est un homme parfois bourru qui laisse facilement ses émotions prendre le dessus, ce qui le pousse dans des situations assez drôles. Néanmoins, il est prêt à beaucoup pour aider Pénélope à trouver l’homme qui saura prendre soin d’elle, quitte à prendre l’affaire très à cœur. La jeune femme est loin d’être celle qui fera une excellente duchesse aux yeux de tous, et pourtant l’attirance simple est présente entre eux.

J’ai bien aimé la relation du couple principal qui démarre pendant la moitié du livre avec un jeu du chat et de la souris innocent, la relation évolue lentement pour finir passionnément. Callie Hutton a toujours une plume attrayante, limpide et pétillante. La couverture je la trouve jolie. Par contre le résumé beaucoup trop révélateur, il expose les deux quarts du roman. Et j’ai relevé quelques longueurs au démarrage du roman.

Malgré ses imperfections cette suite se laisse lire, j’en connaissais la fin dès les premières pages et pourtant je ne me suis pas fait prier pour le lire en entier.

Merci aux éditions Charleston pour ce service presse.

 

#C

 

31 mai 2016

Chronique : Les mésaventures nuptiales, Tome 1 : L’épouse insaisissable

Classé dans : Chroniques,Editions Charleston — Clarisse @ 10 h 49 min

les-mesaventures-nuptiales,-tome-1---l-epouse-insaisissable-764717-250-400

Titre : Les mésaventures nuptiales, Tome 1 : L’épouse insaisissable

Auteur : Callie Hutton

Date de sortie : 15 Avril 2016 

Thèmes : Romance historique

Prix : 9€75 Format Broché

Maison d’édition : Charleston, collection Diva

Note : 8,5/10 

Résumé : 

Jason Cavendish, le comte de Coventry, essaie discrètement de retrouver sa femme, qu’il ne désirait pas et qu’il a abandonnée dans la haute société de Londres. Il souhaite faire annuler cette union. Cependant, il ne se rappelle plus du tout de quoi elle a l’air puisqu’il était ivre mort lors de son mariage arrangé et qu’il ne l’a pas revue depuis. La fascinante Lady Olivia a capturé l’attention du comte. Elle est consternée de découvrir que son époux, Lord Coventry, ne la reconnaît pas. Loin d’elle l’idée d’avouer à ce sombre arrogant qu’elle est sa femme. Elle décide de flirter avec lui le soir et de lui faire envoyer des montagnes de factures de modiste le jour. L’enfer n’est rien comparé à une femme rejetée Il est presque dommage que cette femme trouve son mari quasi irrésistible.

Mon avis :

Jason Cavendish, comte de Coventry, s’est résolu à honorer les dernières volontés de son défunt père : il a deux jours pour rentrer au bercail afin d’épouser la lady choisie par son patriarche s’il veut obtenir la totalité de l’héritage.

Lady Olivia Jane Grant n’en croit pas ses yeux. Son promis vient d’arriver à leur cérémonie d’union complètement imbibé de Scotch, il ne lui porte même pas un regard lors de la prononciation de ses vœux et de l’échange de leur premier baiser. 

Récemment installé dans le domaine de Coventry, le comte prend ses jambes à son cou pour aller profiter des jouissances que recèle Londres. C’en est trop ! Comment son mufle d’époux peut-il la laisser aux mains des serviteurs dans une demeure qui lui est étrangère ? Bien décidée à ne pas être une des ces épouses objets qu’on abandonne en rase campagne, Olivia décide aussi de faire ses valises, direction Londres chez sa meilleure amie, Elizabeth, afin d’oublier son infâme mari. 

Alors que la saison vient de commencer, Elizabeth propose à Olivia de profiter des festivités le temps de son séjour londonien en renouvelant sa garde de robe avec l’argent des comptes de son mari… 

Lors d’un des nombreux bals, la jeune femme est choquée. Un prétendant peu étranger va lui faire la cour sans relâche, il ne reculera devant rien pour avoir plusieurs danses avec elle et plus encore…

Olivia se laissera t-elle charmer par ce danseur hors pair ?

Jason retrouvera t-il la femme qu’il a négligée par sa trop longue absence ? 

La supercherie imaginée par l’amie d’Olivia est astucieuse, elle fournit des preuves à son époux sans pour autant se démasquer intégralement. Olivia m’a touchée lorsqu’elle confiait sa tristesse et son amertume envers son époux, c’est une femme douce et innocente qui en a déjà bien bavé avant son mariage de convenance, à sa place j’aurais fait de même que sa petite combine. 

Quant à Jason, il a des airs de tombeur, de cavaleur mais lorsqu’il prend connaissance de l’identité de celle qu’il courtise, il change de comportement pour se montrer plus rassurant, même si il mérité quelques claques aux début ma lecture, je trouve qu’il a su se ressaisir. 

Un bon roman qui sort de l’ordinaire. Subtil, pétillant d’humour, de scènes cocasses avec de la sensualité, il est aussi piquant que son héroïne. C’était mon premier roman de cet Callie Hutton, sa plume fournit des répliques mordantes et débordantes d’humour. Hélas, ce livre n’est pas un coup de coeur même si je l’ai bien aimé.

Je lirai volontiers la suite…

 

Merci aux éditions Leduc & Charleston pour ce service presse.

 

#C 

 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes