Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

23 novembre 2016

Chronique : Une question d’harmonie

Classé dans : Chroniques,Éditions Belfond — Clarisse @ 13 h 47 min

couv30439879

Titre : Une question d’harmonie
Auteur : Bérengère DE CHOCQUEUSE
Date de sortie : 7 avril 2016
Thèmes : Rencontre, Amitié,Personne agée,Musique
Prix : 18€50 Format Broché
Maison d’édition : Belfond
Note : 8/10

Résumé :

Elle aime sortir avec ses amis, passer des week-end chez ses parents, poursuit ses études d’histoire de l’art en se demandant quand même régulièrement ce qu’elle va bien pouvoir faire de sa vie.
Lui est un musicien de l’orchestre national de France, aime s’enfermer dans son appartement en tête à tête avec sa contre basse, ses parents ont quitté ce monde depuis de nombreuses années et il revit chaque jour le chagrin de son amour perdu.
Elle essaie d’en savoir plus sur lui à chacun de leurs rendez-vous.
Il garde close la porte de son cœur et pourtant il ne manquerait aucun de leurs rendez-vous.
Elle, c’est Julia, elle a 25 ans.
Lui, c’est Paul, il en a 80.
L’harmonie n’est pas une question d’âge mais de rencontre, et voici l’histoire d’amitié fabuleuse entre deux êtres que plus d’un demi siècle sépare mais qui ont tellement à apprendre l’un de l’autre…

Mon avis :

Dans ce roman nous allons vivre deux vies, une dans le passé et l’autre dans le présent. Le point qui les unit : la passion pour la musique, l’amitié, la découverte de l’autre. Cette rencontre changera deux destins qui ont plus en commun qu’on ne peut l’imaginer au premier abord.

En effet, cela se fait au travers des yeux de Paul, un grand-père de 80 ans qui nous raconte avec des flash-back son passé, comment il a fait la connaissance de l’amour de sa vie, la tendresse qu’il portait à sa contrebasse, les sensations qu’il avait lorsqu’il en jouait ..

Puis nous avons le point de vue de Julia, 25 ans, ancrée dans le présent. Étudiante à la fac et musicienne  d’un orchestre symphonique, elle se cherche et veut faire des rencontres pour être moins isolée.
C’est avec l’aide de Paul, grâce à ses expériences, que la jeune femme prendra des décisions cruciales.

C’est avec plein de douceur et de fraîcheur que j’ai fait connaissance avec la plume de  Bérangère de Chocqueuse. Elle a su me happer dans son premier roman avec une facilité déconcertante. Il y a malencontreusement quelques petits accrocs, ce qui n’a pour autant pas enlevé tout le charme de l’histoire principale.

Les petits point noirs que j’ai notés sont les nombreuses longueurs qui m’ont parfois paru alourdissantes, et il y a un trop plein de descriptions sur les décors. Toutefois, je ne me suis pas laissée avoir par elles et j’ai continué ma lecture qui s’est révélée être assez bonne.

J’ai aussi noté que cette fois, au contraire des détails trop développés qui entourent l’histoire principale, il manque des descriptions au niveau de l’amitié peu commune entre Paul et Julia. Elle est trop futile, pas assez travaillée, je m’attendais à plus au vu du résumé. L’auteur ne fait que la survoler et c’est fort dommage.

En bref,

Malgré quelques faux pas, l’auteur a su créer une histoire originale, harmonieuse et pleine de tendresse même si Paul était souvent bougon.
Je vous recommande de lire ce roman qui se déguste avec un bon chocolat chaud et un plaid doux pour un bon moment de détente avec ce temps glacial.

Merci aux éditions Belfond pour ce service presse.

#C 

22 novembre 2016

Chronique : Les Pétales de sang

Classé dans : Chroniques,Éditions Belfond — Clarisse @ 12 h 49 min

les-petales-de-sang-701527-250-400

Titre : Les Pétales de sang
Auteur : Dorothy Koomson
Date de sortie : 5 novembre 2015
Thèmes : Amour, Intrigue,Victime, Recherche de la vérité
Prix :  21€50 Format Broché
Maison d’édition : Belfond
Note : 8/10

Résumé :

Tami pensait avoir une famille parfaite. Jusqu’à ce soir tragique où la jeune femme, impuissante, voit son mari Scott se faire menotter sous les yeux de leurs deux fillettes terrifiées. Le choc est total : Scott est accusé d’un acte odieux, impensable. Et c’est sa meilleure amie Mirabelle qui a porté plainte.
Qui croire ? L’homme qu’elle aime depuis toujours, le père de ses enfants ? Ou celle en qui elle plaçait une confiance aveugle, sa presque sœur ?
Alors que Scott nie tout en bloc et que Mirabelle fuit les explications, Tami enquête.
Et bientôt, le passé trouble de Mirabelle se dévoile… Mais aussi les nombreux secrets que Scott dissimule depuis tant d’années.

Il est des vérités plus difficiles à supporter que le mensonge. Et si le pire, pour Tami et les siens, était à venir ?

Mon avis :

Tami Challey n’aurait jamais cru que sa vie prendrait un tournant aussi dramatique en l’espace de quelques heures.
Mis au pied du mur, Scott, l’homme avec lequel elle a eu Cora et Anansy et prit un crédit immobilier, se retrouve mêlé à une plainte pour un crime affreux.
Déjà choquée par ces accusations invraisemblables, la victime n’est autre que Mirabelle, la meilleure amie de cette mère parfaite, une personne infiniment proche de cette famille modèle.

Que s’est-il vraiment passé ?

Est-ce que l’homme qui dort chaque nuit à côté de Tami est un monstre ?

Que cache-t-il réellement ?

Quelles sont ces zones d’ombre qu’il tient tant à garder sous clef ?

Quant à Mirabelle, invente-t-elle tout par vengeance ?

Est-elle celle qu’elle prétend depuis toutes ces années ?

Quelles autres surprises attendent Tami ?

J’ai eu du mal à me mettre dans l’histoire. On est projeté dès le départ dans la turbulence qui a fait voler en éclats cette famille sans imperfections sans qu’on nous y ait préalablement préparés. Je sais peu de choses sur chaque membre du clan Challey et sur leur entourage, on n’en apprend plus qu’après l’arrestation. Et c’est à la fin du roman que j’ai compris pourquoi l’auteur nous met de suite face à la fêlure qui ruina l’image si idyllique que voulait transmettre Tami aux yeux de tous.

Je ne ressors pas de ce roman avec l’envie de me replonger dedans directement, non. Je dois reconnaître qu’il fut assez bon mais j’ai dû passer les premiers chapitres pour me lancer complètement dedans. Je ne regrette pas de m’être poussée à poursuivre ma lecture. Je me suis retrouvée dans un thriller qui m’a promis d’innombrables rebondissements incessants qui, je dois dire, m’ont laissée parfois sur le carreau.

On ne sait jamais ce que nous prévoit l’auteur. Chaque fois que je pense avoir découvert toute la vérité sur cette machination, que je pense avoir mis le doigt sur les indices que me donnent toutes les questions que se pose Tami, je vois toutes mes spéculations balayées. Ce sont tous ces changements de direction qui m’ont obligée à ne pas abandonner ma lecture. Je révisais mon jugement de départ, et je ne pouvais pas refermer ce livre sans que j’aie eu le fin mot de ce thriller psychologique machiavéliquement bien monté.

Ce qui m’a le plus perturbée et touchée en même temps, ce sont les réactions de Tami : jamais elle ne laisse la situation la déstabiliser.
Certes, elle montre ses signes de faiblesse, elle est humaine, elle a le droit de craquer, mais dans ces instants je voulais l’épauler. Chaque fois ces phases passées, je la vois à nouveau avec un masque imperturbable.
J’ai bien senti ses motivations : protéger ses enfants et prouver l’innocence de celui qu’elle aime quitte à froisser des personnes dont on ne soupçonnait pas l’implication dans le dossier.

L’auteur a peut-être eu du mal à capter pleinement mon attention au début, je dois dire que son style énigmatique m’avait quelque peu repoussée. Néanmoins, sa plume énergique a réussi à me convaincre de continuer à lire le dénouement de cette affaire délicate, à me donner envie de ne pas poser son livre sans que j’aie les réponses que j’espère tant.

Si vous êtes à la recherche d’une lecture qui dépayse et où mensonges, trahisons et manipulations sont les maîtres mots qui naîtront au fil des pages qui se tournent, « Les pétales de sang » saura combler vos attentes, je peux vous l’assurer.

Merci aux éditions Belfond pour ce service presse.

#C

7 novembre 2016

Chronique : Movie Star, Tome 1 : Deauville

Classé dans : Chroniques,Éditions Belfond — Clarisse @ 12 h 43 min

movie-star,-tome-1---deauville-740695-264-432

Titre : Movie Star, Tome 1 : Deauville
Auteur : Alex Cartier
Date de sortie : 17 mars 2016
Thèmes : Cinéma & Chick lit
Prix : 17€ Format Broché
Maison d’édition : Belfond
Note : 7,5/10

Résumé :

Ophélie est une jeune attachée de presse de cinéma. Elle vit à Paris avec son chat (Roméo), son poisson rouge (Juliette), son petit copain (un mec vraiment bien), ses parents (adorables), sa meilleure amie (complètement nympho) et son fantasme érotique de toujours : Michael Brown, un des acteurs les plus bankable et les plus sexy d’Hollywood. Jusque-là rien de très indécent. Jusqu’au jour où son patron envoie Ophélie à Deauville pour son premier festival et qu’elle tombe nez à nez avec Michael dans le hall de l’Hôtel Royal… C’est le début d’une histoire d’amour dangereuse autant que torride où Ophélie devient la girl next door au bras d’une des stars les plus sexys au monde…

Mon avis :

Ophélie, 25 ans et en couple avec Christophe, a pour métier et passion le cinéma. Attachée de presse dans ce domaine, elle a fait de son rêve sa vie au quotidien.

Depuis toute jeune, elle est secrètement amoureuse du célèbre Michael Brown, l’idole de ces dames dont le charme et la renommée le précèdent. Quand le patron d’Ophélie l’envoie couvrir l’événement du Festival de Deauville, c’est avec joie que la jeune femme prend la direction des côtes normandes.

À son arrivée, l’un de ses autres souhaits va se réaliser. En effet, le beau Michael Brown est là juste devant. Il n’y a pas à dire, la vie de notre attachée de presse va prendre un nouveau virage… Il va y avoir de la casse !

Digne d’un grand magazine hollywoodien, la couverture du roman est originale et évocatrice. Je ne me suis pas penchée sur le résumé, j’ai voulu laisser planer le mystère avant d’entamer ma lecture.

L’idée d’être projetée dans l’aventure que va vivre Ophélie présentée via son journal intime m’a plu. Il y a parfois quelques longueurs que je me serais bien abstenue d’ajouter à la place de l’auteur. Trop de description tue la description, ça alourdit énormément certains passages qui n’en avaient pas besoin.

Quant aux protagonistes, Ophélie est une personne pétillante, agréable, avec laquelle j’ai eu des crises de rires. Jeune et naïve, elle débute dans le métier et pourtant elle tape dans l’oeil d’une célébrité. Avec quelques bourdes monumentales, je n’irais pas jusqu’à dire qu’elle est mon héroïne favorite mais je me suis prise d’affection pour elle. J’aurais volontiers pris sa place lors de cet événement mondain.

Passons à Michael. Arrogant, présomptueux, il a tout le package adéquat de la star qui sait qui plait. Je ne sais pas quoi penser de lui, il est très déstabilisant et peu évocateur. On n’en apprend pas des masses à son sujet, sauf son aptitude à faire grimper la température d’une pièce lorsqu’il y entre.

Hormis le gros défaut des longueurs, j’ai passé un bon moment lors de cette lecture fluette dont il ne faut pas en attendre trop. Ne pensez pas avoir entre les mains le livre qui va changer votre regard sur la Chick-Lit. Néanmoins, la plume d’Alex Cartier est divertissante, la combinaison du cinéma et de la comédie romantique avec quelques échauffements de corps donne des tons frais à ce roman.

Ce premier tome n’est pas une révélation, je l’ai apprécié dans l’ensemble et je pourrais pourquoi pas lire la suite… À voir.

Merci aux éditions Belfond pour ce service presse.

#C

23 février 2016

Chronique : L’Héritier des Beaulieu

Classé dans : Chroniques,Éditions Belfond — Clarisse @ 12 h 38 min

419AfO3nVML._SX317_BO1,204,203,200_

Titre : L’Héritier des Beaulieu
Auteur : Françoise Bourdin
Date de sortie : 7 mars 2013
Thèmes : Famille &  Imprimerie
Prix : 20€50 Format Broché
Maison d’édition : Belfond
Note : 7,5/10

Résumé :

C’est l’été au domaine des Carrouges, un vaste manoir biscornu, prétentieux et sinistre.
Les Beaulieu y cohabitent depuis des lustres, descendants d’une longue lignée et porteurs de vilains secrets.
Barthélemy, le fils aîné, la cinquantaine flamboyante mais sans héritier, est le patron redouté de l’imprimerie familiale qu’il fait seul prospérer d’une main de maître.
Mais bientôt sa mère, qui ne l’a jamais aimé, tente de lui imposer son unique neveu pour la succession, faisant ainsi surgir de dangereuses tensions et de douloureuses questions. L’heure du bilan a sonné…


Mon avis :

Barthélemy Beaulieu est l’aîné de 5 enfants. Il vit dans la grande maison familiale avec sa mère, ses frères et sœurs, Simon l’homme de maison et son ami d’enfance. Bart est le PDG de l’imprimerie Beaulieu, l’usine qui est dans la famille depuis des générations et qui lui a été léguée par Octave, son père mort d’un cancer. Octave a toujours voulu une grande famille, au grand désespoir de sa femme Irène qui a vécu ses grossesses comme un supplice. Irène déteste son fils aîné et Bart a appris au fil des ans à vivre avec le désamour que sa mère, cela ne l’a pas empêché de devenir un PDG talentueux. 

C’est lui qui règne en maître sur les imprimeries et sur le Carrousque (le domaine familial), au grand dam d’Irène qui cherche le moindre prétexte pour le faire souffrir. La peur de vieillir et sa stérilité de Bart sont les deux points qui le touchent particulièrement. Quoi de mieux pour elle que de faire une grande fête pour ses 50 ans et en plus de lui mettre entre les pattes son neveu d’une vingtaine d’années devenu drogué à la mort de son père ? Bart est en charge de Stéphane, le peut-être futur héritier. Cela le révolte mais il doit l’aider à se sortir de ses démons et qui sait, peut-être qu’avec le temps il pourrait le surprendre. 

Bart est un homme autoritaire et que beaucoup voient comme sans cœur, lui qui fait chambre à part avec sa femme et qui la regarde à peine alors qu’elle l’aime plus que tout et qu’elle est prête à tout pour le garder. Et avec Irène à ses côtés, le « tout » peut devenir le pire des mensonges. Celui qui aura gâché sa vie ! Pourtant, Bart a un cœur, il appartient à Nicki, son ancienne maîtresse de 20 ans de moins que lui. Il l’aimait d’un amour infini jusqu’à ce que Nicki lui annonce qu’elle est enceinte… 

Son monde s’écroule lorsqu’il la quitte dès l’annonce de cette grande nouvelle. Avec ce livre, on découvre le monde de la filiation des grandes familles. Ce qui est vraiment bien, c’est que les personnages évoluent tout au long des pages et on découvre le vrai visage de chacun. 

C’est un livre où règnent complots et trahisons, jusqu’à la dernière page on se demande comment l’histoire de Bart et Nicki va bien pouvoir se terminer. L’auteur connait vraiment bien son sujet quand elle nous parle de l’imprimerie, on sent qu’elle sait de quoi elle parle et du coup, on est plongé dans cet univers. Ce livre est aussi très intéressant car c’est un sujet qui change de tous les sujets que l’on peut voir d’habitude.

 

#Didi

 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes