Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

20 décembre 2016

Chronique : Le pic à glace

Classé dans : Chroniques,Editions L'Archipel — Clarisse @ 18 h 41 min

51u1k81fkmL._SX195_

Titre : Le pic à glace
Auteurs : Philippe Candeloro & Serge Filippini
Date de sortie : 16 novembre 2016
Thèmes : roman policier, sport, collaboration
Prix : 18€ Format Broché
Maison d’édition : L’Archipel
Note : 6,5/10

Résumé :

L’Eispickel, un hôtel isolé au milieu des montagnes suisses, non loin de Davos. Dehors, une violente tempête. Ici, on a l’habitude des intempéries. Ce qui est plus rare, c’est de découvrir un corps dans la neige, au pied des télécabines, le crâne défoncé par un piolet.

À plus forte raison si ce crâne est celui de Gustave Leroy, le patron du patinage français.
Commis en plein congrès de la Fédération mondiale, réunie à huis clos pour élire son nouveau président, ce crime secoue le petit monde très fermé des sports de glace.
Car Leroy visait le poste. Qui gênait-il ? Que savait-il ?

En attendant la police, Lorena, responsable de la sécurité, mène l’enquête. Elle sait que la victime était haïe du milieu. Ses soupçons s’orientent aussitôt vers Norton, ex-star du patin, lui aussi en lice pour la présidence. Et son amant, accessoirement. Mais le protecteur de Lorena, l’omnipotent Pharaon, candidat à sa propre succession, est-il bien hors de cause ?

À l’Eispickel, le soir du crime, des langues se délient. Des rumeurs refont surface.
Décidément, l’univers du patinage
international a peu à voir avec le strass et les paillettes d’Holiday on Ice. Ses méthodes feraient plutôt penser à la mafia. Avec ses figures imposées. Et surtout ses
programmes libres…

Mon avis :

L’Eispickel, un hôtel au beau milieu des montagnes suisses, est mis sens dessus dessous. En plus du congrès de la Fédération mondiale du patinage où se déroulera l’élection de son nouveau président, il y aura aussi un homicide assez sordide.

En effet, Lorena, la responsable de la sécurité de l’établissement, vient d’assister au meurtre d’un des prétendants au poste de dirigeant de la fédération. Le célèbre Gustave Leroy s’est fait défoncer le crâne à coups de pic à glace.

Choquée mais prête à mettre la main sur le coupable, Lorena décide de mener sa propre enquête en attendant l’arrivée de la police qui se retrouve bloquée loin des lieux du crime à cause de la tempête de neige.

La jeune femme sait que ses recherches ne seront pas des plus simples : la victime ne s’est pas fait beaucoup d’amis tout au long de sa carrière, et plus le temps passe, plus la liste des suspects ne fait qu’augmenter. Néanmoins, le meurtrier est plus près que ce qu’on aurait pu penser.

D’abord intriguée par sa couverture glaciale et son résumé percutant, j’ai jeté mon dévolu sur ce roman dès qu’on me l’a proposé en service presse. À sa réception, j’étais très impatiente de savoir si Philippe Candeloro, aidé de Serge Filippini, serait aussi doué pour l’écriture qu’il l’est sur la glace.
Je dois dire que je termine ma lecture avec un avis mitigé.

Ce roman possède des points positifs. Et un gros point négatif qui m’a parfois déboussolée.

Commençons par le moins bon.
J’ai eu un mal fou à supporter tous ces allers/retours dans le temps. Les auteurs sont continuellement en train de nous faire changer d’époque.
À chaque nouveau chapitre, je ne savais pas si j’étais bien au présent après le crime à suivre les investigations de Lorena, ou si je repartais en arrière pour en apprendre plus sur la victime et « son entourage ».
Je trouve que cela fait perdre trop facilement le fil conducteur de l’histoire au lecteur. Il m’a fallu persister pour relier tous les points de vue des personnages principaux ou secondaires, pour démêler les indices, les pourquoi ils auraient pu être le tueur et quelles étaient à tous leurs motivations.

Ensuite, les points positifs. L’enquête est bien menée par Loretta, ce n’est pas son métier et pourtant elle est très professionnelle. Son personnage est bien développé, j’ai très vite voulu en savoir plus comme elle sur les circonstances du drame.
Au niveau de l’intrigue policière, je la trouve bien montée, je ne m’attendais pas à ce que ce soit telle personne l’assassin, j’en étais sidérée. J’avais un peu des doutes sur une personne mais c’était dur d’être vraiment certaine car les auteurs brouillent très bien les pistes en nous proposant bon nombre de suspects qui auraient pu passer à l’acte aussi.
L’autre point positif, c’est l’univers du patinage qui est ma foi très bien représenté. Comme dans tout sport, rien n’est tout blanc ou tout noir, ici ne vous fiez pas aux paillettes ou aux faux sourires. Oh non, vous comprendrez que l’histoire nous laissera entrevoir les vraies règles de cette discipline drastique.

En bref, j’ai bien aimé suivre Lorena dans sa quête de vérité, elle est courageuse de se lancer tête la première dans ce nid de vipères.
L’écriture du roman à quatre mains est assez bien, je n’ai que pour seul reproche ces retours dans le temps beaucoup trop nombreux.

Merci aux éditions L’Archipel pour ce service presse.

#C

17 octobre 2016

Chronique : A nous deux Manhattan

Classé dans : Chroniques,Editions L'Archipel,Partenaires — Aurélie @ 14 h 30 min

9782352879237-001-G-220x355

Titre : A nous deux Manhattan

Auteur : Judith Krantz

Date de sortie : 5 octobre 2016

Prix : 8,80€

Thèmes : Héritage familial, conflit de génération, amour, pouvoir.

Maison d’édition : Éditions Archipel

Note : 8/10

Résumé :

Effrontée, immorale et belle jusqu’à l’indécence, Maximilienne Amberville, dite Maxi, découvre à vingt-neuf ans que son aptitude à saisir tous les plaisirs de la vie n’a d’égale que son ardeur au travail. Justement, l’empire de presse fondé par son père adulé, récemment disparu, menace de s’écrouler. Et l’artisan de cette ruine programmée n’est autre que son oncle, Cutter Amberville, l’homme des menées obscures… Maxi décide de se lancer dans une entreprise risquée : faire revivre le premier journal lancé par son père. Elle a tout à apprendre du métier, mais son flair et son enthousiasme lui attirent des soutiens providentiels. Pourtant, sans l’aide de son premier mari, graphiste génial, elle a peu de chances de réussir. Après des années d’amour et d’incompréhension, les amants terribles sauront-ils enfin se parler ? Une fresque sur le pouvoir et la trahison, l’obsession érotique et l’amour vrai.

Mon avis :

Maxi est une fougueuse jeune femme de 29 ans, mariée 3 fois, amatrice des plaisirs de la vie et passionnée dans tout ce qu’elle entreprend.

Un appel de son frère alors qu’elle est à Paris, l’a force à rentrer à Manhattan aux côtés de sa famille. Le père de Maxi est décédé il y a peu de temps et la gérance de son empire de presse est chamboulée. C’est la mère de la jeune femme qui détient la majorité des actions mais celle-ci est trop faible pour savoir quoi en faire. A ses côtés, le frère de son père, son oncle Cutter, a décidé de prendre les choses en main. En commençant par épouser la veuve de son frère.

Maxi et tous les administrateurs sont ébahis et furieux, car cet homme froid et séducteur n’a aucun droit sur la fondation de l’entreprise. Cutter veut tout régenter, et surtout supprimer deux des anciens magazines qui n’amènent aucune rentrée d’argent.

La jeune femme est bien décidée à barrer la route de son oncle et de sa mère pour faire renaître les deux revues qu’affectionnaient tant son papa…

La lutte des pouvoirs commencent. Et la trahison n’est jamais loin.Connaissant l’auteur grâce à l’un des ses nombreux romans « Flash », j’étais certaine d’être emportée par ce livre ! ça n’a pas raté !

L’écriture est vive, plein d’actions, un peu érotique. Aucun risque de s’ennuyer ! Maxi est l’une de ces héroïnes qu’on aime ou qu’on déteste mais qui ne nous laisse pas indifférent ! J’ai apprécié les flash-back qui nous en apprends plus sur les personnages et nous fais découvrir la naissance de l’empire de presse fondé par le père de Maxi.

Alors, certes, le livre date de 1986 mais on ne le ressent pas tant que ça et ça change de nos romances contemporaines ou historiques !

Une grande fresque familiale sans pitié, menée par une héroïne sensuelle au tempérament de feu !

#Aurélie

 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes