Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

29 novembre 2016

Chronique : Anno Dracula, tome 3 : Dracula Cha Cha Cha

Classé dans : Chroniques,Éditions Le Livre de Poche Imaginaire — Clarisse @ 11 h 52 min

anno-dracula---dracula-cha-cha-cha-788949-264-432

Titre : Anno Dracula, tome 3 : Dracula Cha Cha Cha
Auteur : Kim Newman
Date de sortie : 15 juin 2016
Thèmes : Enquête,Dracula, Mariage
Prix : 8€90 Format Broché
Maison d’édition : Le livre de poche, collection imaginaire
Note : 7/10

Résumé :

Rome, 1959. Dracula est sur le point de se marier en grande pompe avec la princesse moldave Asa Vajda. Mais cet événement mondain exceptionnel, qui rassemblera tout le gotha vivant et mort-vivant de la Ville éternelle, n’est que la première étape d’un ambitieux projet élaboré par le comte. Orson Welles et un agent secret vampire du nom de Bond sont également de la partie, ainsi qu’un mystérieux assassin, le Bourreau Écarlate, qui trouble la dolce vita de la cité en semant les cadavres derrière lui…

Mon avis :

Le comte Dracula s’apprête à prendre une nouvelle femme pour épouse. Pour marquer le coup, il a décidé d’inviter tout le gratin de la haute société vampirique à Rome où se déroulera l’heureux événement.

Le seul hic qui pourrait chiffonner notre immortel ? Il y a un tueur en série qui rôde dans les alentours, et ce grossier personnage semble prendre un malin plaisir en tuant des êtres à crocs comme bon lui semble. D’un patronyme révélateur, le Bourreau écarlate est prêt à mettre ses sentences à exécution, il y a des têtes parmi les Anciens qui risquent de tomber.

N’ayant pas lu les deux premiers tomes de cette saga : Anno Dracula, lorsque j’ai reçu ce troisième volet, je m’y suis d’abord consacrée pour ne pas être perdue avant d’enchainer sur Dracula Cha Cha Cha. Note aux lecteurs qui s’attaquent directement au dernier volume : lisez bien les deux précédents, ne faites pas comme moi, ne vous lancez pas directement dans celui-ci, vous risquez d’être un peu perdus.

Passons au fond. Je redécouvre un personnage phare de la littérature fantastique qui reprend une dernière fois un petit coup de jeune grâce à la plume de Kim Newman, qui a su revisiter d’une façon intéressante le mythe du tristement célèbre Dracula de Bram Stoker. En plus, il réintègre plusieurs des personnages auxquels nous avons été confronté dans le premier roman comme Geniève Dieudonné ou encore Charles Beauregard, un ex espion qui voit la fin de sa vie arriver.
L’auteur a su apporter un vent frais de renouveau en mêlant avec brio l’espionnage, le fantastique et le thriller tout en gardant certaines bases des aspects des années 1950.

Ce qui m’a en revanche dérangée, c’est le bonus de plus de 100 pages à la fin. Je ne l’ai pas autant apprécié que le texte précédent, je pense que l’auteur aurait dû s’arrêter au dernier point final de cette trilogie, ne pas en rajouter même si le but devait être de ne pas la finaliser totalement et de laisser une chance à ce qu’une suite voie le jour.

Moi qui ne suis pas trop polar, je dois avouer avoir passé un assez bon moment lors de ma lecture mordante qui fut passionnante dans laquelle j’étais confrontée à une vision légèrement différente de l’illustre Dracula.

Merci aux éditions Le livre de poche imaginaire pour ce service presse.

#C

14 octobre 2016

Chronique : Animae, Tome 2 : La Trace du Coyote

Classé dans : Chroniques,Éditions Le Livre de Poche Imaginaire — Clarisse @ 8 h 37 min

animae,-tome-2---la-trace-du-coyote-495429-264-432

Titre : Animae, Tome 2 : La Trace du Coyote
Auteur : Roxane Dambre
Date de sortie : 20 août 2014
Thèmes : Humour, Bit-lit
Prix : 7€10 Format Broché
Maison d’édition : Le livre de poche Imaginaire
Note : 10/10

coupdecoeur

Résumé :

Lou, 22 ans, travaille au département de Recherche sur l’Inexplicable de la DCRI, les services secrets français. Ses collègues lui reconnaissent un instinct stupéfiant pour différencier les coups montés du surnaturel. Bien entendu, aucun ne sait la vérité : même si elle a l’air d’une jolie blonde un peu fragile, la vraie nature de Lou est animale, elle se transforme à volonté. En panthère, de préférence. Alors évidemment, pour repérer les trucs bizarres (à part elle-même, s’entend), ça aide…

Lou est fiancée au beau capitaine Joshua et le dîner officiel des présentations arrive enfin. Elle est aux anges, mais une mauvaise ombre vient gâcher la fin du repas: les révélations de sa mère ouvre le bal des festivités et des rebondissements à n’en plus finir !

Mon avis :

De retour dans le monde d’Animae, je retrouve  Aloysia, Lou pour les intimes, égale à elle-même, très tactique, à la répartie aiguisée (qui n’a rien perdu de son côté félin) et amoureuse. Avec de solides responsablités depuis son entrée au DCRI, une agence gouvernementale française.
Sa vie tourne autour de son boulot, sa famille et de celui qui a ravi son cœur et sa main, le beau Capitaine Joshua.

Malgré tout, ce bonheur est de courte durée, notre pauvre panthère n’est pas au bout de ses calvaires.

A couper le souffle ! Une suite explosive ! Sincèrement, il ne faut pas se fier au résumé cachotier !

Généralement, dans les séries à plusieurs tomes, cela se déroule toujours pareil, l’intrigue retombe comme un cheveu sur la soupe pour tourner en rond sans sortir son épingle du jeu, ce que je redoutais en ouvrant ce deuxième tome tant attendu !

Je me suis trompée sur toute la ligne, ce tome deux confirme indubitablement le premier et le surpasse pour m’offrir un beau coup de ♥ !  J’ai commencé à mieux connaître chaque personnage, ils sont plus concrets et arf, Joshua j’en ferais bien mon quatre heure !

Et il y a Lou avec son humour hilarant et sa façon bien à elle de sortir les griffes lorsque l’occasion se présente. Je la kiffe. 

Point négatif de ce roman ? AUCUN.

Cette nouvelle histoire palpitante, remplie de rebondissements, d’une petite larme versée de ma part, d’humour et d’amour avec toujours une héroine pleine de mordant m’a énormément plu.

Roxane Dambre laisse libre cours à sa créativé et nous offre sur un plateau d’or une suite démentielle partagée entre les Daïerwolfs et les Chalcrocsdont avec des surprises originales, je me suis prise une belle claque avec l’un des lieutenants. 

J’ai hâte de lire la suite !

Merci aux éditions Le livre de poche imaginaire pour ce service presse.

#C 

12 octobre 2016

Chronique : La fille du Chaos

Classé dans : Chroniques,Éditions Le Livre de Poche Imaginaire — Clarisse @ 8 h 06 min

la-fille-du-chaos-762491-264-432

Titre : La fille du Chaos
Auteur : Masahiko Shimada
Date de sortie : 20 avril 2016
Thèmes : Polar et spiritualité
Prix : 7€90 Format Broché
Maison d’édition : Le livre de poche imaginaire
Note : 5/10

Résumé :

Naruhiko a hérité des pouvoirs visionnaires de sa grand-mère chamane. Pour apprendre à contrôler ses dons, l’adolescent retourne sur la terre de ses ancêtres afin d’y subir un éprouvant rite d’initiation. Dans ses rêves apparaît Mariko.
Lycéenne devenue amnésique, celle-ci est séquestrée par un homme qui abuse d’elle et la conditionne au meurtre. Une fois libérée, elle est vite happée par la violence des bas-fonds de Tôkyô. Elle rencontre Sanada, un professeur d’université qui va se servir de la jeune fille comme machine de guerre contre une société aliénée et corrompue qu’il abhorre.

Mon avis :

Nariko est perturbé par tous les rêves qui l’habitent depuis quelques temps. Descendant d’une famille de chamans, son destin de devin est en train de se manifester. Alors que ses visions deviennent chaque fois plus claires et horrifiantes, il voit une fille s’y dessiner…

Mariko S, lycéenne, a été enlevée par un homme plus terrifiant que Satan. Détruite physiquement et psychologiquement, son bourreau s’évertue à faire d’elle son jouet, son arme qu’il garde séquestrée jusqu’à ce qu’il en ait besoin. Sortie de cette emprisonnement, la jeune femme devient à son tour un monstre malgré l’aide très intéressée de Sanada, un professeur qui cache son jeu.

Trois vies différentes, à quel point sont-elles liées ?

Lecture mitigée !

Je me suis sentie dans le flou au début de ma lecture, il m’a fallu du temps pour comprendre ce qui arrivait dans les premiers chapitres dont le protagoniste est Naruhiko. Voir son évolution ne m’a pas tant intéressée, pourtant il est une pièce clef de ce roman.

En contre sens, j’ai vite ressenti de la rage envers le tortionnaire (je l’aurais envoyé dans un hôpital psychiatrique avec plaisir) de la pauvre Mariko. Comment peut-on infliger de telles souffrances à une personne en y trouvant du plaisir ? Du courage elle en a. Et puis, lorsqu’elle se sort de ce bourbier avec des repères à l’opposé de ceux qu’elle avait avant sa renaissance, malheureusement elle tombe dans un nouveau piège, j’en ai frissonner, la proie devient à son tour le chasseur sans vergogne. Elle est au point de non-retour.

Le gros point noir, Masahiko Shimada nous lance directement dans le vif du sujet sans laisser le temps à son lecteur de comprendre certains termes ou mots des racines du Japon. J’apprécie qu’il nous fasse découvrir cette culture dont j’ignorais tout, on voit que l’auteur est attaché à ce pays mais il aurait dû y aller plus en douceur au démarrage.

Ce qui me choque davantage, c’est la considération des autres dans ce roman. Tout n’est que clinquant et faux. Être impeccable aux yeux des autres, ne pas faire un pas de travers est l’objectif premier de tout un chacun.

En bref ,

Cette lecture n’est pas un total plaisir, j’ai dû dépasser la moitié pour me mettre dedans  avec toutefois encore des moments déstabilisants.

Merci aux éditions Le livre de poche imaginaire pour ce service presse.

#C 

9 octobre 2016

Chronique : Bird Box de Josh Malerman

Classé dans : Chroniques,Éditions Le Livre de Poche Imaginaire,Partenaires — Emilie @ 14 h 49 min

image1 (3)

 

 

Titre : Bird Box

Auteur : Josh Malerman

Date de sortie : 18 Novembre 2015

Prix : 7,30€ format poche

Maison d’édition : Livre de poche imaginaire

Note : 10/10

 

Résumé : 

La plupart des gens n’ont pas voulu y croire, les incidents se passaient loin, sans témoins… 

Depuis qu’ils sont nés, les enfants de Malorie n’ont jamais vu le ciel. Elle les a élevés seule, à l’abri du danger, sans nom, qui s’est abattu sur le monde. On dit qu’un coup d’œil suffit pour perdre la raison, être pris d’une pulsion meurtrière et retourner sa violence contre soi. Elle sait que bientôt les murs de la maison ne pourront plus protéger ses petits. Alors, les yeux bandés, tous trois vont affronter l’extérieur, et entamer un voyage terrifiant sur le fleuve, tentative désespérée pour rejoindre une colonie de rescapés. Arriveront-ils à bon port, guidés seulement par l’ouïe et l’instinct ? 

Un climat de tension habilement instauré, qui vous fera sursauter au moindre bruit. 

Avis : 

Dans ce livre post-apocalyptique, nous allons suivre Malorie et ses deux enfants : « Fille » et « Garçon ».

Le monde que l’auteur va nous faire découvrir est victime de ce que j’appellerais « une épidémie ».

Les seules choses que l’on sait c’est que si on regarde, on devient fou et on se suicide dans d’abominables souffrances. Dès lors pour survivre il fait avoir les yeux bandés.

Un jour Malorie décide qu’il est temps de partir de sa maison. A ce moment-là nous allons suivre deux facettes de son histoire.

Celle de Malorie, quatre ans plus tôt, alors qu’elle est enceinte, c’est le début de l’épidémie. Elle trouvera refuge dans une maison, avec d’autres survivants.

Et le périple de Malorie et ces deux enfants au bord de la rivière afin de trouver un nouveau refuge.

Malorie est un personnage impressionnant. Elle est tellement forte et pleine d’espoir dans ce monde de destruction où le simple fait de voir peut vous tuer.

Il y aura aussi Tom, un survivant. Un personnage très touchant, d’une force de caractère incroyable, il tente de positiver en cherchant toujours des solutions.

Le fait que le récit se passe les yeux bandés en fait une sorte de « huit clos » que Josh Malermann arrive à rendre fascinant. 

On ressent chaque émotion des personnages, la peur, le stress, l’espoir. Cela en est même bouleversant, car on a nous aussi l’impression de perdre nos repères.

On ne sait pas grand-chose sur le fondement de ce cataclysme qui a plongé la terre dans le chaos. Le mystère qui entoure ce mal est vraiment troublant, car au final on ne sait pas ce que c’est, ni comment le contrer. 

Finalement, ce livre nous emporte dans notre pire cauchemar : les monstres de l’obscurité. 

La plume de l’auteur est vraiment addictive, très directe. On est transporté sans soucis dans l’histoire qu’on n’arrive pas à lâcher. Je ne peux que vous conseillez ce livre les yeux fermés (sans mauvais jeu de mot lol)

Merci à Livre de Poche imaginaire pour ce service presse.

#Milie

21 avril 2016

Chronique : Le Baiser de l’Ange, Tome 1 : L’Accident

Classé dans : Chroniques,Éditions Le Livre de Poche Imaginaire — Clarisse @ 18 h 40 min

le-baiser-de-l-ange,-tome-1---l-accident-271569-250-400

Titre : Le Baiser de l’Ange, Tome 1 : L’Accident
Auteur : Elizabeth Chandler
Date de sortie : 14 Novembre 2011
Thèmes : Amour, Ange, Mort, Foi, Tristesse
Prix : 6€90 Format Broché
Maison d’édition : Le livre de Poche 
Note : 8,5/10

Résumé :

Ivy adore les anges. Elle croit plus que tout à leur existence et collectionne les petites statuettes qui les représentent. Tristan, le garçon le plus adulé du lycée est fou amoureux d’elle, et elle partage ses sentiments. Mais lorsque le destin les frappe violemment, Ivy perd la foi. Et sans cette foi, elle ne peut voir que son ange gardien veille sur elle et tente de l’avertir que le danger rôde…


Mon avis :

Ivy, 17 ans, est fan des anges. Elle croit en eux et pense même que l’un d’entre eux lui a sauvé la vie. Elle collectionne les figurines et leur adresse des prières fréquemment. Elle vit avec son petit frère de 8 ans et sa mère dans un petit appartement mais bientôt, tout va changer : elle va se retrouver dans une immense maison car sa mère va se remarier avec Monsieur Baines, le père de Grégory, qui a une relation bizarre avec elle. En effet, Grégory a 17 ans comme elle et fréquente le même lycée. Ivy est troublée par la façon dont il la regarde et par les réflexions à double sens qu’il lui chuchote. Tristan, le beau gosse du lycée et champion de natation, a craqué pour elle dès qu’il l’a vue.

 

Celle-ci joue les indifférentes car elle ne pense pas qu’il s’intéresse vraiment à elle mais pourtant, tout du long, Tristan va tout faire pour se rapprocher d’elle jusqu’à s’incruster au mariage des Baines. Ce qui va s’avérer payant, tout est rose jusqu’à ce terrible accident. Depuis, elle n’a plus la foi et pourtant, Tristan sait que pour les réunir à nouveau tous les deux il va devoir tout faire pour qu’elle y croie à nouveau.

 

C’est un livre qui se lit rapidement car il fait 230 pages et l’histoire se déroule plutôt vite, je n’aurais pas pensé à cette intrigue au début du livre et ça donne vraiment envie de savoir la suite. Il y a cependant quelques petits blocages mais l’histoire m’intéresse, donc je vais me procurer le tome 2, je ne peux pas ne pas savoir quelle est la mission de Tristan. Et puis les personnages sont intrigants, surtout Grégory qui à mon avis va jouer un rôle important et puis surtout, il faut que je sache si cet accident en est vraiment un.

 

#Didi 

31 mars 2016

Chronique : Le Protectorat de l’ombrelle, une aventure d’Alexia Tarabotti, tome 1 : Sans âme.

Classé dans : Chroniques,Éditions Le Livre de Poche Imaginaire,Partenaires — Clarisse @ 14 h 28 min

le-protectorat-de-l-ombrelle,-une-aventure-d-alexia-tarabotti,-tome-1---sans--me-550282

Titre : Le Protectorat de l’ombrelle, une aventure d’Alexia Tarabotti, tome 1 : Sans âme.
Auteur : Gail Carriger
Date de sortie : 12 Janvier 2011
Thèmes : Surnaturel, époque victorienne, steampunk, Humour
Prix : 7,10€ Format Broché 
Maison d’édition : Le livre de poche 
Note : 10/10

coupdecoeur

Résumé :

Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales.

Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, ne lui avait pas été présenté ! 
Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. 
Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame -t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

Mon avis : 

Mademoiselle Alexia Tarabotti vit à Londres à l’époque Victorienne aux côtés de sa famille. Elle a 26 ans, est « vieille fille »,  brune avec une peau mate lui venant d’un père italien et a surtout un sacré caractère ! Tout se qu’il ne faut pas dans la bonne société de Londres où pâleur et discrétion sont à la mode chez les jeunes filles de bonnes familles.

Un soir de bal, elle se fait attaquer par un vampire dans la bibliothèque de ses hôtes où elle s’était retirée. 
Manque de chance pour le vampire, elle le tue avec sa tige à cheveux en argent…Car Alexia n’est pas une jeune femme comme les autres, c’est une paranaturelle, une Sans âme. Lorsqu’elle touche les êtres surnaturels, elle leur retire temporairement leurs pouvoirs. 

Sur les lieux du crime arrivent les agents du BUR qui s’occupent des affaires surnaturelles. Et parmi eux, le redoutable Loup-garou Alpha, Lord Maccon. Lui et Alexia se connaissent depuis longtemps et ne s’aiment pas beaucoup, surtout à cause d’une histoire de hérisson aillant fini sur les parties inférieures de Lord Maccon par inadvertance…Bref !

Alexia et Lord Maccon deviennent alliés par la force des choses et s’aperçoivent que vampires et Loup-garous disparaissent mystérieusement dans le pays. Ils décident de mener l’enquête et vont découvrir des choses incroyables dans le milieu scientifique, à cette période de grandes découvertes.

Précision : nous sommes dans un Londres Victorien où les vampires, Loup-garous et même fantômes sont parfaitement intégrés dans la société depuis la nuit des temps. 

On m’a souvent conseillé la lecture de cette série de 5 tomes. Très addictive parait-il ! 
Je confirme ! Malgré un langage 18eme auquel on se fait rapidement, l’humour est omniprésent et la présence du surnaturel nous fais plonger dans un monde steampunk merveilleux et extrêmement bien organisé ! 

Et mention spéciale au Lord vampire gay et ami d’Alexia qui m’a bien marrer, je vous assure, il est terrible !

J’ai la suite, plus qu’à m’y mettre !

Extrait : 

« Madame Loontwill fit ce que toute mère bien préparée aurait fait en trouvant sa fille célibataire dans les bras d’un gentleman loup-garou : elle fit une crise très décorative, et très bruyante, d’hystérie.
Conséquence de ce vacarme considérable, tous les membres de la maison Loontwill se ruèrent hors des chambres qu’ils occupaient et se précipitèrent dans le grand salon. Naturellement, ils avaient cru que quelqu’un était mort ou que mademoiselle Hisselpenny était arrivée avec un chapeau d’une laideur sans pareille. Au lieu de quoi, ils trouvèrent quelque chose de bien moins vraisemblable : Alexia et le comte de Woolsey romantiquement imbriqués. »

Chronique : Le Protectorat de l'ombrelle, une aventure d'Alexia Tarabotti, tome 1 : Sans âme. dans Chroniques cleardot#Aurélie

3 mars 2016

Chronique : Animae, Tome 1 : L’Esprit de Lou

Classé dans : Chroniques,Éditions Le Livre de Poche Imaginaire,Partenaires — Clarisse @ 10 h 03 min

animae,-tome-1---l-esprit-de-lou-447306-250-400

Titre : Animae, Tome 1 : L’Esprit de Lou
Auteur : Roxane Dambre
Date de sortie : 14 Mai 2014 
Thèmes : Daïerwolf, Métamorphe, Enquêtes
Prix : 7€60 Format Broché
Maison d’édition : Le livre de Poche
Note : 9/10

Résumé :

« Je m’appelle Lou, j’ai 20 ans, et dans quelques heures, je vais m’installer dans les bureaux de la DCRI, les services secrets français.
Mon job ? Officiellement, consultante au département de recherche sur l’inexplicable. Officiellement. Parce qu’en réalité, je traque une bizarrerie qui rôde dans la nuit parisienne, un truc que je n’ai pas encore cerné, mais qui fait hurler de rage mon instinct de panthère.
Oh, je ne vous ai pas dit ? Comme tous ceux de ma race, ma vraie nature est animale, et je me transforme à volonté. Nous, les Daïerwolfs, formons un peuple très puissant, mais contraint à se cacher des faibles humains. Enfin, faibles… pas tous. L’officier qui m’a recrutée, le capitaine Sylvain Levif, pourrait me vaincre d’un seul regard tant il me plaît ! À cette heure, je n’ai pas encore décidé si cela va rendre ma mission plus agréable ou plus compliquée. Ou les deux. Et zut. Pourquoi ces choses-là n’arrivent-elles qu’à moi ? »

 


Mon avis : 

Aloysia ou Lou pour les intimes est une jeune femme blonde, d’une vingtaine d’année, assez bien proportionnée ( je la cite ) avec de jolies griffes acérées. Oui, elle a un petit secret et derrière sa repartie et son énergie se cache une vraie panthère, Lou est une Daïerwolf ( une métamorphe qui peut prendre la forme de l’animal de son souhait mais qui a comme animal de prédilection la panthère), un gros félin tout doux.

Tout comme ses compères, la jeune panthère se bat contre les Chalcrocs , des loups-garous non pacifiques qui mettent en péril l’équilibre créé par les Daïerwolf en s’attaquant aux humains. 

Lou vient d’être recrutée par la DCRI, une sorte d’agence secrète française qui s’occupe d’événements peu communs. La jeune femme n’a pas de mal à s’intégrer dans sa nouvelle équipe mais elle va commettre une imprudence qui aura de lourdes conséquences. Elle est devenue la cible d’un type complètement paranoïaque qui n’aura pas de limites pour avoir la peau de Lou.

En plus de l’intrigue qui entoure la facette professionnelle de Lou, une passion va naître entre elle et le capitaine Sylvain Levif, des tensions en plus qui risquent de la mettre davantage en danger ainsi que l’équipe. Entre temps, nous découvrons Cam (un métamorphe Caméléon), le meilleur ami de Lou qui m’a bien plu, il a un grand Q.I mais prend peur dès que la menace est trop grande.

Ce livre m’a ramenée à mes premières amours livresques, la bit-lit ! Je l’ai lu en peu de temps, l’intrigue est rudement bien menée, Roxane Dambre nous offre un très bon roman, la romance et le fantastique se mélangent parfaitement, un roman frais et accrochant. J’ai hâte d’avoir la suite des aventures de Lou et de la DCRI. Je vous recommande ce roman pour un bon moment de lecture avec cette belle panthère qui raffole

des steaks crus. 

Merci aux éditions Le livre de poche Imaginaire pour ce service presse.

 11193354_934356593262812_8498287797764900582_n

#C 

 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes