Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

4 décembre 2016

Chronique : Liberté, Egalité, Sexualité de Marc Lemonier

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine,Partenaires — Aurélie @ 16 h 23 min

liberte-20egalite-20sexualite-20musardine-5808be88b57d5

 

Titre : Liberté, égalité, sexualité 

Révolutions sexuelles en France 1954 – 1986

Auteur : Marc Lemonier

Date de sortie : 20 Octobre 2016

Prix : 22€

Thèmes : Révolution sexuelle française

Maison d’édition : La Musardine

Note : 8/10

Résumé :

Histoire d’O, les nudistes à Saint-Tropez, la minijupe, le magazine pour adultes Lui, le manifeste des 343, la sortie du film Emmanuelle au cinéma, le minitel rose, la légalisation de l’avortement, l’apparition des films X, l’âge d’or de l’érotisme, la pin-up de Stéphane Collaro…
Ah, les temps heureux de la révolution sexuelle !

Liberté, Égalité, Sexualité retrace l’histoire de la sexualité  » à la française « . De 1954 à 1986 s’ouvre une période d’insouciance, de conquêtes et d’exercice de nouvelles libertés, brutalement mises à mal par l’apparition du sida. Depuis, il ne s’agit plus que de défendre ces acquis contre le retour à l’ordre moral et la banalisation. Et plus que jamais, il s’avère utile de rappeler l’importance de ces combats passés.

En une soixantaine de chapitres qui correspondent chacun à une date et à un événement marquants, ce beau livre, composé de récits vivants et documentés, généreusement illustrés d’une iconographie d’époque, iconique et riche dans sa variété, se feuillette comme un magazine.
Voici donc un album souvenirs rétro et vintage pour découvrir ou (re)découvrir, non sans une certaine nostalgie, cette histoire pas si lointaine, ainsi que les hommes et les femmes qui l’ont écrite et auxquels nous devons tous beaucoup.

Mon avis :

J’ai passé un long moment avec ce grand livre coloré dans les mains.

Je l’ai tout d’abord feuilleté aléatoirement, préférant m’attarder sur les sujets et les thèmes qui me plaisaient en priorité. Très franchement, j’ai adoré !

« Liberté, égalité, sexualité » est un recueil de récits parlant de sexe, certes, mais aussi des femmes, de livres, de cinéma… Cela se lit comme un magazine. Il réunit prêt de 60 chapitres mettant en lumière la révolution sexuelle des dames de 1954 à 1986.

Du film « Histoire d’O », qui a déclenché la furie des chastes esprits de l’époque, en passant par les magazines pour adultes, les mini-jupes, la légalisation de l’avortement, la mise en avant des pin-ups et l’apparition du minitel rose…

Vous ne pourrez plus rien ignorer de l’érotisme sous toutes ses formes médiatisés et de la manière dont il a été perçu et vécu au fil des années, ni de la façon dont tout à évolué dans notre société. 

Bien entendu, le livre n’est pas à mettre entre toutes les mains car il contient des photographies, ainsi que des dessins, à caractère érotique et sexuel.

Dans l’ensemble, je le recommande pour passer un agréable moment, le sujet est léger en général pourtant vous toucherez aussi à des sujets plus délicats. Un bel ouvrage utile qui vous ouvrira l’esprit sur une culture bien tabou à l’époque.

En conclusion : le sexe c’est bien, votre corps est à vous et vous en faites ce que vous voulez, mais pensez toujours à vous protéger !

#Aurélie

29 novembre 2016

Chronique : Les perles des urgences du sexe

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine,Partenaires — #didi @ 14 h 49 min

les-perles-des-urgences-247x330

Titre : les perles des urgences du sexe

Auteur : Stéphane Rose

Maison d’édition : La Musardine

Notre 9/10

Résumé :

Les gens qui vont aux urgences hospitalières avec un truc coincé dans le derrière (ou pour un problème du même genre), ça existe vraiment ? OUI ! 


Et leur imagination va au-delà de tout ce que vous pourrez imaginer en la matière… Ce livre compile les cas d’urgences classées X des pompiers, médecins de nuit, étudiants en médecine et autres urgentistes hospitaliers.

Vous y trouverez une femme avec un poisson rouge coincé là où il ne fallait pas,

un ivrogne blessé après avoir fait l’amour à un bonhomme de neige,

un prêtre avec une pomme de terre coincée dans une voie qu’il ne croyait pas impénétrable…


et autres cas authentiques tous plus insolites, incroyables et désopilants les uns que les autres

Avis :

Je n’ai qu’une seule chose à dire :  » Wahou ! l’être humain est plein de surprise, c’est le moins que l’on puisse dire. »

Dans ce petit livre, il y a des interviews, des photos ou plutôt des radios, des sources internet, des témoignages… chaque page est différente.

Je pensais que ça allait être très lourd et trop gore, mais j’ai été agréablement surprise et est énormément rigolé.

Je dois tout de même vous avouer qu’il y a quand même des histoires peu ragoûtantes… mais l’auteur pense à nous, et il y a derrière chaque histoire extrême un petit quelque chose pour adoucir le texte, par exemple une photo de chaton. Oui, oui, de chaton…

Ce livre est vraiment barré et je trouve que cela peut faire un cadeau très sympa et humouristique.
A éviter pour votre petite mamie tout de même !

#didi

4 novembre 2016

Chronique : La femme de papier

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine — Clarisse @ 13 h 10 min

la-femme-de-papier-754578-250-400

Titre : La femme de papier
Auteur : Françoise Rey
Date de sortie : octobre 2015
Thèmes : Sexe,Erotisme, Lettres
Prix : 18€ Format Broché
Maison d’édition : La Musardine
Note : 4/10

Résumé :

Renvoyée à sa plume après une fulgurante et torride liaison, une femme écrit à son amant.  » Le cœur tendre, le ventre désœuvré « , elle effeuille l’album de leurs souvenirs, de leurs folies.

De son compagnon, nous ne connaîtrons que deux couleurs : le jaune de ses yeux et le vert de son pull… Mais nous découvrirons vite ses caprices et ses fantasmes auxquels elle se soumet, tout en laissant parler son propre corps.

Un roman libertin, une histoire de corps qui viendra mourir dans les profondeurs du cœur.

Mon avis :

Ce roman a subi plusieurs rééditions. Il a reçu bien des critiques autant sur son fond que sur celle qui l’a écrit, c’est pourquoi je me suis laissée tenter pour voir ce qu’avais dans le ventre, ce livre étant d’après les rumeurs : LE livre érotique que l’on doit absolument lire. Déjà, pour moi, il est bien au-delà de l’érotisme, on a vraiment des actes pornographiques sans limites encerclés par de l’érotisme hard.

Son contenu résume la relation d’une femme avec son amant qui commence à partir à la dérive, manquant apparament de piquant dans leurs parties de plaisir. C’est alors que la narratrice (l’auteur dans ce cas) décide, pour pimenter le tout, d’avouer dans des lettres brûlantes ses fantasmes les plus cachés. Au fur et à mesure de cet échange épistolaire, cette femme dévoile des pulsions ou envies chaque fois plus hard avec pour seule limite son imagination débridée.

Je ne suis pas du genre à être choquée par un roman érotique voire plus hot, mais celui-ci est trop dur pour moi !
Clairement, je me suis accrochée jusqu’aux trois quarts du roman pour l’abandonner. Je m’attendais à des scènes de sexe avec des moments doux, grave erreur ! Ici on est confronté à du sexe pur sans une once de tendresse ou d’amour. Par exemple, le fait de choper un mineur dans un bar ou encore des dérives vers la scatologie m’ont rebutée comme jamais, ça va beaucoup trop loin.

Sans m’en rendre compte, j’étais devenue spectactrice de cette relation épistolaire parfois malsaine. La plume de l’auteur est charnelle, embringuante, elle fonce les traits de ses récits en y ajoutant des partenaires ou des situations abracadabrantes tirées par les cheveux et révulsantes. Il y a certains points qui n’avaient pas lieu d’être dans un roman dit érotique.

Françoise Rey a pour sûr l’âme d’une écrivaine du genre pornographique, notre première rencontre se conclut par un abandon de ma part malgré mon essai pour terminer «  La femme de papier ».

Merci aux éditions La Musardine pour ce service presse.

#C 

21 octobre 2016

Chronique : La revanche du clitoris

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine — Clarisse @ 20 h 18 min

1507-1

Titre : La revanche du clitoris
Auteurs : Maïa Mazaurette et le Dr Damien Mascret
Date de sortie : 18 février 2016
Thèmes : Analyse, sexualité 
Prix : 13€ Format Broché
Maison d’édition : La Musardine
Note : 8,5/10

Résumé :

Après les monologues du vagin, le clitoris tient enfin sa revanche ! Toutes les études des sexologues le prouvent : le clitoris est bien le principal détonateur de l’orgasme féminin. Pourtant, dans les médias comme dans les mentalités, les approximations perdurent, et avec elles une somme d’idées reçues.

Mon avis :

J’ai apprécié. Ce livre est un petit diamant qui traite un sujet parfois peu exploré par tous. Mais certes, ce roman doit être lu par un public averti.

Je voulais absolument le lire à cause de sa couverture. Passé outre cette couverture rigolote, ce petit guide aide toute personne à mieux comprendre la morphologie de la femme. Illustré avec des schémas simples et bien exposés, rien ici n’est obscène ou vulgaire.

Ici les deux auteurs (dont un est sexologue) vantent les vibrations que peuvent causer le centre de la femme qui est souvent trop ignoré. Beaucoup de personnes pensent plus au vagin comme premier donneur de plaisir, cela est bien dommage car le clitoris prodigue lui aussi des effets, voire plus que son collègue.

Grâce à ce guide, on apprend à mieux se connaître, ainsi que notre compagne ou partenaire de jeux. Écrit à quatre mains, on voit que les deux auteurs ont bossé le sujet et fait de véritables recherches, il n’y a rien de plus à ajouter sur le sujet traité, tout a été dit avec une grande simplicité.

Messieurs ou Mesdames, un petit livre qui devrait vous aider à prodiguer davantage de plaisir à votre partenaire et n’oubliez pas, le clitoris aussi aime que l’on prenne soin de lui, l’essayer c’est l’adopter.

Merci aux éditions La Musardine pour ce service presse.

#C 

3 octobre 2016

Chronique : A cœur pervers

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine — Clarisse @ 7 h 53 min

 a-c-ur-pervers-768584-250-400 (1)

Titre : A cœur pervers
Auteur : Octavie Delvaux
Date de sortie : 28 Avril 2016
Thème : Nouvelles érotiques
Prix : 18€ Format Broché
Maison d’édition : La Musardine
Note : 7,5/10

Résumé :

Dans le train, une femme belle et sophistiquée en face d’un garçon trop jeune pour savoir qu’il est désirable. Elle lui écrit, mais quoi ? Et lira-t-il cette lettre au parfum de soufre ?

Une femme invitée par son mari au restaurant pour la Saint-Valentin. Il lui offre un oeuf vibrant télécommandé, elle doit aller aux toilettes, le glisser dans son sexe et revenir tranquillement s’asseoir. Mais se doute-t-il, qu’en matière de provocation, sa femme est bien plus forte que lui ?

Entre Éros et Thanatos, 23 nouvelles puissamment érotiques et féminines par Octavie Delvaux, auteure de Sex in the Kitchen.

Mon avis :

Je ne suis pas trop nouvelles, je trouve qu’à chaque fois les textes ne sont pas assez aboutis, cela laisse souvent à mon goût le lecteur sur sa faim, donc j’évite autant que possible de lire des romans qui regroupent un ensemble de nouvelles.

Piquée par la curiosité de savoir de quoi ruisselait ce livre au vu des critiques assez positives que j’avais vues dessus, je me suis laissée tenter lorsqu’on me l’a proposé en service presse.

Je ressors avec un avis plutôt positif.

J’ai apprécié les trois quarts des nouvelles, j’ai mes favorites : ( Saint-Valentin  et En plein coeur ) qui furent trop, mais complètement trop petites à mon goût.

Je n’ai pas du tout aimé ( Au coeur du bocage, une rivière et Saint-Lazare 1943 et trois autres ) qui donnent l’impression d’être des coupures dans la succession des écrits de l’auteur.

Octavia Delvaux explore un bon nombre de fantasmes qui un jour ont traversé l’imagination de quiconque. Elle met en scène la plupart du temps des amants, qui explorent tous les vices que leurs corps leur permettent, jusqu’où certaines de leurs relations sont capables d’aller pour assouvir leurs envies. Ici, les mondes du SM, voyeurisme, de la bisexualité et du cocufiage sont mis en avant.

J’ai fait connaissance pour la première fois avec l’écriture de cette auteure, honnêtement il ne faut pas être coincé et fermé d’esprit pour lire rien que la toute première nouvelle.
Sa plume découle de sexe, et bien qu’il soit décrit crûment par instants, j’ai senti des notes de douceur  qui essayaient de percer le trop plein d’hormones en chaleur.

Je referme ce roman surprise car je ne m’attendais pas à plonger immédiatement dedans, je le prenais plutôt à reculons. Une bonne trouvaille.

À lire pour les esprits très ouverts.

Merci aux éditions La Musardine pour ce service presse.

#C 

25 septembre 2016

Chronique : Osez être une maman sexy

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine — Clarisse @ 17 h 06 min

osez,-etre-une-maman-sexy-785100-250-400

Titre : Osez être une maman sexy
Auteur : Ovidie
Date de sortie :  28 Avril 2016
Thèmes : maman, Sexe, Rôle de la femme
Prix :  8€10 Format Broché
Maison d’édition : La Musardine
Note : 8,5/10

Résumé :

Comment être une super maman et rester une femme épanouie Forte de son expérience de maman, Ovidie tient d’abord à rassurer les femmes : ni la maternité ni la sexualité ne doivent être soumises à des idéaux de performances. La première chose est de se réconcilier avec son corps, sans culpabilité ni objectif inatteignable, de prendre soin de soi, surtout.

Mon avis :

Un guide hyper pratique pour toutes les mamans qui sont en pleine période de recherche d’elle même après leur accouchement.

Dans ce livre, vous trouverez plusieurs solutions pour reprendre confiance en vous, en votre corps, quelle réaction il faut avoir face à certaines situations qui vous dépassent avec ou son le conjoint, comment retrouver une vie sociale tout en étant maman et des tas d’autres aides pour redevenir la même femme qu’avant votre accouchement.

Je dois dire que ce petit roman est une très bonne idée que je conseille à toutes les futures mères qui se posent des tonnes de questions sur le « après la naissance du bébé ».

N’étant pas maman ou future maman pour le moment, je l’ai lu par curiosité et j’ai trouvé que Ovidie exprimait avec facilité touts les petits tracas qu’une nouvelle mère peut rencontrer. L’auteur a trouvé le moyen de lier la vie de mère et la vie femme à part entière.

J’ai déjà lu un roman de la gamme Osez et encore une fois je me suis éclaté, chaque livre aborde un sujet précis avec beaucoup d’entrain, de panache, ils apportent de véritables conseils sans être barbants !

Merci aux éditions La Musardine pour ce service presse

#C 
  

30 mai 2016

Chronique : Osez…Une nuit d’amour parfaite

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine,Partenaires — Clarisse @ 15 h 31 min
029226-352x500 (1)
Titre : Osez…Une nuit d’amour parfaite
Auteur : Marc Dannam
Date de sortie : 19 Février 2015
Prix : 8€10 Format Broché
Thèmes : Sexe, conseils très « Osez ».
Maison d’édition : La Musardine, collection Osez
Note : 6,5/10
Résumé :La plus belle nuit de votre vie amoureuse ! 

Comment vivre « une nuit d’amour parfaite », que vous veniez de vous rencontrer ou que vous soyez ensemble depuis des années ?… Nous n’allons pas vous apprendre à « bien faire l’amour », mais vous donner des conseils en vue du plaisir partagé : des idées pratiques sur la manière d’agencer votre chambre ou de vous épiler le pubis, des suggestions de caresses, de bisous, de positions amusantes, de jeux sexuels… Heure par heure, cette nuit sera une succession d’épisodes érotiques afin que chaque instant soit parfait. 
Marc Dannam, directeur de la collection « Osez », et auteur de nombreux de guides, vous offre ici un instantané de ses meilleures recommandations, à offrir ou à vous offrir pour vivre un intense moment d’amour.

Mon avis : 

Un petit livre bien sympathique mais pas exceptionnel. Étant en couple depuis de nombreuses années, je ne me suis pas spécialement sentie visée dans les conseils fournis ici. Je n’ai rien appris de nouveau.

Par contre, si vous êtes un jeune couple (pas forcément en âge !), il vous intéressera forcément. J’aurai bien aimé le lire, il y a quelques années. Je me suis dit qu’il y avait quand même des idées plutôt cools et d’excellents conseils. 

Les débutants, que vous soyez homme ou femme, je vous le conseille. 
M. Dannam nous offre toujours ses conseils avisés sur un ton libre et humoristique, toujours très agréable. 

Un petit recueil à garder pour soi, dans sa table de chevet, ou à offrir à des amis qui pourraient en avoir besoin ! 

Je remercie La Musardine pour ces deux services presse.

La Musardine

#Aurélie 

26 janvier 2016

Chronique : Femme de Vikings

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine — Clarisse @ 13 h 31 min

030213-352x500

Titre : FEMME DE VIKINGS
Auteur : ROYER CARL
Date de sortie : 14 janvier 2015
Thèmes :  Vikings, Erotisme
Prix : 15€ Format Broché
Maison d’édition : La Musardine
Note : 8,5/10 & 10/10

Résumé :

Seconde moitié du IXe siècle, quelque part dans le comté d’York.
Terrifiés, bourgeois et paysans se terrent dans leurs villages : partout dans la campagne, débarqués sur le littoral comme chaque printemps, les Danois rôdent, pillent, violent. Emportée par la tourmente, Nora, jeune Saxonne encore vierge, découvre le sexe et ses plaisirs face à l’ennemi juré. Les Vikings sont brutaux, insensibles, sans pitié. Pourtant, ils éveillent en elle des fantasmes dont elle n’avait pas soupçonné l’existence.
Jusqu’où une paysanne retournée par le désir peut-elle aller pour assouvir ses pulsions ? Loyauté, honneur, raison… Ces mots ont-ils encore du sens face à l’appel du sexe ?

 

Mon avis :

 

En 866, un petit village du comté de York est envahi par de valeureux Danois,, ce peuple du Nord qui a le tempérament chaud et une soif de sang inassouvie.

Nora, une jeune provinciale vierge et saxonne, vient de voir son village ravagé par une horde d’ennemis, elle est maintenant aux mains d’une grosse brute, un danois nommé Halfan, le déclencheur de ses fantasmes.

Il est fait prisonnier par les villageois et mis en cage au milieu de celui-ci. Lors d’une soirée où elle ne faisait que rêver de ce barbare, Nora succombe à ses pulsions pour laisser son instinct prendre le dessus et Halfan fait d’elle une femme à part entière, il devient son initiateur aux plaisirs du corps. Elle devient accro à son colosse, le libère pour prendre la fuite avec lui et sa troupe de vikings : direction leur territoire, le froid et les plaisirs du voyage. Ils reviendront dans la province de l’enfance de Nora, prêts à battre le fer et couper des jugulaires, mettre plus bas que terre leurs ennemis et anciens membres du village de la jeune catin, qui ne sera pas étrangère à toutes les tourmentes qui s’abattront sur les derniers saxons.

Au début du roman, Nora est douce, timide et innocente. Suite à sa première découverte du sexe avec son dieu humain Halfan, le danois, elle devient insatiable, sans limites, une prédatrice, une catin, prête à tout pour se satisfaire de ces corps viriles qu’ont les vikings.

Halfan, le chef viking, est une brute épaisse, froide, sans pitié pour qui la gloire, le sexe et le sang ne font qu’un. Alors quand cette jeune vierge se donne à lui, pourquoi refuserait-il ? Elle est dévouée à lui et à son membre, corps et âme.

Pour moi, ce roman n’est pas un coup de cœur. C’est une lecture plaisante, je savais qu’il y aurait de l’action, des morts, du sexe et là je suis vraiment servie. Carl Royer nous offre une autre image de la femme au IX siècle, une femme aussi libre de corps et d’esprit, peu soumise car elle dirige ses propres envies et se laisse aller aux plaisirs dont elle n’aurait même pas soupçonné l’existence, des plaisirs pour lesquels elle est prête à tout pour les avoir et les assouvir.

Un roman qui vous fera découvrir ces gros colosses de vikings, leur univers. Ce roman n’est pas à mettre dans de jeunes mains, il doit être lu par un public averti, qui ne doit pas avoir peur des situations ardues. A lire si vous voulez connaître ce peuple au sang chaud.

 

Merci à La Musardine pour ce service presse.

 

#C

 

 

Mon avis :

coupdecoeur


Nora, la vingtaine, vit dans un village de paysans au IXe siècle. Nous la trouvons terrorisée dans sa maison pendant que son village se fait attaquer par les vikings danois.
 

Elle est seule, terrifiée et quand l’un des vikings défonce sa porte, elle croit dur comme fer qu’elle est finie, ça y est, elle va mourir. Mais quand elle ose poser les yeux sur cet homme, elle est bizarrement attirée par ce grand blond. Quelques minutes plus tard, ce danois se fera prendre par les villageois et emprisonné sur la place, complètement nu. Nora aura alors du mal à contenir ses pulsions quand elle passera devant sa cage. Surtout lorsqu’elle verra qu’il la dévore des yeux et qu’en plus il bande.

Une nuit, elle décide donc de franchir le cap et de lui offrir sa virginité. Elle finira par le libérer et s’enfuir avec lui. Alors que dire, que dire. Tout d’abord, c’est un livre à ne pas mettre entre toutes les mains. On se retrouve à une époque où aucun dictat ne pèse sur la sexualité : du sexe brut à l’état pur, de la testostérone à ne plus savoir quoi en faire, du chaud, du chaud bouillant même. Nora est partie en quête de liberté avec son danois mais aussi pour assouvir ses pulsions, un peu nymphomane sur les bords (bon ok peut-être beaucoup). Son Viking réussira-t-il à lui suffire? 

On se retrouve dans cette époque où la violence règne, où le sexe est brut de décoffrage et sans fioritures. Et j’ai beaucoup aimé. Au départ, la plume de l’auteur peut paraitre spéciale mais en fait, elle est en totale adéquation avec l’époque, avec le récit et avec les sensations que l’auteur veut nous transmettre. Et une chose est sûre, c’est que niveau sensations on va être servi. Pour cette lecture, vous avez deux solutions : soit vous avez un ventilateur pas loin, soit un homme. Car je vous le promets, vous allez passer un moment méga hot et vous allez en ressortir en ayant très chaud. Par contre, autant vous prévenir, ce n’est pas pour les petites natures. Ici, le sexe est plus que présent, et il est brutal, brutal mais pas dérangeant.

En bref, une lecture qui m’a beaucoup plu (et pas que pour le sexe, je vous entends, comment vous y allez, je ne suis pas comme ça moi) et qui vous réchauffe par ces temps frileux du moment. Je vous le conseille fortement.

La Musardine  

Merci à La Musardine pour ce service presse.

 

#Milie

 

6 décembre 2015

Réception de #Milie du 4.12.2015

Classé dans : Éditions La Musardine,Partenaires — Clarisse @ 10 h 52 min

11217667_465897930278983_698761451417243594_n

Ma réception de vendredi :

12348665_1282804611745108_1989211477_n 12351136_1282804541745115_1176195349_n

Merci aux Editions La musardine pour ce service presse

La Musardine

#Milie 

20 novembre 2015

Chronique : Les Biscuitières

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine,Partenaires — Clarisse @ 18 h 23 min

les-biscuitieres-478124

Titre : Les Biscuitières
Auteur : Esparbec
Thèmes : Pornographie, Domination
Prix : 9,95€ Format Broché
Maison d’édition : La Musardine
Note : 4/10

Résumé : 

Charlotte arrive un beau matin, conduite par son père, dans la biscuiterie du comte Z. pour y entrer comme apprentie. Elle travaillera sous la protection de Mélanie, la maîtresse du comte, qui règne en despote absolue sur les biscuitières. Initiée aux joies troubles du saphisme par Mélanie qui ne tarde pas à en faire sa poupée, Charlotte est bien vite entraînée dans des jeux de domination particulièrement scabreux sur la personne du garçon de bureau, Philéas. Sans compter sur Rosalinde Darley, la fille du pasteur, une voyeuse impénitente, qui lui fait découvrir peu à peu tous les secrets de la biscuiterie et de ses biscuitières.

Mon avis : 

Tout d’abord, il ne faut pas confondre roman érotique et roman pornographique, ça risque de vous faire drôle si vous tenter la lecture ! C’est la première fois que je lis un véritable roman porno. 

Charlotte a 16 ans. Son père décide qu’il est temps pour elle de travailler et de ramener des sous à la maison. Il l’amène à la Biscuiterie pour qu’elle y devienne apprentie. Mais la biscuiterie, plus particulièrement les biscuitières, a une sacré réputation. On dit que les jeunes femmes qui y travaillent ont des mœurs très légères…

La jeune fille est présentée à Mme Mélanie, la responsable du personnel, qui l’a prends sous son aile (et entre ses mains).

 
Elle rencontre Philéas, jeune homme timide au premier abord, c’est le « pantin » de Mélanie, qui le domine à tout va ! 
Je ne vous raconte pas cette scène assez surprenante où, devenant la complice de Mélanie, Charlotte et sa patronne coursent Philéas, vêtu d’un tutu qui lui découvre les fesses et l’entrejambe, armées de martinets !

Je vous avoue que ça ne m’a pas du tout excitée mais j’ai rigolé car c’est très bien décrit…

Vous vous en douter. 

La jeune Mélanie n’a pas froid au yeux et vit à fond ses aventures…

Chaque chapitre a un thème particulier : Le saphisme, les martinets…et autres pratiques sexuelles plus ou moins admissibles (selon les goûts de chacun). 

Certaines choses m’ont dérangé (le jeune âge des filles notamment), d’autres moins. Il n’en reste que ce n’est pas de la grande littérature mais ça reste distrayant. J’aurai lu un porno au moins une fois dans ma vie, je mourrai moins bête ! :p

Merci à La Musardine pour ce service presse.

La Musardine  

#Aurélie 

Chronique : Les Biscuitières dans Chroniques cleardot
12
 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes