Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2017

9 janvier 2017

Chronique : Beachwood Bay, Tome 5 : Unstoppable

Classé dans : Chroniques,Éditions Prisma — Clarisse @ 13 h 13 min

beachwood-bay,-tome-5---unstoppable-786160-264-432

Titre :  Beachwood Bay, Tome 5 : Unstoppable
Auteur :  Melody Grace
Date de sortie :  22 septembre 2016
Thèmes  : Romance Contemporaine & Passé douloureux
Prix : 16€95 Format Broché
Maison d’édition :  Prisma
Note : 6/10

Résumé :

 » Quand deux âmes blessées se croisent et s’apprivoisent… L’histoire d’une renaissance chaotique, résolument placée sous le signe de la passion. « 

Tegan est une jeune fille fragile et tourmentée, encore profondément marquée par la mort par overdose de Connor, son premier et unique grand amour. Elle pensait pourtant pouvoir le sauver de ses démons… Meurtrie par ce violent dénouement, Tegan exprime sa sensibilité dans des chansons qu’elle écrit dans le plus grand secret. Comment reprendre goût à la vie quand votre courte existence est déjà jalonnée de drames et de désillusions ?

Peut-être grâce à Ryan, ce séduisant garçon avec qui elle a échangé un baiser torride, sans réfléchir, un soir à Las Vegas… avant de le recroiser par hasard à Beachwood Bay ! Entre eux, l’attirance est indéniable. Mais pour Tegan, ouvrir à nouveau son cœur signifie réveiller de douloureux souvenirs et ressusciter d’inquiétants fantômes du passé… Le mystérieux Ryan en vaut-il vraiment la peine ? Peut-elle vraiment faire confiance à cet homme insaisissable qui semble lui cacher de lourds secrets ?

Mon avis :

Tegan Callahan a vécu une histoire d’amour dévastatrice, du genre de celles dont on a un mal fou à se remettre, surtout lorsque celle-ci prend fin tragiquement. Sans le soutien permanent de ses frères, la jeune femme brisée n’aurait jamais pu remonter la pente, elle aurait sans doute sombré peu de temps après Connor, l’homme qui avait tant changé sa façon d’être.

Aujourd’hui plus forte, Tegan décide de partir souffler loin de L.A en s’offrant une pause à Beachwood Bay, cette petite ville côtière qui semble paisible et idéale pour prendre définitivement ce nouveau départ.

Néanmoins, rien ne se déroule comme elle l’avait imaginé. Dès son arrivée, Tegan croise Ryland Ray, un vrai bad boy qui, il y a peu de temps, lui a volé un baiser fougueux dont elle se souvient encore.
Peu confiante, Tegan sait qu’il est tout ce qu’elle ne veut plus retrouver dans un homme. Dangereux et intense, Ryland aurait trop de facilité à la détruire après s’être amusé avec elle. Ne voulant pas céder à leur magnétisme très équivoque, Tegan veut mettre de la distance entre eux. Sauf que Ryland est loin d’être du même avis, et il n’a pas dit son dernier mot. Que la partie commence !

Une lecture qui manque atrocement de profondeur et qui pour ma part se conclut sur un avis plutôt mitigé. Pourtant, le résumé ainsi que les miettes de l’histoire de Tegan que j’avais eues dans le tome précédent de la saga m’avaient mise en appétit. Je m’attendais à une histoire qui me ferait fondre en larmes, qui me serrerais le cœur. A se bercer d’illusions nous sommes souvent déçus, ce qui est mon cas pour ce cinquième opus.

Même si les deux protagonistes sont plaisants et que leur jeu du chat et de la souris m’a parfois fait rire, je ne trouve pas qu’ils soient assez approfondis. Je ne me suis pas trop attachée à eux à cause de leur manque cruel de ressenti. Ils sont tous deux sur leurs gardes suite à leur passé très houleux.

Rylan n’a pas eu une enfance des plus parfaites, ce qui l’a conduit dans des situations peu favorables qui se rappellent encore à lui maintenant. Malgré son apparence attrayante, je ne le trouve pas transcendant. J’ai eu envie de savoir ce qu’il cachait derrière ce regard ombrageux plus par curiosité que par envie d’en  apprendre plus sur lui.

Quant à Tegan, ce sont ses derniers mois qui n’ont pas été des plus simples, elle se retrouve poursuivie par bon nombre de démons qui menacent de sortir à tout instant. Il faut qu’elle réapprenne à vivre tout en se libérant une fois pour toutes de l’emprise qu’avait Connor sur sa vie. Je l’ai trouvée émouvante, c’est une battante et quand j’ai découvert le pot aux roses sur les circonstances de la relation particulière qu’elle avait avec Connor, cela ne m’a pas trop retournée. C’est sa reconstruction qui m’a le plus plu.

En bref,

Un cinquième tome qui m’a paru parfois fade dû à son manque de sentiments. La fin est pour moi bâclée, ça file à toute allure sans qu’on ne comprenne pourquoi alors que le reste est plutôt lent. Ce roman est un peu une déception au vu de ce que m’avait proposé l’auteur dans le tome précédent.

 

Merci aux éditions Prisma pour ce service presse.

#C

7 janvier 2017

Chronique : Night Fires, de Nina Marx

Classé dans : Chroniques,Éditions Addictives,Partenaires — Aurélie @ 18 h 23 min

9782371261273_1_75

Titre : Night fires

Auteur : Nina Marx

Date de sortie : 2 Février 2017

Prix : 14,90€ format broché

Thèmes : Danger, romance

Maison d’édition : Addictives

Note : 6,5/10

Résumé :

Invitée ou séquestrée ? Protégée ou captive ? Elsa commence à douter. Ce matin elle s’est fait tirer dessus et n’a dû sa survie qu’à l’intervention d’un magnifique inconnu : Oscar Irvin. Celui-ci lui a proposé de venir se cacher chez lui dans son haras du Kentucky le temps que l’assassin soit arrêté. Mais alors, pourquoi Elsa découvre-t-elle qu’elle n’a pas le droit de sortir de la propriété ? Et pourquoi doit-elle cacher la vérité à son entourage ? Que dissimule véritablement Oscar sous ses airs charmants et protecteurs ? Entre danger et séduction, la vie d’Elsa se retrouve complètement bouleversée !

Mon avis :

Elsa est en dernière année d’études vétérinaires et Oscar est un riche businessman hôtelier.

Leur rencontre, un matin, au haras où travaille la jeune femme n’est pas de tout repos ! Sans compter qu’une voiture débarque soudainement en trombe et qu’Elsa se fait tirer dessus mais s’en sort miraculeusement sans égratignures.

Oscar, car c’est lui qui était visé, décide donc de la prendre sous sa protection et l’a met à l’abri dans son propre haras.

L’histoire s’amorce rapidement et tout s’enchaine très vite sans aucun temps mort. L’action est largement présente (courses poursuites, danger omniprésent) et les scènes d’amour sont vraiment très bien décrites.

Il y a aussi beaucoup de personnages secondaires plus ou moins attachants et qui auraient mérités une écriture plus en profondeur, mais on ne peut pas tout avoir.

Malheureusement pour moi, rien de bien nouveau, même si j’ai passé un bon moment dans l’ensemble ! Il m’a manqué un peu d’humour et la petite étincelle qui fait qu’on n’a pas envie de lâcher le livre. La mise en page et l’écart entre les phrases et certains paragraphes m’a un petit dérangée aussi.

J’ai apprécié que l’héroïne est un métier qui sorte des sentiers battus. Quant à Oscar, il ne m’a pas faite vibrer, c’est bien dommage, je ne suis pas arrivé à le cerner.

Malgré tout, c’est une lecture tout ce qu’il y a de plus sympathique, une romance teintée de suspens policier avec un gros point positif : la fin est une véritable fin !

#Aurélie

4 janvier 2017

Chronique : Kaïsha, tome 2 – L’enfant des quatre mondes, de Elisabeth Camirand

Classé dans : Chroniques,Éditions Ada,Partenaires — Aurélie @ 16 h 17 min

kaisha-t.2--l-enfant-des-quatre-mondes-655464

Titre : Kaïsha, tome 2 – L’enfant des quatre mondes

Auteur : Elisabeth Camirand

Date de sortie : Mai 2015

Prix : 24,75€ format broché

Thèmes : Voyages, tolérance, adolescence

Maison d’édition : Ada Editions

Note : 9/10

Résumé :

Après avoir fui la nation du Désert, Kaïsha, Zuo et Ko-Bu-Tsu voyagent jusqu’à la nordique nation des Montagnes. Malgré le mépris dont elle est la cible, Kaïsha espère pouvoir prévenir leurs dirigeants de la terrible menace que représente le Désert pour le monde. Pour protéger ceux qu’elle aime, l’Enfant des trois mondes parviendra-t-elle à affronter les obstacles dressés devant elle pour suivre le chemin qu’elle s’est dessiné ?

Mon avis :

Quel plaisir de retrouver Kaïsha, Ko-Bu et Zuo !

Tenant ce super pavé entre les mains, j’étais fascinée par la beauté de l’illustration, je m’amusais à deviner à quel moment le trio serait tel qu’il est sur la couverture et pour quelle occasion.

La belle robe de Ko-Bu-Tsu, l’épée de Kaïsha, l’arc de Zuo…

Vous découvrirez cela au fil de la lecture de ce second tome !

A la fin du tome 1, les jeunes gens s’apprêtaient à rejoindre les Montagnes avec le père de Zuo et si possible, les prévenir du danger qui menace toutes les nations en espérant qu’elles s’allient contre l’ennemi.

Après le désert, voilà un nouveau pays fascinant à découvrir, et je peux vous dire qu’il est fabuleux, presque féerique ! Autres mœurs, des personnages attachants, d’autres qu’on va détester…

Et puis surtout les enfants qui deviennent grands ! Prises de conscience, affrontements, rébellion, premier amour sont au rendez-vous.

Et surtout nos trois héros seront rejoints par Nix, mais je vous laisse découvrir ce nouveau personnage étonnant et magnifique !

A nouveau, nous sommes touchés au cœur par cette série qui délivre un message de tolérance, de la peur de l’étranger qui est rarement légitime, mais aussi de l’importance des liens familiaux et amicaux, du fait de toujours s’accrocher et de ne pas laisser tomber.

Dans ce tome, Kaïsha a 15 ans et a bien grandit.

Le petite jeune fille de 13 ans innocente est loin derrière, elle n’existe presque plus. Elle devient peu à peu une jeune femme qui sait ce qu’elle veut et qui ne se décourage jamais, avec, malgré tout, ses faiblesses.

Je vous recommande tellement cette saga, elle rassemble tous les éléments qui font les belles histoires.

Aventure, amitié, humour… Ne passez pas à côté !

De plus, le tome 3 a l’air plein de promesses et de découvertes, j’ai hâte de l’avoir en main !

Je remercie Elisabeth Camirand pour ce service presse.

#Aurélie

3 janvier 2017

Chronique : Amants et ennemis, Tome 2 : La fiancée du Highlander

Classé dans : Chroniques,Éditions Harlequin — Clarisse @ 9 h 30 min

amants-et-ennemis,-tome-2---la-fiancee-du-highlander-841818-264-432

Titre : Amants et ennemis, Tome 2 : La fiancée du Highlander
Auteur : Terri Brisbin
Date de sortie : 1 décembre  2016
Thèmes : Romance historique,Ecosse,Highlands
Prix : 6€95 Format Broché
Maison d’édition : Harlequin, collection les Historiques
Note : 8/10

Résumé :

Celle qui lui était destinée lui est désormais interdite…

Ecosse, XIVe siècle
Lorsque le chef des Mackinstosh lui annonce qu’il doit épouser une Mackay pour assurer l’alliance de leurs deux clans, Rob ne peut retenir un mouvement d’humeur. Bien sûr, il sait que son devoir est de suivre les ordres de son cousin, mais il avait espéré plus qu’un mariage arrangé… Et apparemment sa fiancée aussi. Car, lorsqu’il vient la réclamer chez son père, il découvre que la jeune femme s’est enfuie ! Rob part à sa poursuite, indigné par cet affront qui risque de déclencher une guerre des clans. Mais, quand il retrouve sa fiancée à bout de forces, et transie de peur, dans un village voisin, il sent naître en lui un nouveau devoir : celui de la protéger.

Mon avis :

Eva Mackay est toute chamboulée. Son père, le leader de son clan, a décidé qu’elle devait épouser Rob Mackintosh, un highlander d’un autre clan, afin de conclure une alliance de taille qui serait bonne pour les deux partis si l’un des deux clans devait être en guerre face à un ennemi.

Néanmoins, Eva n’est pas d’accord avec tous ses projets, et elle n’épousera pas cet homme même s’il est diablement beau !
Alors que Rob est sur le point d’arriver pour faire d’elle sa femme, Eva s’enfuit, bien décidée à ne pas l’épouser et à cacher le lourd secret qui la ronge depuis quelques mois.

Ayant bien aimé le premier tome de cette saga, j’étais impatiente de lire cette suite qui met en lumière de nouveaux personnages que j’avais déjà entraperçus précédemment.
En lisant le résumé, je m’attendais à une romance simple et sans prise de tête.
Ce n’est pas du tout ce que j’ai ressenti après avoir dépassé les 100 premières pages.

Je me suis plutôt bien attachée aux protagonistes principaux même si Eva m’a un peu agacée à perdre son temps à mettre des bâtons dans les roues à Rob en ne lui avouant pas ce qu’elle cachait. Il a fallu qu’il use de son charme et de son caractère pour qu’enfin elle lâche le morceau.
Quant à Rob, ce beau ténébreux est très alléchant ! Heureusement qu’il a vite développé des sentiments d’abord protecteurs envers Eva car parfois il fallait la suivre.
En dehors d’eux, j’ai apprécié retrouver Brodie et Arabella, avoir de leurs nouvelles.
J’ai bien aimé retrouver la plume de Terri Brisbin, elle et ses grands écossais m’ont une nouvelle fois fait voyager au XIV siècle au travers d’une intrigue bien ficelée où amour, histoire et humour dégoulinent sur les pages.

Ce roman n’est pas une grande révélation mais il se lit bien. Certes, il y a certaines parties qui sont du déjà vu mais ce livre est une bonne pause entre deux lectures plus lourdes.  « Amants et ennemis » combleront vos attentes si vous recherchez une saga pleine d’aventure et de romance.

Merci aux éditions Harlequin pour ce service presse.

#C

2 janvier 2017

Chronique : The Korsican

Classé dans : Chroniques,Éditions Anyway — Clarisse @ 14 h 40 min

the-korsican-765015-264-432

Titre : The Korsican
Auteur : Alexandra Lanoix
Date de sortie : 20 octobre 2016
Thèmes : Romance, Tueuse à gages
Prix : 15€90 Format Broché
Maison d’édition : Anyway Editions
Note : 9/10

Résumé :

Kali, tueuse à gage impitoyable et sans émotions, travaille pour l’une des plus grandes organisations de malfaiteurs des Etats-Unis. Violée et laissée pour morte quand elle avait 16 ans, elle n’a qu’un seul but, retrouver ses agresseurs et se venger. Malgré son manque d’empathie envers les autres, elle fera la rencontre d’un Escort Boy du nom de Joseph qui bouleversera le cours de sa vie et de son cœur. Est-ce que l’amour peut vous rendre meilleur et vous faire retrouver le chemin de la rédemption ?

Mon avis :

Kali « c’est sous ce nom qu’on la connait », 35 ans est une tueuse à gage, je dirais même plus, extrêmement douée, elle est la meilleure dans tous les domaines qui touchent le meurtre. En effet, dénuée de toute émotion et aimant le travail bien fait, la jeune femme ne loupe jamais sa cible. Qu’importe la dureté de son contrat, la croix qui est dessinée dans le dos de sa future victime se retrouvera vite perforée d’une de ses lames ou d’une de ses balles venant de son petit arsenal privé.

Toutefois, rien ne la prédestinait à cette existence sordide. C’est à l’âge de 16 ans que sa vie fut anéantie par deux enflures : violée, tabassée et laissée pour morte après que ces deux hommes eurent profité de son innocence. C’est grâce à Franck, un être peu recommandable, qu’elle réussit à survivre. En la prenant sous son aile pour la briser puis la remodeler lors d’un entrainement horrible, il fit d’elle une tueuse sanguinaire, insensible, acharnée qui utilise des escort boys comme distraction lors de ses temps morts entre deux missions.

Un soir, alors qu’elle avait commandé l’un de ces messieurs pour remplir ses besoins sexuels, c’est le jeune Joseph qui lui fut envoyé par l’agence. Doux et pipelette, celui-ci va créer une faille dans la carapace en fer forgé de Kali. Il lui procurera de troublantes émotions. Et si Joseph était son véritable salut ?

Avec une couverture qui colle à son histoire,  je qualifierais ce roman d’excellent, il a surpassé tout ce à quoi je m’attendais.

L’auteur m’a dès le début embarquée dans cette vie peu commune qu’est celle de Kali, notre unique narrateur. On vit au travers de ses paroles. D’abord, elle nous explique son effroyable transformation en arme de guerre. Les scènes que nous évoque Kali m’ont donné des frissons, j’en tremblais de peur. Franck est inhumain, je le déteste, je ne comprends pas que l’on puisse infliger autant de souffrance à une personne juste pour en faire ce que l’on veut d’elle.

Après la découverte de sa renaissance, nous suivons Kali dans ses prises de risques au quotidien pour tuer ceux qu’on lui disait. N’éprouvant aucune émotion, le meurtre est pour elle une chose simple. Cette fois j’avais l’impression d’être dans un film d’action, les descriptions sont tellement réalistes, je n’ai pas eu un instant le temps de respirer car tout s’enchaîne très vite. C’est bien travaillé, on n’a pas le temps de s’ennuyer, on crapahute avec notre tueuse.

Pour le côté «  romance » (car oui nous sommes en plein dans une Dark Romance, un style que j’ai découvert il y a peu de temps et qui je dois l’avouer a un certain charme), honnêtement, je n’y croyais pas totalement, surtout à la première rencontre de Kali et Joseph qui s’était terminée froidement.
L’auteur a su intégrer l’amour dans la vie trépidante de son héroïne qui au début n’avait plus le moindre ressenti, elle était creuse à ce niveau. C’est au fil de leurs échanges que j’ai vu Kali changer, Joseph ne la laisse plus indifférente, elle est moins glaciale…

La seule remarque négative que je ferais sur The Korsican est sa fin démoniaque. Je l’avais pressenti aux dix dernières pages, je me doutais que l’auteur n’allait pas conclure son roman par un Happy End. Cette fin est affreuse, je sentais les larmes monter à mesure que je m’en approchais.

En bref,

Alexandra Lanoix a su capter dès les premières lignes mon attention en m’embarquant dans cette Dark romance bourrée d’action. Je savais de quoi elle était capable en tant qu’écrivain en ayant lu « L’amour en G ». Je dois dire qu’elle m’a bluffée, je ne m’attendais pas à accrocher aussi rapidement et facilement à son nouveau livre. Ce roman est un vrai régal et j’ai pris énormément de plaisir à le lire.

Merci aux éditions Anyway pour ce service presse.

#C

12
 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes