Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2017

29 janvier 2017

Chronique : Le tombeau d’acier de Bear Grylls

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie,Partenaires — Emilie @ 18 h 13 min

téléchargement (2)

 

Titre : Le tombeau d’acier

Auteur : Bear Grylls

Date de sortie : 4 Mai 2016

Prix : 19.95€ format broché

Maison d’édition : Hugo Thriller – Hugo&Cie

Note : 8.5/10

 

Résumé :

Une femme et son fils enlevés dans les montagnes galloises. 
 Un homme torturé et exécuté sur la lande écossaise. 
 Un avion perdu et sa mystérieuse cargaison découverts au coeur de la jungle amazonienne. 
 Une conspiration terrifiante héritée des heures les plus sombres de l’Allemagne nazie. 
 Une même histoire les unit. 
Un seul homme peut éviter le pire. 
Will Jaeger. 
Le chasseur.

Mon avis :

Je connaissais Bear Grylls pour son émission de survie, je ne savais pas qu’il était en plus écrivain. Alors, quand on m’a proposé de le lire, je n’ai pas hésité une seule seconde. 

J’étais très intriguée de découvrir ce livre, en même temps je l’appréhendais beaucoup, aimant beaucoup le personnage télévisé, j’avais peur d’être déçu. 

Will Jaeger est un ancien membre des forces spéciales britanniques, mais il n’est plus en « service » depuis la disparition de sa femme et de son fils. Lorsqu’il apprend le décès d’un de ces amis, quelque chose le perturbe. Il s’agit paraît-il d’un suicide, mais voilà Will n’y croit pas une seule seconde. Et pour prouver ce qu’il avance il va accepter de se rendre en pleine jungle amazonienne, finalement persuadé que le meurtrier se trouve au sein de l’équipe qu’il dirige. Commencera alors pour lui une enquête totalement palpitante et pleine de dangers. 

J’avoue honteusement que je ne m’attendais absolument pas apprécié autant ce roman. Je ne suis habituellement pas fan des histoires racontées à la troisième personne, mais ici Bear Grylls a réussi l’exploit de quand même me faire entrer dans la peau des personnages. On y retrouve aussi des scènes à la façon « Man VS Wild » et cela apporte un réel plus à l’histoire. 

J’ai eu un peu de mal avec les nombreuses répétitions présentes concernant l’enquête. Bon elles ne rendent pas la lecture impossible mais c’est parfois un peu fatiguant. 

Pour finir nous allons donc plonger dans une histoire captivante, palpitante et très intéressante, autant sur le plan du contenu du livre que sur les moments historiques. Un très bon livre plein de rebondissements qui vous surprendront sans aucun doute. Une fin énigmatique qui nous pousse à la lecture du second tome.

 Merci à Magali de Hugo Thriller et Huo&Cie pour ce service presse.

#Milie

24 janvier 2017

Chronique : Up in the air, tome 4 : Mister B

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie — Clarisse @ 20 h 15 min

en-l-air,-tome-4---mr.-beautiful-853975-264-432

Titre : Up in the air, tome 4 : Mister B
Auteur : R.K.Lilley
Date de sortie : 12 janvier 2017
Thèmes : Erotisme, Passion,Amour, Bdsm
Prix : 17€ Format Broché
Maison d’édition : Hugo Roman, collection Blanche
Note : 9/10

Résumé :

Dans Mister B. , R.K. Lilley se place du point de vue masculin et réussit une véritable performance, sans répétitions ni redites : nous faire entrer dans la complexité de James Cavendish et de Stephan, l’ami de Bianca.
Le livre navigue entre le passé et le présent et nous vivons avec James l’attraction physique et sensuelle qu’exerce Bianca sur lui.
Nous revivons toute la tension sexuelle qui unit les deux amants et qui leur fait vivre une incroyable histoire d’amour.
Mais nous découvrons également l’histoire de l’amitié qui unit Bianca et Stephan avec des scènes déchirantes de leur adolescence tourmentée.

Mon avis : 

M’étant régalée de la trilogie, il fallait absolument que je lise ce quatrième volet qui met en lumière les points de vue de la gent masculine de la série « Up in the air ». En effet, l’auteur a décidé de donner la narration à James et Stephan qui tous deux reviendront sur leur passé et présent très rocambolesques.

A l’ouverture du roman, j’avais néanmoins quelques doutes, je redoutais de n’avoir rien de neuf à me mettre sous la dent sur le sujet James et Bianca. L’auteur a balayé mes appréhensions en l’espace de 2 chapitres. Ouf ! Ce n’est pas une mauvaise répétition avec juste un changement de point de vue qu’elle nous propose, cela va bien au-delà. Elle nous expose avec passion les deux regards distincts de James et Stephan en plusieurs parties.

Tout d’abord, nous suivons au travers de la mémoire de James sa jeunesse ô combien horrible. Des instants insoutenables qui lui avaient valu de se forger une carapace émotionnelle, il était froid, brutal et obsédé du contrôle.
Heureusement, au plus profond de lui se cache un vrai coeur d’artichaut, de la sensibilité que l’on voit éclore au fil de ses rencontres avec la douce Bianca. Car oui, l’auteur revient aussi sur certains moments clés qui ont ponctué leur relation mouvementée. J’ai vraiment adoré le voir s’agiter dans tous les sens, perdre le contrôle de ses envies, le voir évoluer lors de l’approfondissement de sa relation avec sa belle hôtesse de l’air.

Ensuite, après les retours dans le passé lointain et proche de Mr Cavendish, nous avons aussi droit à l’après gros drame qui a surgi à la fin du tome précédent, celui où les démons de Bianca ont bien failli les emmener elle et Stephan. Des instants durs, où j’avais peur que l’un des deux ne sorte pas indemne. Où j’ai vu s’effondrer et sombrer James qui était impuissant avec pour seule arme la patience, ce qui vous vous en doutez n’est pas son fort, il m’a véritablement touchée dès cette scène.

Pour la seconde partie, nous avons aussi les interventions de Stephan. Lui il nous propose de découvrir comment tout a commencé avec Javier, les problèmes et les remises en question qui en ont découlé. C’est un personnage incroyablement courageux, ses parents ou plutôt son père est un monstre. Juste parce que son fils ne correspondait pas à ses attentes, il lui a infligé d’affreux sévices.

Lorsque Stephan replongeait dans ses souvenirs pour les partager avec Javier et lui expliquer son blocage à « sortir du placard », j’en ai eu le coeur serré et une envie folle de faire subir les mêmes actes à son patriarche. Comment peut-on faire souffrir autant sa propre chair alors qu’il est parfaitement normal ? Je n’avais qu’une envie : réconforter l’adolescent qui avait vécu ces bassesses.

Pour finir, nous avons droit au futur de tous les protagonistes, des instants de bonheur qu’ils méritent tous et avec lesquels j’ai eu de beaux fous rires, la relève est assurée.

En bref,

Encore une fois, R.K.Lilley a réuni tous les bons composants pour offrir à sa lectrice une fin idyllique et sensuelle. Une bonne conclusion qui clôture cette série que j’ai pris plaisir à lire ces derniers mois. Je remercie l’auteur de m’avoir fait faire plusieurs allers-retours entre New-York et Miami pour mon plus grand plaisir.

Merci aux éditions Hugo Roman pour ce service presse.

#C

23 janvier 2017

Chronique : Quand l’infini rencontre l’ange

Classé dans : Chroniques,Éditions Beaurepaire — Clarisse @ 15 h 25 min

FB_IMG_1485178274285

Titre : Quand l’infini rencontre l’ange
Auteur : Marlene Aude Pagelot
Date de sortie : Décembre 2016
Thèmes : Romance, thriller, quête
Prix : 17€ Format Broché
Maison d’édition : Éditions Beaurepaire
Note : 10/10

Résumé :

Émy, une belle jeune femme française, est découverte inanimée dans une sombre ruelle aux États-Unis.

Qui l’a agressée  ? Pour quelle raison  ?
Comment est-elle arrivée dans ce pays  ?
Existe-t-il un lien avec le drame dont elle a été témoin l’année de ses dix ans et qui lui a déclenché une amnésie post-traumatique ?

Et si le destin n’était pas si cruel ?
S’il l’avait envoyée à Miami pour qu’elle se souvienne ?
S’il l’avait attirée dans ce lieu pour qu’elle rencontre le vrai amour sous les traits d’un séduisant jeune homme mystérieux et tourmenté ?

Mon avis :

Une lecture que je qualifierais de bluffante, étonnante et intrigante !

Dès le départ, l’auteur a mis son héroïne dans un état de détresse et son lecteur dans l’ambiance noire du roman. En effet, Ėmy Stanford, jeune française, vient d’être retrouvée inerte dans une ruelle sombre et crasseuse de Miami.

À son réveil, Ėmy n’a que peu de souvenirs des mois précédents. Les médecins, préoccupés par son état, ont découvert des fortes doses d’une drogue qui devait la tenir tranquille lors de sa disparition. 

N’en pouvant plus d’être à nouveau la victime de malades, Émy est bien décidée à savoir ce qui a pu lui arriver lors de sa captivité, à avoir le fin mot de cette histoire invraisemblable. Elle est fin prête à mettre des visages sur ces personnes qui lui en veulent tant à elle et son entourage.

Néanmoins, lors de ses recherches, une seule question reste en suspens : est-ce que ce nouveau traumatisme est lié au drame qui l’a frappée lorsqu’elle avait 10 ans et dont elle n’a aucun souvenir ?

Un roman poignant, ébranlant, qui m’a tenue en haleine de bout en bout !

Autant dire que le résumé m’avait pour le moins intriguée, la quatrième de couverture en disait tellement peu que je m’attendais à un thriller simpliste qui serait mêlé à des notes de romance (je pensais passer un bon moment sans être vraiment subjuguée).
Grossière erreur, j’étais loin du compte. L’auteur ne propose pas qu’un futile thriller qui s’échelonne sur plusieurs traumatismes. Elle offre une intrigue de haut vol qui mettra son héroïne et sa lectrice à très rude épreuve.

Toutefois, encore une fois rien n’était gagné. J’ai eu un effet de recul lorsque j’ai commencé « Quand l’infini rencontre l’ange »,  j’ai mis un moment à m’habituer au texte qui est écrit à la troisième personne (j’ai toujours un mal fou à me mettre dedans lorsque les auteurs utilisent ce procédé d’écriture). En plus de ce détail, l’auteur ne prend pas de gants et nous lance aussitôt dans la noirceur profonde de l’histoire. Dès les premières lignes, elle nous fait passer le message très clair qu’Émy, cette femme douce et généreuse, ne va pas être dorlotée, que ceux qui lui veulent du mal vont s’amuser à la blesser.

Pour ce qui est des personnages, honnêtement j’ai eu très peur pour Émy et ceux qui l’entourent (surtout Jake, vu ce qu’il lui arrive). Je me suis vite prise d’amitié pour elle, c’est une jeune femme tellement forte et courageuse, elle est prête à se battre pour mettre ses proches à l’abri. Et en plus de ces qualités, elle a du cœur, elle pardonne si facilement à des personnes qui je pense ne le méritent pas.
En plus de cette héroïne au grand cœur qu’on ne croise pas dans n’importe quel livre, nous avons aussi des personnes secondaires qui apportent de la lumière dans toute l’obscurité du roman. Ils sont tous aussi bien travaillés que la protagoniste principale.

En bref,

Je n’ai presque rien à redire sur ce roman à part qu’il est un beau coup de ❤. Malgré un départ des moins favorables, j’ai finalement succombé à l’écriture fluide et sombre de l’auteur qui a su conjuguer avec brio le côté romance et le côté thriller de son roman.

Merci à l’auteur pour ce service presse.

#C

Résultat concours : A fleur de nous de Céline Musmeaux

Classé dans : Non classé — Emilie @ 12 h 58 min

thumbnail_bann

 

 

Félicitations. Tu as jusqu’à Mercredi midi pour envoyer tes coordonnées postales à noslecturesnospassions@gmail.com 

Nous remercions notre partenaire les Editions Nymphalis et Céline Musmeaux pour ce lot.

#Milie

Chronique : Blue de Camille Pujol

Classé dans : Chroniques,Éditions Michel lafon,Partenaires — Emilie @ 10 h 38 min

couv54458978

 

Titre : Blue

Auteur : Camille Pujol

Date de sortie : 12 Janvier 2017

Prix : 14.95€ format broché

Maison d’édition : Michel Lafon

Note : 4.5/10

 

Résumé :

Blue n’est pas une adolescente comme les autres. À seulement 17 ans, elle dissimule un lourd secret qui l’a obligée à changer brutalement de vie, à déménager avec ses parents et son jeune frère, et à rester discrète pour ne pas attirer l’attention.
Mais ses mystérieux cheveux bleus captent inévitablement tous les regards et attisent la curiosité des élèves de son nouveau lycée. Et comment se fondre dans la masse alors que son ex violent refait surface et que Nathan, un jeune homme à la réputation sulfureuse, a décidé de la percer à jour ?

Avis :

J’étais très curieuse de lire ce livre pour plusieurs raisons. Tout d’abord, sa couverture, un beau design et elle est intrigante. Ensuite, le résumé qui paraissait prometteur et pour finir, la jeunesse de l’auteur. Intrigué par le succés de son histoire sur Wattpadd, j’avais hâte de me plonger dedans. Malheureusement j’ai été assez déçu de cette lecture.

Nous allons faire la connaissance de Blue, dix-sept ans, qui vient d’emménager à Toulouse pour une raison qui nous échappe au début, mais que l’on comprend beaucoup trop vite. Blue est au départ une ado qui se dit être fermé à de nouvelles rencontres, elle ne veut pas se lier avec ces camarades, mais très vite elle devient membre d’un petit groupe de trois copain, Minho, Cameron et Léa. Là commence pour moi la première incohérence. Le portrait que l’on nous tire de Blue n’est valable que dans les premières pages, ensuite on découvre une fille qui ne correspond plus, ses actes sont à l’opposer de ce qu’elle essaye de nous faire ressentir. Le mystère n’est donc malheureusement plus présent.

Pareil pour Nathan, un Bad Boy qui pour moi n’en a que le nom. Alors, certes il n’est pas net, il fait des choses pas clair, mais bon sang, il m’a agacé à se transformé en guimauve dès qu’il a commencé à se lié d’amitié avec Blue. Il a tous les agissements des hommes que l’on aime retrouver dans nos romans, mais cela manque cruellement de profondeur.

Malgré tout cela, ce roman à de nombreux points positifs. On sent la jeunesse de la plume de Camille Pujol, mais on sent également que son texte est posé, elle à une jolie plume qui quand elle aura pris en maturité (la plume hein pas l’auteur) aura tout d’une grande. J’ai apprécié le fait que ces personnages ne soient pas des caricatures ambulantes. Le fond de l’histoire est très intéressant, mais il aurait mérité d’être approfondi pour en faire un récit plus riche et moins rapide.

Je pense que ce roman plaira beaucoup aux jeunes ados, malheureusement moi il ne m’a pas totalement convaincu. Un livre pas épais qui se lit facilement et rapidement, mais qui comportent trop d’incohérence, je pense que sur certains points l’auteur aurait dû faire plus de recherches pour ne pas tomber dans des situations avec des infos inexactes.

En bref, malgré que ma lecture à été perturbé par de nombreuses incohérences, la lecture est simple, agréable avec une jolie plume. La fin est surprenante, car inattendue et du coup cela apporte un plus à mon appréciation. Je regrette de ne pas avoir accroché plus que cela avec ce livre qui je pense pourrait donner une belle histoire

Je remercie Camille et les Editions Michel Lafon pour ce service presse

#Milie

20 janvier 2017

Chronique : Epilogue de CJ Roberts

Classé dans : Chroniques,Éditions Pygmalion,Partenaires — Emilie @ 8 h 15 min

113382666_o

 

Titre : Epilogue 

Auteur : CJ Roberts

Date de sortie : 7 Décembre 2016

Prix : 15,00€ format broché

Maison d’édition : Pygmalion

Note : 9/10

 

Résumé :

Quatre ans après avoir enlevé Livvie, surnommée Kitten précédemment, Caleb raconte la façon dont les deux personnages ont évolué l’un au contact de l’autre.

« Si j’ai décidé, moi aussi, de m’exprimer à travers un livre, c’est en réponse à vos supplications. Eh oui, j’adore qu’on me supplie. Vous en savez déjà très long et ne connaissez que trop bien tous les détails de notre parcours. [...] Nous sommes le 8 février 2013. En mai, cela fera quatre ans que je me suis posté au bord d’une rue dans cette berline aux vitres teintées et que j’ai envisagé d’enlever Livvie. [Nous] avons beaucoup changé par rapport aux personnages que vous connaissez. Ainsi, parce que vous m’en avez si gentiment imploré, je vais vous raconter la suite de notre histoire ».

Mon avis :

Ma première réaction quand j’ai reçu ce livre fut de sauter de joie, la seconde a été d’avoir peur. Eh oui j’avais trop envie de retrouver Caleb, mais rentrer dans sa tête me faisait carrément flippé. Mais une chose est sûre c’est qu’une fois commencé il m’a été impossible de le lâcher. 

On retrouve Caleb au moment où il retrouve Livvie, il va alors nous exposer son point de vue. Il se livre à nous, partageant ces craintes, sa folie, ses sentiments. On constate à quel point Caleb doit prendre sur lui pour changer et ne pas se laisser submerger par celui qu’il était avant.

Un parcours semé d’embûches où les sentiments que Livvie lui porte sont un véritable tremplin pour avancer et changer de vie. Ce tome m’a beaucoup émue. 

Il m’a également fait rire quand Caleb essaye de rentrer dans une vie normale et qu’il « découvre » ce que cela fait d’avoir une vraie petite amie, de faire des sorties avec elle ou ses amis. Sa gaucherie le rend encore plus séduisant, mais on retrouve tout de même son côté « bestial » avec son langage cru et son avidité sexuelle qui nous émoustille. 

Cette saga Dark romance est pour moi à ne surtout pas louper, alors même si ce tome n’est pas indispensable à l’histoire on ne peut que se plonger dedans les yeux fermés pour y retrouver Caleb. 

Une chose est sûre Caleb et Livvie vont énormément me manquer. Une histoire dure, assez trash, mais le talent de l’écrivain rend l’histoire exceptionnellement addictives et attachante. 

Alors n’hésitez pas et plongez-vous dans votre lecture qui vous fera frissonner. 

Merci à pygmalion pour ce service presse 

#Milie

18 janvier 2017

Chronique : Une nouvelle chance

Classé dans : Chroniques,Editions Charleston — Clarisse @ 12 h 48 min

les-anges-s-en-melent-852915-264-432

Titre : Une nouvelle chance
Auteur : Debbie Macomber
Date de sortie : 18 novembre 2016
Thèmes : Romance, Ange,Fantastique,Destin, Journaliste
Prix : 7€99 Format Broché
Maison d’édition : Charleston, collection Diva
Note : 9/10

Résumé :

Lucie Ferrara et Aren Fairchild se rencontrent après s’être rentrés dedans apparemment par accident (du moins, c’est ce qu’ils croient) à Times Square le soir du réveillon du Nouvel An. Le coup de foudre est immédiat. Mais, aussi vite qu’ils ont été réunis, un autre coup du sort les sépare, laissant Lucie et Aren sans moyen de reprendre contact.

Un an plus tard, Lucie est le chef d’un nouveau restaurant au succès retentissant et Aren travaille pour un grand quotidien de la ville. Malgré tous les mois qui ont passé, ils n’ont jamais oublié cette belle soirée et Shirley, Goodness, Mercy et Will, leurs anges gardiens, non plus. Pour aider le jeune couple à se retrouver, ils vont cuisiner un projet fou : mélanger un grand amour, une seconde chance et une bonne pincée d’espièglerie afin de créer un miracle de Noël que vous n’oublierez pas de sitôt.

Mon avis :

Nous sommes le 31 décembre sur Times Square à New York, minuit est presque là. Lucie et Aren, deux inconnus, sont à la recherche simultanément de ceux qui les accompagnaient pour fêter le nouvel an dans la pure tradition américaine. Alors que l’un et l’autre sillonnent la foule, ils se percutent. Entre eux, c’est immédiat. Un seul baiser échangé et la magie du lieu opère. Ils vivent un véritable coup de foudre.

Quelques heures seulement après leur rencontre, ils décident de se donner rendez-vous le 7 janvier au sommet de l’Empire State Building pour voir si le courant passe encore entre eux. Sauf que rien ne se déroule comme tous deux l’espéraient et leur seconde rencontre n’aura pas lieu malgré leur envie commune de se revoir. Mais le destin, ainsi que les quatre petits anges gardiens de notre couple, n’ont pas dit leur dernier mot. Aren et Lucie pourraient bien avoir une nouvelle chance …

Doté d’une couverture pleine de promesses, ce roman m’inspirait une histoire d’amour qui devait me faire entrer dans ma phase de lectures spéciales Noël, et mon flair ne m’a pas du tout trahie, j’ai découvert une véritable pépite.

En commençant ma lecture, je suis de suite tombée sous le charme de la plume de l’auteur, descriptive et romantique. Debbie Macomber m’a dévoilé doucement, au fil des pages, un univers chaleureux et léger au travers duquel on suit au gré des perturbations la relation rocambolesque de Lucie et Aren, deux âmes sœurs qui n’arrivent pas à se retrouver. Jusqu’au jour où leurs quatre petits anges gardiens décident de s’en mêler.

Mercy, Goodness, Will et Shirley sont des anges très maladroits, ils enchainent gaffe sur gaffe, pensant chaque fois faire de leur mieux pour guider les deux tourtereaux. Malgré toutes leurs bêtises, ils sont attachants et marrants mêmes si certaines de leurs interventions n’ont pas les répercutions qu’ils envisageaient. Ils sont une aide au bon fonctionnement de l’histoire entre Lucie et Aren et un vent de fraicheur à la romance.

Un roman que j’ai bien aimé, j’étais à la recherche d’une histoire magique qui saurait m’emporter dans l’univers féerique des fêtes de fin d’année, et je dois dire qu’Une nouvelle chance a su combler mes attentes.

Je l’ai lu en l’espace d’une seule après-midi. Même si le scénario correspondait à bon nombre de films dédiés à Noël, je me suis délectée de ma lecture, emmitouflée dans mon plaid avec pour compagnie une tasse fumante de chocolat chaud, sans prise de tête.

En bref, une belle histoire teintée d’amour, d’espoir et de déception qui a su me transporter au-delà de ce que j’imaginais, en me faisant vivre une romance passionnante.

Merci aux éditions Charleston pour ce service presse.

#C

17 janvier 2017

Chronique : Le milliardaire était presque parfait, de Eve Souliac

Classé dans : Chroniques,Éditions Addictives,Partenaires — Aurélie @ 17 h 02 min

1384187669

Titre : Le milliardaire était presque parfait

Auteur : Eve Souliac

Date de sortie : 19 Janvier 2017

Prix : 12,90€ format broché

Thèmes : Comédie, Amour, Art

Maison d’édition : Addictives

Note : 8,5/10

Résumé :

Une comédie romantique fraîche et pétillante.

Un yacht de luxe, des invités glamour, un emploi de serveuse bien rémunéré… Madison Seyner a décroché le jackpot ! Artiste et photographe fauchée, elle a quelques dettes à éponger, et ce contrat tombe pile au bon moment.

Mais entre une chef psychorigide, une top model névrosée, un client pot-de-colle, un ado dragueur et une gamine capricieuse, rien n’est simple ! Et ce n est pas Angel Doran, propriétaire du yacht, qui lui facilite la tâche avec ses sourires moqueurs, son humour provocant et sa beauté si particulière.

Qu’à cela ne tienne ! Madison aime les défis et Monsieur-Beau-gosse n’a qu’à bien se tenir…
Sentiments, passion, sensualité… avis de tempête !

Mon avis :

La jolie et pétillante Madison est sur le point de rentrer en 4ème année aux Beaux-Arts. Intégrer une résidence d’artistes, c’est son rêve !

Pour financer cela, elle mets toutes les chances de son côté en participant à un concours de photos ainsi qu’en acceptant, avec sa meilleure amie Brooke, un super boulot d’employée sur un yacht de luxe durant trois jours.

Trois jours qui vont carrément bouleverser sa vie !

Son chemin va croiser celui d’Angel Doran, propriétaire du Yacht, businessman accompli et milliardaire… Ainsi que les deux neveux turbulents de ce dernier : Owen, l’ado aux hormones bouillonnantes et sa petite sœur Mimi, 4 ans et de la suite dans les idées ! Sans compter tous les autres invités hauts en couleurs de cette mini-croisière !

Cette lecture m’a ravie, ce fut un réel plaisir. Je me suis régalé et j’ai ris à de nombreuses reprises ! Madison est drôle, adorable, passionnée, c’est la copine idéale. Angel est sexy, tendre et protecteur, finalement il est peut-être parfait ce milliardaire… Je me suis beaucoup attachée au couple et à ceux qui gravitent autour d’eux particulièrement aux neveux d’Angel. Vous allez rire des petits déboires amoureux d’Owen et des bêtises de Mimi !

J’ai lu ce roman très rapidement, il est moins épais que les Addictives habituels. C’est une comédie romantique comme on les aime. Une friandise à déguster avec délectation !

Ce fut presque un coup de cœur, mais il m’a manqué un petit truc en plus… Un peu plus de difficultés sûrement. Nous sommes trop habituées aux histoires d’amour compliquées.

Pourtant ça fait un bien fou toute cette bonne humeur et cette tendresse passionnée !

Je remercie les éditions Addictives pour ce service presse.

#Aurélie

 

 

 

12 janvier 2017

Chronique : Vestiges, Tome 1 : La Reine Oubliée

Classé dans : Chroniques,Éditions Anyway — Clarisse @ 19 h 40 min

vestiges,-tome-1---la-reine-oubliee-825414-250-400

Titre : Vestiges, Tome 1 : La Reine Oubliée
Auteur : Rose Royl
Date de sortie : 3 novembre 2016
Thèmes : Amour,Réincarnation,Fantastique
Prix : 15€90 Format Broché
Maison d’édition : Anyway, collection Fantastique
Note : 9/10

Résumé :

Cassie Prédier, 16 ans, sent que son monde a changé. Imperceptiblement. Inscrite depuis peu à l’Institut Privé du Sacre, Cassie découvre vite qu’elle évolue au sein des privilégiés et que parmi eux, se trouve une classe élitiste, l’inaccessible Classe A.
Alors pourquoi certains des élèves de cette classe – tels Salomé et le beau Evon – s’intéressent-ils à elle ? Qui est cette magnifique jeune femme que seule Cassie peut voir et avec qui elle se sent inextricablement liée ? Cassie sent que son monde va changer. Définitivement.

Et si vos désirs étaient des ordres ? Dans ce cas, prenez garde à vos souhaits.

Mon avis :

Cassandre alias Cassie, 16 ans et parisienne, a vécu une véritable tragédie il y a peu. Ses parents ont été victimes d’un accident de voiture dont elle est la seule à sortir en un seul morceau.

Aujourd’hui sortie du coma, elle s’isole, sous le choc de la nouvelle. Gilly, sa tante et tutrice, va bientôt l’emmener avec elle direction les côtes Bretonne afin que sa nièce puisse revivre après le drame.

D’abord peu joyeuse à cette nouvelle, un nouveau départ pour une nouvelle vie ne fera pas de mal à Cassie. Ce à quoi elle ne s’attend pas un instant, c’est l’aventure qu’elle va partager avec des camarades de son nouveau lycée, un endroit très particulier qui abrite des élèves tout aussi particuliers. Avec ces nouvelles rencontres et la complicité qu’elle nourrira avec certains étudiants, la jeune femme découvrira de nouvelles choses sur elle.

Avec une couverture qui accroche et un résumé qui ne dévoile rien de ce qu’est le contenu du récit, il y avait de quoi piquer à vif ma curiosité.

Rose Royl pose rapidement les bases de son histoire. Elle donne un brin d’air frais au côté fantastique du roman en mélangeant à son récit les rois de notre Histoire et des touches de la mythologie avec cette plume nette et emportante.

En plus des thèmes qui sont bien exploités par l’auteur, j’ai adoré suivre la reconstruction de Cassie, moi qui avait peur de me retrouver face à une adolescente complètement brisée et déchirée par la fatalité. J’ai été surprise de ne pas la voir s’apitoyer sur son sort, au contraire, elle surpasse le choc en se créant un nouvel avenir dans son nouveau lycée qui lui donnera l’opportunité d’avoir de nouveaux amis qui au début lui paraissaient assez bizarres.

Même si les amis de Cassie sont des personnages secondaires, ils sont des pièces obligatoires pour le bon déroulement de l’histoire, ils ont tous un rôle à jouer sans pour autant être de trop, l’auteur a su les ajouter avec finesse au destin de son héroïne.

En bref, un premier tome qui m’a étonnée et conquise, Rose Royl a su me faire entrer dans son univers hors du commun en me proposant un monde fantastique facile d’accès (c’est plutôt un roman jeunesse qui ma foi est tout public) et différent de ce que j’ai pu lire précédemment. Son écriture fluide et précise ne gâche en rien son talent qui je dois l’avouer a failli me faire déclencher mon dernier coup de ❤ de l’année 2016. En refermant « La reine oubliée », je n’avais plus qu’une seule interrogation : à quand la suite ? Qui j’espère sera tout aussi bonne.

Merci aux éditions Anyway pour ce service presse.

#C

10 janvier 2017

Chronique : Même les belles lumières s’éteignent

Classé dans : Chroniques,Éditions Chiado — Clarisse @ 15 h 09 min

51zfmyDV6sL

Titre : Même les belles lumières s’éteignent
Auteur : Ignace Embvani
Date de sortie : Octobre 2016
Thèmes : Clandestinité, racisme, voyage
Prix : 19€ Format Broché
Maison d’édition : Chiado, collection voyage dans la fiction
Note : 7/10

Résumé :

« Même les belles lumières s’éteignent » ou Le voyage sans retour d’un étudiant Noir qui établit une véritable osmose entre le réel et l’imaginaire est aussi l’histoire d’un destin brisé, celui d’un jeune génie à qui la vie avait fait don de ce qu’elle avait de plus fertile. Après avoir vacillé entre certitudes et désillusions, entre fidélité à des idéaux et déceptions, Jimmy qu’une odyssée a conduit depuis le Congo, vers la Bulgarie, avant d’échouer sur les rives de la Seine à Paris, avait traversé le temps, – le sien -, avec le sentiment de n’avoir pas su apporter à sa mère le trophée que celle-ci attendait de son fils.

Tour à tour, étudiant ingénieux, guitariste talentueux, chanteur émérite et parfois tout cela à la fois, le jeune homme avait entrepris un long voyage fait de découvertes et de succès, presque jamais d’échecs. Celui qui n’avait jamais su donner un sens à l’amour, dans sa relations aux femmes, avait vécu de nombreuses expériences riches d’enseignements, – dans des pays idéologiquement aux antipodes les uns des autres – où les propagandes institutionnelles avaient souvent conditionné le citoyen, l’empêchant de percer le secret de ce que le jour reprochait à la nuit, et réciproquement.

Dans l’immensité d’une vie tumultueuse et insondable, réussissant à reconstruire un itinéraire qu’il avait dans un premier temps, involontairement détricoté, il restera dans la mémoire collective de tous ceux qui l’ont connu puis idolâtré, celui qui a gagné toutes les batailles de sa vie. Mais avait-il pourtant triomphé de la plus noble de toutes les guerres, celle qu’un jeune « soldat » noir se doit de gagner pour partager son bonheur avec les siens ?»

Mon avis :

Nous sommes en 1976 lorsque Jean Gambara alias Jimmy, un brillant étudiant congolais, quitte son pays natal pour la Bulgarie où il compte obtenir avec les honneurs son diplôme d’ingénieur en électronique.

Arrivé fraîchement dans le pays, le jeune homme déchante : bien qu’il soit doué, il a des problèmes d’intégration. Les persécutions à cause de sa couleur de peau seront des barrières pour sa vraie réussite, il vivra un long parcours semé d’embûches au cours duquel il devra se battre et ne compter que sur son intelligence pour atteindre son but ultime.

Un roman très bien travaillé où se mêlent plusieurs sujets importants de l’Histoire. L’auteur a d’abord touché un sujet très épineux qu’est le racisme dans les années 70. Il nous explique que les autorités ne bougeaient pas le petit doigt pour prendre position aux côtés de ces étudiants de couleur, ils préféraient fermer les yeux sur tous ces actes de brutalité envers les étrangers.

En plus de ce sujet, l’auteur nous expose en même temps que l’on suit la vie de Jimmy (ses envies, ses espoirs et sa ténacité) et de certains de ses compatriotes, les difficultés qu’ont les étrangers à vivre dans un autre pays que le leur, que ce soit pour trouver un logement ou accéder à des droits légitimes. Ils ont du courage pour essayer d’obtenir ce qui leur revient de droit en travaillant d’arrache-pied.

Un roman bouleversant qui m’a embarquée lentement, j’ai apprécié ma lecture qui donne à réfléchir sur plusieurs thèmes qui font partie de notre Histoire passée et présente.

Merci aux éditions Chiado pour ce service presse.

#C

12
 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes