Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

30 novembre 2016

Chronique : Londres avec toi

Classé dans : Chroniques,Éditions Harlequin — Clarisse @ 16 h 03 min

londres-avec-toi-812726-264-432

Titre : Londres avec toi
Auteur : Erin Lawless
Date de sortie : 5 octobre 2016
Thèmes : Chick lit, Amitié,Voyage
Prix : 12€90 Format Broché
Maison d’édition : Harlequin, collection H&
Note : 9/10

Résumé :

Nadia Osipova n’a pas de temps à perdre. Dans deux mois, elle devra quitter Londres, la ville où elle a pourtant grandi, et retourner en Russie pour toujours. Deux mois, c’est aussi le temps qu’il lui reste pour accomplir la mission qu’elle s’est fixée : redonner le goût de vivre à son ami Alex, qui, entre des peines de cœur et des opportunités professionnelles manquées, se laisse complètement aller. Et pour ce faire, elle a décidé de l’initier aux merveilles cachées de Londres, cette ville dont elle est amoureuse et qu’elle connaît mieux que quiconque. Sauf que, entre les journées passées à explorer des endroits insolites et les balades le long de la Tamise à la nuit tombée, Nadia ne voit pas le temps passer et, face à l’imminence de son départ, ses sentiments s’emmêlent…

Mon avis :

Avant même d’avoir lu le résumé, j’avais dans un premier temps jeté mon dévolu sur ce livre qui avait accroché mon regard à cause de cette couverture très jolie. Ensuite, j’ai pris connaissance du résumé qui m’a paru intéressant et je me suis lancée.

Dans Londres avec toi, j’ai fait la connaissance de Nadia Osipova, une jeune femme Russe qui vit depuis son adolescence sur le sol anglais. Joyeuse, gentille et toujours là pour les personnes qui l’entourent, Nadia vient d’apprendre une nouvelle désastreuse : son titre de séjour a expiré, elle a encore deux mois devant elle pour trouver la solution qui lui permettra de rester en Angleterre.

Décidée à ne pas baisser les bras, elle fera recours à cette sanction. Entre temps, elle va  profiter au maximum du temps qu’il lui reste dans cette ville qui l’a vue grandir, sortir avec ses amies Caro et Holly faire la fête dans le pub le plus branché du coin.

Par chance, dans son malheur, Nadia va croiser Alex, un jeune homme désemparé qui n’a plus goût à rien depuis quelques temps. Prête à vanter toutes les qualités qui font de Londres la meilleure ville au monde de son point de vue, Nadia aura exactement deux mois pour montrer à Alex que la vie vaut la peine d’être vécue à fond, qu’importe l’endroit où l’on se trouve.

C’est typiquement le genre de livre sur lequel je miserais pour être sûre de vivre une histoire d’amour improbable qui me viderait la tête après une journée très stressante.

Il est le premier roman publié de Erin Lawless, et je dois dire qu’elle a su me convaincre de partir en vacances à Londres. Elle nous décrit cette ville avec tant d’engouement que j’avais l’impression d’arpenter moi-même les rues de cette capitale avec en fond sonore les coups d’horloge de Big Ben.

Nos deux protagonistes mettent peut-être du temps pour apprendre à mieux se connaître, mais justement c’est ce qui m’a charmée. Ils ne se sautent pas immédiatement dessus, petit à petit on sent qu’il y a un rapprochement, et j’ai trouvé qu’ils étaient trop mignons malgré que leur temps ensemble soit malheureusement compté.

Nadia m’a surprise. À sa place je serais au trente-sixième dessous, angoissée de devoir tout quitter pour tout recommencer dans un pays qui n’est pas le mien. Je la trouve courageuse et drôle, elle a à chaque fois le bon mot pour détendre l’atmosphère.

Quant à Alex, je l’adore. Il mérite certes une petite claque pour ne pas avoir dit la vérité dès le début à Nadia, mais je ne lui en veux pas trop, il s’est très bien rattrapé à la fin.

Une lecture très dépaysante qui est parfaite pour passer un bon moment au chaud sous un plaid avec une tasse de chocolat chaud en prime. Avec une écriture fluide, comique et facile d’accès, j’ai lu avec plaisir l’histoire fabuleusement romantique que vont vivre Nadia et Alex.

Merci aux éditions Harlequin pour ce service presse.

#C

Chronique : L’envol de l’ange

Classé dans : Chroniques,Éditions Tabou — Clarisse @ 7 h 06 min

41-EITVy3QL._SX195_

Titre : L’envol de l’ange
Auteur : Eva Delambre
Date de sortie : 17 juin 2016
Thèmes : Peur, Engagements, Romance
Prix :  16€ Format Broché
Maison d’édition : Tabou
Note : 10/10 

 

Résumé :

Au fil de leurs jeux, Solange et Tristan ont tissé des liens de domination et de soumission. Mais vient le moment de l engagement, celui où elle accepte de porter son collier et d être sienne. Elle est cependant prévenue dès le départ : leur relation aura une fin. 
Comptant bien en profiter jusque là, Solange traversera de multiples épreuves et trouvera en la personne de son amie Axelle complicité et soutien. Au gré des sentiments amoureux qu elle nourrit pour son maître, la souffrance se fait plus vive… 
Jusqu où pourra-t-elle aller sans se renier elle-même ?

Mon avis :

De retour dans l’histoire de Solange, alias Ange, qui est devenue la soumise officielle de Tristan, où nous sommes mis face aux séances de soumission que ce maître dominateur donne à sa nouvelle recrue.

Comme le résumé nous l’a appris, et je m’en doutais au vu des réactions de Solange, elle ne reste pas de marbre face à l’homme qui a su faire renaître la flamme entre ses jambes.

En effet, nous avons droit à toutes les émotions qu’elle ressent à tout moment : ses envies, besoins, peurs, frustrations, et surtout le développement de son amour pour celui qui l’a emmenée dans ce nouveau monde de plaisir qui lui a tant été narré lors de leur session d’écriture. Puis bon, d’un côté, personne ne peut lui reprocher d’avoir envie de plus que des parties de sexe SM avec lui.

Car Tristan reste égal à l’image que je m’étais faite de lui : joueur, entreprenant et doué pour faire monter la température, mouiller les strings et j’en passe. Il n’est pas du tout du style à laisser les femmes indifférentes, et je vois bien qu’être un dominateur est dans son sang. Je ne pense pas qu’il saurait être autrement, même si au fil de ses rapports avec Solange, il laisse s’effriter un peu son masque de dur. Des moments que j’ai appréciés.

Une chose est certaine, L’envol de l’ange est hyper addictif ! Déjà que L’éveil de l’ange avait placé la barre à un bon niveau, cette suite le surpasse davantage. Franchement, c’est typiquement le genre de livre que je ne peux pas poser avant de l’avoir terminé ! Pour le coup, je l’ai commencé vers 22h en me disant allez, deux-trois chapitres puis au dodo : eh bah non ! Je l’ai terminé à 2h30, les yeux explosés et avec un seul mot sur les lèvres : Wow, et des larmes sur les joues !

Eva Delambre m’a une nouvelle fois fait chavirer avec sa plume si limpide, charnelle et évocatrice. Je pense qu’elle est faite pour écrire des livres érotiques avec des notes de SM pur. Elle détaille avec un tel enthousiasme les émotions, sensations que ressent sa protagoniste principale qu’elle m’a donné l’illusion de tout vivre à la place de Solange.

Les seuls défauts que je peux donner à cette suite, c’est la non-découverte de nouvelles pratiques SM. Je pensais que l’auteur m’en ferait découvrir des nouvelles, ou bien alors c’est moi qui ai lu trop de romans sur ce sujet ! Et son autre défaut est la fin. J’ai une énorme rancœur envers Eva : mon cœur a fini en lambeaux pendant que les larmes de Solange coulaient sur le torse de Tristan. Ce n’est pas possible, il me faut une suite ! Leur histoire ne peut pas rester à ce point-là !

En bref, je sais pourquoi tout le monde parlait autant en bien de cette suite car je l’ai adorée. Oui, elle ne révolutionne pas son genre littéraire mais je trouve qu’Eva Delambre a su tirer son épingle du jeu. Nous sommes encore dans un monde très SM, ce qui ne plait pas à tous les publics, mais elle a brillamment ajouté des soupçons d’amour et les punitions de Mr le maître passent vite au second plan ! Vous l’avez compris, L’envol de l’ange est définitivement un coup de ♥ de plus à ajouter à ma liste.

Merci aux éditions Tabou pour ce service presse.

 #C

 

29 novembre 2016

Chronique : Empare-toi de mon coeur de Céline Musmeaux

Classé dans : Chroniques,Éditions Nymphalis,Partenaires — Emilie @ 15 h 07 min

15226449_10211396470174097_1968317043_n

 

Titre : Empare-toi de mon cœur

Auteur : Céline Musmeaux

Date de sortie : 15 Décembre 2016

Prix : 15,99€ en broché et 5,99€ en ebook

Maison d’édition : NYMPHALIS

Note : 9/10

 

Résumé : 

Plus les mois passent, plus Charlotte est convaincue que Frank lui plaît et que c’est réciproque. Cependant, la lycéenne est très timide et n’ose pas lui avouer ses sentiments, d’autant plus qu’il a déjà une copine encombrante.

 De ce fait, elle vit un amour secret dans l’espoir d’obtenir à chaque instant un regard ou un sourire de sa part.

 Alors qu’ils rentrent des vacances de Noël, Frank lui laisse encore espérer qu’elle a une chance avec lui. Encouragée par sa meilleure amie, Charlotte prend subitement la décision de se lancer. Elle lui écrit un mot qu’elle dépose ensuite sur son bureau.

 Mais le destin se joue d’elle, ce n’est pas Frank, mais son voisin Ludovic qui reçoit sa déclaration. Ce dernier accepte ses sentiments par erreur et tout va brusquement se compliquer pour la discrète jeune femme. Elle se retrouve forcée de faire bonne figure face à un garçon qu’elle déteste profondément.

 Est-ce un mauvais coup du sort ou une bénédiction ?

 

Avis :

 

Quel plaisir pour moi de retomber dans la lecture de Céline Musmeaux. J’avais déjà adoré Aimé moi! Enfin si tu peux. Et depuis je n’ai pas trouvé le temps de ME replonger dans son univers. C’est donc avec plaisir que j’ai accepté lorsqu’elle m’a proposé de lire ce nouveau roman avant sa sortie. Et je ne le regrette pas, il m’a fait passé un très bon moment.

Je me suis faite avoir à mon propre jeu, j’ai voulu lire les premières pages pour connaître un petit morceau de l’histoire. Oui sauf que une fois commencé je n’ai pas su le lâcher. 

 On se plonge dans un univers d’ado qui m’a rappelé beaucoup de souvenirs. Les premiers sentiments, les premiers baisers, la découverte du sexe, les premiers chagrin. Mais on y retrouve aussi d’autres sujets plus intense, le manque de confiance en soi, la violence. 

Sur fond de belle romance Céline traite également d’autres sujets dit « tabou » que je vous laisserais découvrir par vous-même.

On se replonge avec les sourire dans notre propre adolescence en suivi Charlotte, Ludovic et leurs amis. Au fil de la lecture on se remémore notre propre adolescence et cela fait beaucoup de bien.

À leurs niveaux ces jeunes tient, pleure, aiment, déteste, on les accompagne dans la découverte de la vie et des sentiments.

 Une lecture incroyablement douce et addictives qui vous fera passé un bon moment au coin du feu avec une bonne tasse de thé.

 Merci à Céline Musmeaux pour ce service presse.

 

#Milie

Chronique : Les perles des urgences du sexe

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine,Partenaires — #didi @ 14 h 49 min

les-perles-des-urgences-247x330

Titre : les perles des urgences du sexe

Auteur : Stéphane Rose

Maison d’édition : La Musardine

Notre 9/10

Résumé :

Les gens qui vont aux urgences hospitalières avec un truc coincé dans le derrière (ou pour un problème du même genre), ça existe vraiment ? OUI ! 


Et leur imagination va au-delà de tout ce que vous pourrez imaginer en la matière… Ce livre compile les cas d’urgences classées X des pompiers, médecins de nuit, étudiants en médecine et autres urgentistes hospitaliers.

Vous y trouverez une femme avec un poisson rouge coincé là où il ne fallait pas,

un ivrogne blessé après avoir fait l’amour à un bonhomme de neige,

un prêtre avec une pomme de terre coincée dans une voie qu’il ne croyait pas impénétrable…


et autres cas authentiques tous plus insolites, incroyables et désopilants les uns que les autres

Avis :

Je n’ai qu’une seule chose à dire :  » Wahou ! l’être humain est plein de surprise, c’est le moins que l’on puisse dire. »

Dans ce petit livre, il y a des interviews, des photos ou plutôt des radios, des sources internet, des témoignages… chaque page est différente.

Je pensais que ça allait être très lourd et trop gore, mais j’ai été agréablement surprise et est énormément rigolé.

Je dois tout de même vous avouer qu’il y a quand même des histoires peu ragoûtantes… mais l’auteur pense à nous, et il y a derrière chaque histoire extrême un petit quelque chose pour adoucir le texte, par exemple une photo de chaton. Oui, oui, de chaton…

Ce livre est vraiment barré et je trouve que cela peut faire un cadeau très sympa et humouristique.
A éviter pour votre petite mamie tout de même !

#didi

Chronique : Anno Dracula, tome 3 : Dracula Cha Cha Cha

Classé dans : Chroniques,Éditions Le Livre de Poche Imaginaire — Clarisse @ 11 h 52 min

anno-dracula---dracula-cha-cha-cha-788949-264-432

Titre : Anno Dracula, tome 3 : Dracula Cha Cha Cha
Auteur : Kim Newman
Date de sortie : 15 juin 2016
Thèmes : Enquête,Dracula, Mariage
Prix : 8€90 Format Broché
Maison d’édition : Le livre de poche, collection imaginaire
Note : 7/10

Résumé :

Rome, 1959. Dracula est sur le point de se marier en grande pompe avec la princesse moldave Asa Vajda. Mais cet événement mondain exceptionnel, qui rassemblera tout le gotha vivant et mort-vivant de la Ville éternelle, n’est que la première étape d’un ambitieux projet élaboré par le comte. Orson Welles et un agent secret vampire du nom de Bond sont également de la partie, ainsi qu’un mystérieux assassin, le Bourreau Écarlate, qui trouble la dolce vita de la cité en semant les cadavres derrière lui…

Mon avis :

Le comte Dracula s’apprête à prendre une nouvelle femme pour épouse. Pour marquer le coup, il a décidé d’inviter tout le gratin de la haute société vampirique à Rome où se déroulera l’heureux événement.

Le seul hic qui pourrait chiffonner notre immortel ? Il y a un tueur en série qui rôde dans les alentours, et ce grossier personnage semble prendre un malin plaisir en tuant des êtres à crocs comme bon lui semble. D’un patronyme révélateur, le Bourreau écarlate est prêt à mettre ses sentences à exécution, il y a des têtes parmi les Anciens qui risquent de tomber.

N’ayant pas lu les deux premiers tomes de cette saga : Anno Dracula, lorsque j’ai reçu ce troisième volet, je m’y suis d’abord consacrée pour ne pas être perdue avant d’enchainer sur Dracula Cha Cha Cha. Note aux lecteurs qui s’attaquent directement au dernier volume : lisez bien les deux précédents, ne faites pas comme moi, ne vous lancez pas directement dans celui-ci, vous risquez d’être un peu perdus.

Passons au fond. Je redécouvre un personnage phare de la littérature fantastique qui reprend une dernière fois un petit coup de jeune grâce à la plume de Kim Newman, qui a su revisiter d’une façon intéressante le mythe du tristement célèbre Dracula de Bram Stoker. En plus, il réintègre plusieurs des personnages auxquels nous avons été confronté dans le premier roman comme Geniève Dieudonné ou encore Charles Beauregard, un ex espion qui voit la fin de sa vie arriver.
L’auteur a su apporter un vent frais de renouveau en mêlant avec brio l’espionnage, le fantastique et le thriller tout en gardant certaines bases des aspects des années 1950.

Ce qui m’a en revanche dérangée, c’est le bonus de plus de 100 pages à la fin. Je ne l’ai pas autant apprécié que le texte précédent, je pense que l’auteur aurait dû s’arrêter au dernier point final de cette trilogie, ne pas en rajouter même si le but devait être de ne pas la finaliser totalement et de laisser une chance à ce qu’une suite voie le jour.

Moi qui ne suis pas trop polar, je dois avouer avoir passé un assez bon moment lors de ma lecture mordante qui fut passionnante dans laquelle j’étais confrontée à une vision légèrement différente de l’illustre Dracula.

Merci aux éditions Le livre de poche imaginaire pour ce service presse.

#C

Chronique : The Ones de Daniel Sweren-Becker

Classé dans : Chroniques,Éditions Hugo & Cie,Partenaires — Emilie @ 10 h 46 min

 

1793259130

Titre : The Ones

Auteur: Daniel Sweren-Becker

Date de sortie : 6 Octobre  2016

Prix : 17€ en broché

Maison d’édition : Hugo&Cie collection New Way

Note : 10/10

Résumé :

Cody a toujours été fière d’appartenir aux Ones. Son petit ami, James, et elle font partie du 1% de chanceux sélectionnés à la naissance par le gouvernement pour être modifiés génétiquement. Aujourd’hui, les Ones excellent en tout : ils sont beaux, talentueux, intelligents, sportifs… Mais pour certains, c’est une injustice. Et le mouvement Equality profite allégrement de la jalousie et de la peur montante au sein de la société, pour gagner des voix et imposer son parti. Le gouvernement américain montre alors sa face la plus sombre et les Ones deviennent illégaux. Alors que la frontière entre bien et mal se brouille, Cody rejoint un groupe de radicaux qui ont bien l’intention de préparer la révolte. Et James commence à se demander jusqu’où elle pourrait se battre….

Avis :

coupdecoeur

J’attendais cette dystopie avec beaucoup d’impatience, le facteur ayant joué avec mes nerfs et ceux de Déborah de Hugo Romance, il s’est fait attendre, mais après moultes péripéties il à finit par arriver entre mes mains. Joie dans mon cœur, à ce moment là j’ai tout abandonné pour me plonger dedans. Et je ne le regrette absolument pas.

Pour ceux qui me suivent vous savez que j’affectionne particulièrement la collection New Way et une fois de plus je n’ai clairement pas été déçue. Si vous pensez vous plongez dans une dystopie lambda, je vous arrête tout de suite ce n’est pas le cas.

Ici les personnages sont dès le début pleinement conscient  de leurs différences, tout le monde le sait. Les Ones sont 1% de la population, ils ont été génétiquement modifiés pour atteindre la perfection. Toute la population le sait, ils vivent tous côtes à côtes. Mais un jour tous bascule et les Ones se retrouvent en danger, ils n’auront pas le choix si ils veulent survivre ils vont devoir faire des choix et se battre pour rester ceux qu’ils sont.

Après tous ce n’est pas eux qui ont choisi d’être ce qu’ils sont, alors pourquoi devraient-ils accepter qu’on leurs reproches aujourd’hui cette différence? Mais en même temps pourquoi eux devraient avoir le droit d’être des êtres exceptionnel alors que d’autres se battent pour réussir dans la vie?

Un dilemme intéressant qui sans toutes ces modifications génétiques, n’est pas sans nous rappeler l’éternelle question de notre propre vie? Pourquoi certains ont tout et d’autres n’ont rien?

Le personnage de Cody m’a totalement bluffé, cette jeune femme pleine de ressource n’est pas prête à se laisser abattre, elle veut se défendre coûte que coûte. Face à la menace que représente le groupe radical « Egalité » elle ne supporte pas d’avoir uniquement le choix de disparaitre, elle choisit donc de se battre auprès d’un  groupe radical mené par Kai. Une fille surprenante que j’ai aimé suivre jusqu’a la fin.

James quand à lui m’a profondément agacé. C’est le petit ami de Cody, mais il est malheureusement pris au milieu de tous ça étant un Ones également, avec une famille qui ne dééfend plus leurs causes. Ile ne cesse de faire la girouette et ne sait pas dans quelle position se mettre. J’avais envie de lui crié : mais bordel arrête de te laisser faire, tu ne vois donc pas ce qu’il se passe autour de toi? Mais finalement on se rend compte qu’en fait il est comme beaucoup le serait à sa place, tiraillé entre son amour pour sa famille et son amour pour Cody.

Et il y a Kai, je ne parlerai pas beaucoup de lui, car cette homme reste un mystère. Il se bat pour la cause des Ones, mais ses excès me font peur. Il tente de profiter de Cody, et j’ai peur qu’il ne la garde avec lui uniquement pour l’utiliser, car il ressent sa force de caractère et sa détermination.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette dystopie que je n’ai pas pu lâcher avant la dernière page. Un récit exaltant, bluffant qui nous tient en haleine. Les rebondissements sont inattendus, intenses.

Tout ici est bien travaillé, bien écrit et vous transportera sans conteste dans cet univers qui sera peut-être un jour notre futur. Comme dans toute dystopie digne de ce nom on y retrouve un aspect politique prenant, mais aussi un côté historique se rapportant à la seconde guerre mondiale qui fait froid dans le dos.

En bref pour moi c’est un énorme coup de cœur que je ne peux que vous conseillez. Ce livre est pour moi la meilleure dystopie qu’il m’a été donné de lire. Et j’attends la suite de pied ferme

Merci à Marion et Déborah des Editions Hugo&Cie et la collection New Way pour ce service presse.

#Milie

Chronique : Bad T2 Amour dangereux de Jay Crownover

Classé dans : Chroniques,Éditions Harlequin,NetGalley,Partenaires — Emilie @ 9 h 51 min

 

bad-amour-dangereux-tome-2-9782280352543_0

Titre : Bad T1 Amour dangereux

Auteur: Jay Crownover

Date de sortie : 6 Avril  2016

Prix : 14,90€ en broché

Maison d’édition : Harlequin

Note : 9/10

Résumé :

Il est le pire qui pouvait lui arriver… et le meilleur ?

 

Pour Brysen, l’amour, ce n’est clairement pas au programme. Sa vie est bien trop remplie pour y caser un homme. Car, en plus de ses cours à la fac et de son job de serveuse, il faut aussi qu’elle s’occupe de sa famille qui part à la dérive depuis que sa mère dépressive a décidé de se soigner à la vodka. Non, vraiment, elle n’a pas le temps de s’amuser. Et encore moins de s’amuser avec Race, le frère de sa meilleure amie, dont la simple vue embrase tous ses sens. Elle ne doit surtout pas craquer, d’autant plus que le beau blond est aussi sexy que dangereux, et on murmure dans The Point qu’il est le nouveau roi de la ville… Alors, à chaque fois qu’elle le croise, Brysen met un point d’honneur à être aussi désagréable et méprisante que possible. Mais manifestement, il en faut plus que ça pour décourager Race. Et elle sait pertinemment que, lorsqu’il se décidera à passer à l’attaque, elle ne sera pas de taille à résister.

Avis :

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’après mon coup de cœur pour le premier tome, j’attendais ce second opus avec énormément d’impatience. Harlequin m’avait gentiment offert la trilogie via NetGalley et je l’avais donc dans ma PAL, je me suis donc jetée dessus très peu de temps après le premier.

Race à grandit dans une famille aisée et a eu une vie bien confortable. Après un choix qui va bouleverser sa vie, il ne peut désormais compter que sur Dovie et Bax. Même s’il est à classer dans les mecs sulfureusement dangereux, jouant sans cesse avec le danger et faisant des choix souvent discutable, il n’a pas mauvais fond. Il se retrouve à la tête de l’organisation criminelle, mais aidé de Bax il va s’efforcer de mettre de l’ordre en faisant couler le moins de sang possible.

Brysen est la meilleure amie de Dovie, vivant dans un quartier huppé, elle travaille néanmoins dur pour subvenir au besoin de sa sœur et payer ses factures. Au contact de Race elle trouve la sécurité qu’elle recherche, malgré qu’elle se soit toujours forcée à rester loin de ce genre d’homme.

Une fois de plus Jay Crownover nous offre un récit époustouflant. Elle ne nous épargne en rien et c’est plaisant. Tout y passe, la violence, le sang, le sexe. Un second tome une fois de plus empli de sensation forte, une relation entre Race et Brysen totalement indécente.

Nous sommes accrochés à nos Bad boy et nous avons enfin de vraies héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux. Le récit à deux voix nous fait connaitre plus les personnages et leurs forces de caractère.

Je ne pourrais décemment pas faire une préférence entre ces tomes, ils sont bien différents de par leurs personnages, mais ils se rejoignent sans conteste dans leurs addictions. Une saga qui ne cesse de me surprendre. Malgré un monde ou la violence règne, l’amour trouve sa place pour nous offrir une magnifique histoire avec des personnages qui nous touchent.

J’ai maintenant hâte de voir ce que nous réserve l’auteur avec l’histoire de Titus, qui n’est autre que le frère de Bax , mais surtout officier de police. A mon avis ça n’a pas finit de faire des étincelles.

Merci à NetGalley et aux Editions Harlequin pour ce service presse

#Milie

28 novembre 2016

Chronique : Un voisin si craquant

Classé dans : Chroniques,Éditions Harlequin — Clarisse @ 17 h 51 min

un-voisin-si-craquant-547911-264-432

Titre : Un voisin si craquant
Auteur : Léna Forestier
Date de sortie : 8 juin 2016
Thèmes : Littérature sentimentale,Famille, Relation entre voisins
Prix : 12€90 Format Broché
Maison d’édition : Harlequin, collection H&
Note : 8,5/10

Résumé :

Lorsqu’il emménage dans son appartement lyonnais, Maxence a vraiment le sentiment de débuter une nouvelle vie. Car pour se rapprocher de son petit garçon, il a choisi de tout quitter : son travail qui le passionnait, ses amis, sa ville de toujours ; un sacrifice qu’il oublie vite devant le sourire rayonnant de son fils. Et dans cette nouvelle vie, pas le temps ni la place pour une nouvelle femme ! Heureusement, ce n’est pas sa voisine qui risque de mettre à mal ses bonnes résolutions. Il faut dire que leur première rencontre a été plutôt…surprenante : pyjama en pilou, grosses chaussettes en laine et coiffure post-cyclonique, Armelle n’était pas vraiment à son avantage ! Pourtant, plus il la croise et plus il se surprend à se laisser envoûter par la chaleur de sa voix et sa beauté singulière…

Mon avis :

Armelle a fait la connaissance de son nouveau voisin de palier de façon très cocasse. Dès leur premier échange, la jeune femme sent une petite décharge électrique au fond d’elle. Mais ce qu’elle ne sait pas encore, c’est que cette sensation est réciproque.

Maxence, le nouvel arrivant qui n’est pas habitué au paysage de Lyon, vient s’installer dans cette région pour la seule raison que son fils y est avec son ex-femme et qu’il veut enfin avoir la chance de le voir bien plus souvent que lors des vacances scolaires. Sauf que pour cela, il a dû abandonner sa passion qui lui tient très à cœur pour prendre un poste qui ne semble pas trop lui convenir.

Jusqu’à sa rencontre avec cette nouvelle voisine…

Et si le miracle du pyjama pilou pilou avait une nouvelle fois frappé ?

Une romance qui sort de l’ordinaire, que j’ai dévorée de bout en bout malgré quelques longueurs et quelques moments où ça tourne en rond. Je peux affirmer que je me suis prise d’affection pour les deux personnages principaux et leur entourage.

Armelle, cette jeune femme douce, un peu complexée, m’a de suite plu. J’ai aimé suivre de près l’évolution de son histoire avec Maxence (vous vous doutez bien qu’ils ne resteront pas simples voisins), en apprendre plus sur ses rêves, joies et fatalités. C’est une personne à part entière qui a besoin d’avoir confiance en ceux qu’elle laisse approcher pour se détendre.
Je ne me suis pas identifiée à Armelle à cause de son métier de journaliste ou de sa manière douteuse d’appeler ses deux félins (j’y croyais pas quand j’ai vu les prénoms de ses deux boules de poils), mais grâce à sa passion : elle est blogueuse, un point qu’on a en commun. C’est son exutoire, derrière son écran elle n’a plus de freins, adieu ses complexes.

Maxence m’a touchée et charmée. Cet homme a eu des réactions que j’ai eu du mal à comprendre et cautionner au début, je ne voyais pas d’un bon œil ses façons de faire envers Armelle, je le trouvais indélicat et même dur. C’est en avançant dans ma lecture que j’ai compris le fond du problème et pourquoi il réagissait ainsi. Il ne faut pas s’arrêter à ses airs d’ours mal léché, c’est un chic type.

Pour une première lecture de la plume de Léna Forestier, je peux dire qu’elle s’en sort assez bien, son écriture est sympathique et douce. Il y a quelques erreurs mais dans l’ensemble, je trouve que l’auteur a su transmettre les émotions que rencontrent ses personnages.

Léna nous offre plus qu’une histoire d’amour à l’eau de rose, nous sommes ici face à la reconstruction d’une vie pour une personne, et la recherche d’une autre vie pour une autre personne qui est à un carrefour de sa vie et qui se pose beaucoup de questions sur le futur. J’ai passé des moments plaisants en la compagnie de Maxence et d’Armelle.

Merci aux éditions Harlequin pour ce service presse.

#C

Chronique : Isaac Cole de Cynthia Havendean

Classé dans : Chroniques,Éditions Ediligne,Partenaires — Emilie @ 9 h 26 min

 

14963136_632580286866946_2597869560447474736_n

Titre : Isaac Cole

Auteur : Cynthia Havendean

Date de sortie : 21 Novembre 2016

Prix : 21,95$ (environ 15€) Format Broché

Maison d’édition : Ediligne

Note : 9/10 & 8/10

Résumé :

Lui, c’est Isaac Cole, le garçon le plus détesté de Princeton, au Texas. Avec son attitude arrogante et un caractère violent, il cumule les frasques et les bagarres. Après une absence, Isaac est de retour dans sa ville et dès sa venue, il est ciblé comme étant le suspect principal de la mort d’un lycéen. Elle, c’est Hayley Wheeler, timide, aimé de tous, vie paisible, elle tente de vivre le plus discrètement possible. Mais ça, c’était avant qu’Isaac pose les yeux sur elle. Désormais, il la convoite… Malgré les mises en garde de son copain et de ses amis sur le passé ténébreux du garçon, Hayley fuit secrètement pour le retrouver. Elle voit qu’il est loin d’être ce que tout le monde pense : les rumeurs ont toujours été fausses et elle compte bien le prouver. Seulement, Isaac lui cache quelque chose qui pourrait tout changer…

Avis de #Milie:

J’attendais ce livre avec beaucoup d’impatience et ce pour plusieurs raisons.

 Tout d’abord, car j’aime beaucoup la littérature canadienne et leurs expressions, qui donne un charme fou à la lecture, ensuite parce que faut dire ce qu’il en ai, la couverture et le résumé ça envoie du lourd et surtout grâce aux nombreux avis coup de cœur quasi unanime que j’ai vu passer.

 C’est donc avec l’impatience d’un gosse devant ses paquets de Noël que j’ai attaqué ma lecture.

 Et malheureusement je dois avouer que le début fut assez laborieux j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire et à m’y accrocher. Et puis hop d’un coup tout s’accélère et pour moi aussi. Ensuite, il m’a été totalement impossible de lâcher ce livre.

 Pour tout vous dire je l’ai terminé un matin à peine levé, car je ne voulais pas partir au travail sans savoir le dénouement.

Isaac Cole est donc ce que j’aime a appelé un « pestiféré », tout le monde le fuit, les rumeurs vont bon train. Il est le bad boy (et encore le mot est faible) de la ville. Catalogué d’homme dangereux, d’assassin, de violeur et j’en passe. Absent durant un long moment, il sort paraît-il de prison. Un jour son chemin croise celui de Hayley. Une jeune femme « bien sous tout rapport » qui a un petit ami.

Et tout de suite Hayley est très intrigué par Isaac, il lui fait peur, mais elle ne peut pas s’empêcher de s’intéresser à lui. Contrairement aux autres elle pense qu’il n’a pas que du mauvais en lui. Et même si tous le monde essaye de l’en dissuader elle veut creuser le « mystère » Isaac.

Au début j’avais peur de tomber dans l’éternel cliché de la demoiselle fragile qui veut à tout pris sortir la bad boy de ses démons. Et puis mes certitudes sont tombées, l’auteur m’a emmené là où je ne m’y attendais pas du tout.

Les émotions ont fait leurs apparitions, l’action s’en ai mêlé.

Cynthia Havendean nous prouve ici à quel point le jugement des autres peut faire mal, les rumeurs, les « on dit », tout un ensemble qui peut briser toute une vie. Mais heureusement il y a des personnes dans ce monde qui ne s’arrêtent pas à cela.

J’ai été touchée par ce livre qui m’a fait passer par plusieurs stades d’émotion, de la tendresse, de la peur, de la tristesse de la colère, de l’incompréhension et encore bien d’autres. De vraies montagnes russes émotionnelles. La plume de Cynthia est véritablement accrocheuse et émotionnellement intense. En bref malgré le commencement un peu chaotique, je ne regrette absolument pas cette belle découverte, une très leçon de vie que je vous conseil de lire avec des mouchoirs à portée de main.

Avis de #Aurélie

C’est la fin du lycée pour Hayley et ses amies. Son petit ami doit s’absenter quelques jours au début de cet été pour accompagner son père. Il lui a promis qu’ils coucheraient ensemble pour leur première fois à son retour.

La jeune fille décide donc de se changer les idées. Elle achète une voiture, sort avec ses amies et… rencontre le tristement célèbre Isaac Cole, sur son lieu de travail. Une rencontre qui la laisse très troublée.

Le jeune homme a une réputation déplorable auprès des habitants de la petite ville. Les amis de Hayley lui déconseillent de se rapprocher de lui.

Le retour de son petit ami risque de changer la donne, malgré la furieuse attirance qu’éprouvent les deux jeunes gens l’un pour l’autre !

De plus, Isaac cache de lourds secrets à Hayley ce qui risque de changer leurs vies à tout jamais…

Malgré un début de lecture un peu difficile, durant lequel j’ai dû m’habituer à la langue québécoise, mais finalement auquel on s’adapte très rapidement, je me suis plongée avec délectation dans la relation interdite entretenue entre les deux jeunes gens !

Une belle histoire extrêmement touchante, parfois drôle, triste de temps en temps mais tellement empreinte d’amour et de passion véritable, Une sorte de « Roméo et Juliette » moderne.

Ce beau roman m’a tout de même laissé un goût doux-amer quand je l’ai refermé… Mais vous découvrirez cela par vous-même.

 

Nous remercions les Editions Ediligne pour ce service presse.

 

Chronique : Sortie de classes

Classé dans : Chroniques,Éditions Albin Michel — Clarisse @ 8 h 43 min

51soVweKGyL._SY400_

Titre : Sortie de classes
Auteur : Laurent Torres
Date de sortie : 1 septembre 2016
Thèmes : Vie scolaire,Critique de la société, Désillusion
Prix : 18 € Format Broché
Maison d’édition : Albin Michel
Note : 5,5/10

Résumé :

Issu d une famille bourgeoise, Julien est professeur de français dans un collège de banlieue. Tout en racontant son quotidien difficile (la souffrance de certains élèves, l hypocrisie et la lâcheté de sa hiérarchie), il se remémore ses propres années de lycée. Dans les deux époques, un personnage sert d ancrage : Louis, un ancien camarade de classe taciturne, et Sofiane un de ses élèves exclu.

Dépassé par sa propre impuissance et par les paradoxes du système éducatif, Julien interroge sa fonction – de professeur, de citoyen et d’homme.

Mon avis :

Julien est un prof de français agrégé dans un collège de banlieue. Ce métier, qui lui a pourtant toujours vendu du rêve et convenu jusque-là, commence à l’étouffer. Venant d’une famille fortunée, il a du mal à faire face au monde modeste dans lequel évoluent ses élèves. Un jour, voulant entendre l’un d’eux, le professeur se rend compte que cet élève est différent du reste de ses camarades.

En effet, Sofiane est muet. Un handicap qui se rappelle chaque jour à l’adolescent, un mal-être profond qui ramènera aussi Julien de l’autre côté du tableau, à l’époque où lui-même était élève. Il avait alors fait la connaissance de Louis, celui qui fut son meilleur ami, une personne différente et le souffre douleur de sa classe pendant ses années lycée à cause de sa disparité.

J’ai apprécié sans plus ce roman, je trouve que l’auteur a bien fait de montrer du doigt que l’éducation scolaire n’a pas énormément évolué : de nos jours, l’impuissance des enseignants en est au même point que depuis les années 80.

Il n’y a pas eu beaucoup d’amélioration en plus de 30 ans. Les parents et professeurs n’ont toujours pas les clefs pour que le racisme et la peur de la différence des uns et des autres ne soit pas l’un des problèmes principaux qui règnent sur les établissements scolaires. Ils n’arrivent pas encore à faire accepter à tous les élèves qu’être différent n’est pas une fatalité mais plutôt une chance.

Ce qui ne m’a pas plu, l’auteur a trop misé sur le passé de Julien en nous le présentant sous forme de flash-back. On passe plus de temps avec le narrateur à sa période d’adolescent qu’au présent dans son rôle de professeur. On suit trop le parcours de Julien dans ses jeunes années au lieu de voir sa prise de conscience fasse aux peu de changements qui ont eu lieu dans le monde de l’enseignement.

Une lecture que je qualifierais de mitigée. Tout n’est pas mauvais, je pense juste que l’auteur n’a pas su assez exploiter sa première idée qui méritait bien plus d’attention.

Merci aux éditions Albin Michel pour ce service presse.

#C

123456
 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes