Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2016

17 octobre 2016

Chronique : A nous deux Manhattan

Classé dans : Chroniques,Editions L'Archipel,Partenaires — Aurélie @ 14 h 30 min

9782352879237-001-G-220x355

Titre : A nous deux Manhattan

Auteur : Judith Krantz

Date de sortie : 5 octobre 2016

Prix : 8,80€

Thèmes : Héritage familial, conflit de génération, amour, pouvoir.

Maison d’édition : Éditions Archipel

Note : 8/10

Résumé :

Effrontée, immorale et belle jusqu’à l’indécence, Maximilienne Amberville, dite Maxi, découvre à vingt-neuf ans que son aptitude à saisir tous les plaisirs de la vie n’a d’égale que son ardeur au travail. Justement, l’empire de presse fondé par son père adulé, récemment disparu, menace de s’écrouler. Et l’artisan de cette ruine programmée n’est autre que son oncle, Cutter Amberville, l’homme des menées obscures… Maxi décide de se lancer dans une entreprise risquée : faire revivre le premier journal lancé par son père. Elle a tout à apprendre du métier, mais son flair et son enthousiasme lui attirent des soutiens providentiels. Pourtant, sans l’aide de son premier mari, graphiste génial, elle a peu de chances de réussir. Après des années d’amour et d’incompréhension, les amants terribles sauront-ils enfin se parler ? Une fresque sur le pouvoir et la trahison, l’obsession érotique et l’amour vrai.

Mon avis :

Maxi est une fougueuse jeune femme de 29 ans, mariée 3 fois, amatrice des plaisirs de la vie et passionnée dans tout ce qu’elle entreprend.

Un appel de son frère alors qu’elle est à Paris, l’a force à rentrer à Manhattan aux côtés de sa famille. Le père de Maxi est décédé il y a peu de temps et la gérance de son empire de presse est chamboulée. C’est la mère de la jeune femme qui détient la majorité des actions mais celle-ci est trop faible pour savoir quoi en faire. A ses côtés, le frère de son père, son oncle Cutter, a décidé de prendre les choses en main. En commençant par épouser la veuve de son frère.

Maxi et tous les administrateurs sont ébahis et furieux, car cet homme froid et séducteur n’a aucun droit sur la fondation de l’entreprise. Cutter veut tout régenter, et surtout supprimer deux des anciens magazines qui n’amènent aucune rentrée d’argent.

La jeune femme est bien décidée à barrer la route de son oncle et de sa mère pour faire renaître les deux revues qu’affectionnaient tant son papa…

La lutte des pouvoirs commencent. Et la trahison n’est jamais loin.Connaissant l’auteur grâce à l’un des ses nombreux romans « Flash », j’étais certaine d’être emportée par ce livre ! ça n’a pas raté !

L’écriture est vive, plein d’actions, un peu érotique. Aucun risque de s’ennuyer ! Maxi est l’une de ces héroïnes qu’on aime ou qu’on déteste mais qui ne nous laisse pas indifférent ! J’ai apprécié les flash-back qui nous en apprends plus sur les personnages et nous fais découvrir la naissance de l’empire de presse fondé par le père de Maxi.

Alors, certes, le livre date de 1986 mais on ne le ressent pas tant que ça et ça change de nos romances contemporaines ou historiques !

Une grande fresque familiale sans pitié, menée par une héroïne sensuelle au tempérament de feu !

#Aurélie

16 octobre 2016

Chronique : Love Me Like You DO de Alexandra Lanoix

Classé dans : Auto-Edition,Chroniques,Partenaires — Emilie @ 14 h 19 min

14610767_1205071066233020_1405931824_n

 

 

Titre : Love Me Like You Do

Auteur : Alexandra Lanoix

Date de sortie : 2 Novembre 2016

Prix : 4,45€ en ebook

Maison d’édition : Auto-édition

Note : 10/10

Résumé :

Après un mariage douloureux, Emma Martel se reconstruit peu à peu. Avec le coup de pouce de sa meilleure amie Josy, elle deviendra une photographe de mode réputée au fil des années. Malgré la passion de son métier, elle préféra quitter ce monde de paillettes pour une vie plus simple, même si elle est vide d’amour. Depuis son divorce, Emma se refuse aux hommes qui croisent son chemin, à cause de son lourd secret. Sur l’invitation de son amie, elle passera les vacances d’été à Malte dans la demeure du nouveau boy-friend de celle-ci, le richissime vendeur d’art, David Warner. La photographe tombera instantanément sous le charme de ce mystérieux millionnaire dont l’attirance est réciproque. Toutefois, Emma n’oubliera pas que c’est le mec de sa meilleure amie et se pose bien des questions sur le choix à prendre. Écoutera-t-elle sa tête ou son cœur ?

Avis :

coupdecoeur

Alexandra Lanoix nous offre ici une lecture bouleversante et très addictive.

Nous rencontrons Emma, la quarantaine. Une femme brisée, divorcé d’un homme violent, elle a beaucoup de mal à refaire surface. Elle ne supporte plus qu’un homme la touche, elle ne veut plus faire confiance à un homme tout simplement. Et comment l’en blâmer? Emma est un personnage très touchant, malgré sa fragilité elle ne se laisse pas faire. 

Puis un jour sa meilleure amie Josy, va lui proposer de venir la rejoindre à Malte, là où elle passe ses vacances avec son petit ami David. Un voyage qui va bouleverser sa vie à jamais.

Josy est une de ces filles que je ne supporte pas, elle m’est totalement antipathique. Elle fait partie de ces femmes qui sont belles, ont du succès, le savent et qui ont besoin de quelqu’un à leurs côtés qui soient plus dans « la norme » pour rappeler chaque jour qu’elles sont « supérieures ». Bref elle m’a agacé et j’ai eu envie de lui mettre des claques voir pire.

Et vient ensuite David. Alors, lui on peut dire qu’il a été une véritable énigme pour moi. J’ai eu beaucoup de mal à le cerner. Comme tout homme il aime contrôler, il se défend de ne pas être un dominant, mais à quelques moments il m’en a fait douter. Au final ce fut pour moi le personnage le plus surprenant de l’histoire, il m’a je dois dire totalement berné. Très touchant, inflexible, protecteur, froid, il nous ballade, on aime et on en redemande. 

Je ne vais pas trop en raconter car je ne veux pas gâcher le plaisir de votre lecture. Vous trouverez ici un récit totalement addictif, il fait parti de ceux qu’on ne peut pas lâcher. Je l’ai commencé cette nuit, puis la fatigue l’a emporté et je l’ai fini ce matin. Je n’arrivais pas à m’en détacher. Je voulais savoir ce qui allait arriver, les rebondissements que nous réservais encore Alexandra. Et je n’ai pas été déçu.

La plume d’Alexandra, les rebondissements, les héros, les sentiments, les émotions, tout cela a rendu ma lecture incroyable. 

J’ai été prise au jeu dès les premières pages et jusqu’à la dernière. J’ai ri, j’ai été en colère, j’ai aimé mais j’ai aussi pleuré. Les émotions étaient présentes tel que je les aime, à savoir nombreuses et intenses. 

N’hésitez pas une seule seconde, vous allez découvrir une belle romance, mais aussi une belle leçon de vie sur la reconstruction après des violences conjugales. 

Alexandra Lanoix traite ce sujet sensible avec beaucoup d’émotions et d’intensité et elle réussit à merveille.

Merci à Alexandra Lanoix pour ce service presse 

 

#Milie

14 octobre 2016

Chronique : Get High Sweetness – tome 1

Classé dans : Chroniques,Éditions Nisha — Clarisse @ 11 h 38 min

514cOyaXEDL

Titre : Get High Sweetness – tome 1
Auteur : Avril Sinner
Date de sortie : 14 octobre 2016
Thèmes : Rencontre, triangle amoureux
Prix : 0€99 Format Kindle
Maison d’édition : Nisha éditions
Note : 8,5/10

Résumé :

Raphaëlle, surfeuse bretonne exilée à Paris, contrôle sa vie avec rigueur. Mais lorsqu’elle rencontre Edern et Jean, deux amis sombres et mystérieux, notre héroïne perd tous ses moyens et se laisse embarquer dans une relation sulfureuse.

Raphaëlle arrivera-t-elle à survivre à ce triangle amoureux sans oublier qui elle est ?

Mon avis :

Raphaëlle, 26 ans, psychologue, passionnée de surf,s’est séparée il y a peu de son premier amour, Marc, avec lequel s’était installée une relation dite confortable.

Après cette rupture difficile à avaler, ses trois amies Julie, Marie et Célia la remettront en selle sur le marché des rencontres.

Un soir, pendant une soirée entre copines, Raph fait la rencontre de Jean et Edern deux hommes différents et attirant. Ça promet des possibilités !

Les romances comptant  » un triangle amoureux  » ne sont pas ce dont je raffole, ça part toujours en cacahuète. La chanceuse qui a deux beaux spécimens à ses pieds prend à chaque fois celui que je n’aime pas. Lorsqu’on m’a proposé de lire ce premier épisode, j’avais quelques appréhensions.

Elles seront très vite balayées par la simplicité dont fait preuve Avril Sinner en posant les bases de l’histoire ainsi qu’en surfant sur l’idée de plusieurs partenaires de plaisir sans être obscène. La plume de l’auteur est bouillante comme ses deux Don Juan ! J’ai déjà ma préférence pour Edern, l’homme ombrageux. Raphaëlle aussi ne reste pas de marbre, elle a le coeur qui s’emballe pour l’un de ses deux séducteurs.

Une découverte surprenante, je lirai la suite très prochainement avec joie.

Merci aux éditions Nisha pour ce service presse.

#C

Chronique Ten Tiny Breaths T2 : Mentir de K.A. Tucker

Classé dans : Chroniques,Éditions Le Livre de Poche,Partenaires — Emilie @ 10 h 43 min

9782253098829FS

 

Titre : Ten Tiny Breaths tome 2 : Mentir

Auteur : K.A. Tucker

Date de sortie : 6 Avril 2016

Prix : 7.30€ Format Poche

Maison d’édition : Livre de Poche

Note : 10/10

coupdecoeur

Résumé :

Depuis la mort de ses parents, Livie se répète en boucle les dernières paroles de son père : « Rends-moi fier. » Elle a organisé sa vie en fonction de ces quelques mots. Elle intègre l’université de Princeton avec un seul plan en tête : obtenir les meilleures notes et être admise en médecine. Seulement, Livie n’avait pas tout prévu : ni de partager sa chambre avec une sympathique fêtarde à qui elle ne peut rien refuser, ni toutes ces soirées arrosées dans lesquelles celle-ci l’entraîne, et encore moins de croiser le chemin du beau et ténébreux Ashton. Pour la première fois de sa vie, elle est confrontée à des choix, et elle sent qu’il est temps de ne plus se laisser dicter sa vie…
Après avoir suivi les aventures de Kacey (Respire), voici celles de sa petite sœur, qui nous entraînent dans une romance palpitante.

Avis :

J’avais déjà eu un gros coup de cœur pour le tome 1 Respire, mais alors là c’est encore pire.

J’ai retrouvé avec bonheur Livie, quelques années après la fin du premier tome, prête à entrer à l’université de Princeton. Livie m’avait beaucoup touché, toujours présente pour aider sa sœur Kacey, même si cela veut dire laisser son propre bonheur de côté. Kacey étant bien consciente des sacrifices de sa sœur, lui conseil d’aller consulter son psychologue, le docteur Stanley, avant qu’elle ne perde pied à force de se cacher derrière une carapace.

Dans ce tome j’ai adoré voir l’évolution de Livie et sa relation avec Stanley, son psy. Un être loufoque qui lui fera faire des choses totalement improbables. Et c’est grâce à cela qu’elle va faire la connaissance de notre bel Ashton.

L’évolution de Livie dans ce tome est totalement bien menée. J’avais extrêmement peur sur ce point. En effet dans le premier volet Livie est une jeune fille plutôt calme, réservé, je ne voulais pas que l’auteur nous la dévergonde en pimbêche complètement niaise. Fort heureusement ce ne fut pas le cas, K.A Tucker n’a pas dénaturé Livie, elle l’a fait évoluer dans le bon sens. On va découvrir une Livie plus ouverte, qui va enfin vivre sa vie pour elle et pas pour les autres.

L’auteur nous apporte certes des personnages au passé douloureux, mais elle n’en fait pas tout un mélodrame. Le récit ne croule pas sous les successions d’événements dramatiques mettant les héros face à leur passé perpétuellement, les casseroles sont là, mais nos héros les portes non pas comme un fardeau, mais comme une épreuve à surmonter. Je dois avouer que pour ma part cela à rendu l’histoire extrêmement touchante.

C’est donc un second tome très touchant que nous découvrons ici, qui nous submerge par les émotions.

J’ai hâte de découvrir le prochain tome sur Cain.

Je remercie les éditions Livre de Poche pour ce service presse.

#Milie

 

Chronique : Animae, Tome 2 : La Trace du Coyote

Classé dans : Chroniques,Éditions Le Livre de Poche Imaginaire — Clarisse @ 8 h 37 min

animae,-tome-2---la-trace-du-coyote-495429-264-432

Titre : Animae, Tome 2 : La Trace du Coyote
Auteur : Roxane Dambre
Date de sortie : 20 août 2014
Thèmes : Humour, Bit-lit
Prix : 7€10 Format Broché
Maison d’édition : Le livre de poche Imaginaire
Note : 10/10

coupdecoeur

Résumé :

Lou, 22 ans, travaille au département de Recherche sur l’Inexplicable de la DCRI, les services secrets français. Ses collègues lui reconnaissent un instinct stupéfiant pour différencier les coups montés du surnaturel. Bien entendu, aucun ne sait la vérité : même si elle a l’air d’une jolie blonde un peu fragile, la vraie nature de Lou est animale, elle se transforme à volonté. En panthère, de préférence. Alors évidemment, pour repérer les trucs bizarres (à part elle-même, s’entend), ça aide…

Lou est fiancée au beau capitaine Joshua et le dîner officiel des présentations arrive enfin. Elle est aux anges, mais une mauvaise ombre vient gâcher la fin du repas: les révélations de sa mère ouvre le bal des festivités et des rebondissements à n’en plus finir !

Mon avis :

De retour dans le monde d’Animae, je retrouve  Aloysia, Lou pour les intimes, égale à elle-même, très tactique, à la répartie aiguisée (qui n’a rien perdu de son côté félin) et amoureuse. Avec de solides responsablités depuis son entrée au DCRI, une agence gouvernementale française.
Sa vie tourne autour de son boulot, sa famille et de celui qui a ravi son cœur et sa main, le beau Capitaine Joshua.

Malgré tout, ce bonheur est de courte durée, notre pauvre panthère n’est pas au bout de ses calvaires.

A couper le souffle ! Une suite explosive ! Sincèrement, il ne faut pas se fier au résumé cachotier !

Généralement, dans les séries à plusieurs tomes, cela se déroule toujours pareil, l’intrigue retombe comme un cheveu sur la soupe pour tourner en rond sans sortir son épingle du jeu, ce que je redoutais en ouvrant ce deuxième tome tant attendu !

Je me suis trompée sur toute la ligne, ce tome deux confirme indubitablement le premier et le surpasse pour m’offrir un beau coup de ♥ !  J’ai commencé à mieux connaître chaque personnage, ils sont plus concrets et arf, Joshua j’en ferais bien mon quatre heure !

Et il y a Lou avec son humour hilarant et sa façon bien à elle de sortir les griffes lorsque l’occasion se présente. Je la kiffe. 

Point négatif de ce roman ? AUCUN.

Cette nouvelle histoire palpitante, remplie de rebondissements, d’une petite larme versée de ma part, d’humour et d’amour avec toujours une héroine pleine de mordant m’a énormément plu.

Roxane Dambre laisse libre cours à sa créativé et nous offre sur un plateau d’or une suite démentielle partagée entre les Daïerwolfs et les Chalcrocsdont avec des surprises originales, je me suis prise une belle claque avec l’un des lieutenants. 

J’ai hâte de lire la suite !

Merci aux éditions Le livre de poche imaginaire pour ce service presse.

#C 

13 octobre 2016

Chronique : Un nouveau départ

Classé dans : Chroniques,Éditions Albin Michel — Clarisse @ 7 h 16 min

51bOc1W8CjL._SY400_

Titre : Un nouveau départ
Auteur : Antoine Rault
Date de sortie : 27 janvier 2016
Thèmes : Comédie, Romance
Prix : 15€ Format Broché
Maison d’édition : Albin Michel 
Note : 9/10

Résumé :

Le soir de Noël, Catherine , fière de sa réussite professionnelle, trouve devant sa porte un SDF qui, quant à lui, ne croit plus en rien. Par provocation envers sa fille qui lui assène qu elle n a pas de c ur, elle décide d inviter ce SDF, Michel, à partager leur dîner de Noël.
Cet homme va bouleverser leur existence.

Mon avis :

Catherine, brillante femme d’affaires, mère de la sulfureuse Sarah, en a marre de voir sa fille la prendre de haut et crier à qui veut l’entendre qu’elle n’a de cœur pour personne.

Le jour du réveillon, après une énième dispute, Catherine décide d’inviter Michel, le clochard glacé qui dort dans les couloirs de l’immeuble où elles vivent.

Elle ne s’imagine pas un instant comment cet homme va chambouler tout leur univers.

Une lecture qui met du baume au cœur.
Je me suis régalée à lire cette pièce de théâtre étonnante.

Catherine, qui me paraissait froide, distante et caractérielle, change d’une façon étonnante pour tendre la main à un homme dont elle ignore tout. D’un coup de pouce, le revoilà sur le droit chemin et elle s’adoucit.

Michel, mon personnage favori, m’a émue lorsqu’il aborde le sujet de sa famille et de son passé, on ne pense jamais qu’une telle chute peut nous arriver. Pourtant, il ne suffit que d’un enchaînement de mauvais choix ou de malchance pour que tout le monde soit dans sa situation de départ.

Sarah, plus indulgente que Catherine au début, m’a surprise en essayant de mettre de l’eau dans son vin afin que sa relation avec sa mère s’améliore. Elle ne reste pas bloquée dans son rôle d’adolescente en crise malgré ses remarques parfois taquines et sèches.

Trois personnages pour lesquels je me suis vite prise d’affection, j’ai eu du mal à les quitter au terme de ces presque 200 pages.
Antoine Rault est une nouvelle découverte livresque, il signe avec brio une comédie sentimentale, poignante et subtile qui donne à réfléchir.
J’ai su que la pièce avait été adaptée en début d’année au théâtre, j’essayerai de me la fournir pour voir si les comédiens arrivent à me faire ressentir des émotions similaires à celles éprouvées lors de ma lecture.

Une jolie rencontre que je vous recommande de lire.

Merci aux éditions Albin Michel pour ce service presse.

#C 

12 octobre 2016

Chronique : La fille du Chaos

Classé dans : Chroniques,Éditions Le Livre de Poche Imaginaire — Clarisse @ 8 h 06 min

la-fille-du-chaos-762491-264-432

Titre : La fille du Chaos
Auteur : Masahiko Shimada
Date de sortie : 20 avril 2016
Thèmes : Polar et spiritualité
Prix : 7€90 Format Broché
Maison d’édition : Le livre de poche imaginaire
Note : 5/10

Résumé :

Naruhiko a hérité des pouvoirs visionnaires de sa grand-mère chamane. Pour apprendre à contrôler ses dons, l’adolescent retourne sur la terre de ses ancêtres afin d’y subir un éprouvant rite d’initiation. Dans ses rêves apparaît Mariko.
Lycéenne devenue amnésique, celle-ci est séquestrée par un homme qui abuse d’elle et la conditionne au meurtre. Une fois libérée, elle est vite happée par la violence des bas-fonds de Tôkyô. Elle rencontre Sanada, un professeur d’université qui va se servir de la jeune fille comme machine de guerre contre une société aliénée et corrompue qu’il abhorre.

Mon avis :

Nariko est perturbé par tous les rêves qui l’habitent depuis quelques temps. Descendant d’une famille de chamans, son destin de devin est en train de se manifester. Alors que ses visions deviennent chaque fois plus claires et horrifiantes, il voit une fille s’y dessiner…

Mariko S, lycéenne, a été enlevée par un homme plus terrifiant que Satan. Détruite physiquement et psychologiquement, son bourreau s’évertue à faire d’elle son jouet, son arme qu’il garde séquestrée jusqu’à ce qu’il en ait besoin. Sortie de cette emprisonnement, la jeune femme devient à son tour un monstre malgré l’aide très intéressée de Sanada, un professeur qui cache son jeu.

Trois vies différentes, à quel point sont-elles liées ?

Lecture mitigée !

Je me suis sentie dans le flou au début de ma lecture, il m’a fallu du temps pour comprendre ce qui arrivait dans les premiers chapitres dont le protagoniste est Naruhiko. Voir son évolution ne m’a pas tant intéressée, pourtant il est une pièce clef de ce roman.

En contre sens, j’ai vite ressenti de la rage envers le tortionnaire (je l’aurais envoyé dans un hôpital psychiatrique avec plaisir) de la pauvre Mariko. Comment peut-on infliger de telles souffrances à une personne en y trouvant du plaisir ? Du courage elle en a. Et puis, lorsqu’elle se sort de ce bourbier avec des repères à l’opposé de ceux qu’elle avait avant sa renaissance, malheureusement elle tombe dans un nouveau piège, j’en ai frissonner, la proie devient à son tour le chasseur sans vergogne. Elle est au point de non-retour.

Le gros point noir, Masahiko Shimada nous lance directement dans le vif du sujet sans laisser le temps à son lecteur de comprendre certains termes ou mots des racines du Japon. J’apprécie qu’il nous fasse découvrir cette culture dont j’ignorais tout, on voit que l’auteur est attaché à ce pays mais il aurait dû y aller plus en douceur au démarrage.

Ce qui me choque davantage, c’est la considération des autres dans ce roman. Tout n’est que clinquant et faux. Être impeccable aux yeux des autres, ne pas faire un pas de travers est l’objectif premier de tout un chacun.

En bref ,

Cette lecture n’est pas un total plaisir, j’ai dû dépasser la moitié pour me mettre dedans  avec toutefois encore des moments déstabilisants.

Merci aux éditions Le livre de poche imaginaire pour ce service presse.

#C 

11 octobre 2016

Chronique : La vie ou l’amour de Jérôme-Arnaud Wagner

Classé dans : Chroniques,Editions Le Cherche Midi,Partenaires — Emilie @ 9 h 44 min

la-vie-ou-l-amour-761656-250-400

Titre : La vie ou l’amour

Auteur : Jérôme-Arnaud Wagner

Date de sortie : 14 Avril 2016

Prix : 16.50€ Format Broché

Maison d’édition : Le Cherche Midi

Note : 10/10

Résumé :

« Une fraction de seconde, c’est ce qu’il m’aurait fallu pour donner un coup de volant. Bizarrement, je ne le fais pas. Je renonce. À cet instant, je ressens plus que jamais la futilité et l’amertume de la nuit dernière – je ne veux plus qu’il y en ait d’autres – et finalement, de mon existence toute entière, qui n’a pas de sens… La berline explose le parapet de pierre et tel un oiseau majestueux, prend son envol au-dessus d’une forêt de chênes-lièges et de pins parasols, qui descendent en pente jusqu’à un ravin sans fond. Je suis en l’air, toujours vivant, pour très peu de temps. Au-dessus de moi, le ciel, dégagé, immense, infini. En dessous, la terre des hommes. C’est alors que, sourire aux lèvres, tandis que l’oiseau de fer poursuit sa plongée, je revois toute ma vie défiler en un flash. »

Un recueil de poèmes oublié sous le siège d’un avion. Emmanuel va tout faire pour le restituer à Emmanuelle, son auteur. De cette rencontre résulteront un coup de foudre, un mariage, puis Jérôme et Arnaud, fruits de leur passion dévorante. Mais quelques années plus tard, sur une petite route départementale, un poids lourd fauche Emmanuelle sous les yeux de son mari et de leurs deux enfants. Dès lors, Emmanuel, dont le bonheur familial et professionnel vole en éclats, s’interroge. Ce n’était peut-être pas un simple accident… De Paris à Los Angeles, une odyssée qui permettra à Emmanuel d’en découvrir autant sur son épouse que sur lui-même – deux êtres dont les fils symbolisent l’amour au-delà de la mort.

 

Avis :

coupdecoeur

En tant que lecteur on a tous des livres qui nous touchent plus ou moins, et des livres qui nous émeuvent tellement qu’ils restent gravé au fond de nous. Et je peux sans aucun doute vous dire que celui-ci fait partie de la seconde catégorie.

On va suivre l’histoire d’Emmanuel, il trouvera un recueil de poèmes sous un siège d’avion. Touché par son contenu il va tous faire pour retrouver l’auteur. De là il fera la rencontre d’Emmanuelle. En découlera une belle et magnifique histoire d’amour, un mariage et deux enfants. Mais lors d’une sortie en famille, ce bonheur sera bouleversé à jamais par la mort de sa dulcinée.

Emmanuel est un homme très attachant, touchant. Il croit sincèrement en l’amour, le vrai, l’indestructible.

La narration qu’a choisi l’auteur est assez audacieuse, car il nous relate l’histoire comme si l’auteur la revivait plusieurs fois et faisait des choix différents, tout en nous ouvrants les yeux sur ce qui c’est réellement passé. Il nous pousse aux questionnements, à la remise en question et surtout, il nous offre une incroyable leçon de vie. C’est une véritable célébration à l’amour.

On découvre comment Emmanuel survit après la perte de sa femme, comment il aurait réagit si on lui offrait la chance de revenir en arrière et de changer les choses.

Je ne m’attendais pas du tout à cela en ouvrant ce livre, j’ai étais totalement happé par la plume de l’auteur, d’une finisse incroyable, il nous émeut à chaque page. Malgré la tristesse de ce roman, on ressent toute la sincérité de l’histoire. L’auteur arrive à nous secoué et nous démontré que oui l’amour d’une vie existe bel et bien. Il donne tous son sens à l’expression « A la vie, à la mort ».

Et Jérôme-Arnaud Wagner à finit de m’achever à la lecture de ses remerciements. L’histoire prend encore plus de place dans notre cœur à ce moment et les larmes se remettent à couler. Car oui ce livre m’a fait pleuré, pas seulement pour sa tristesse, mais aussi par la beauté intérieur de ses personnages, un roman psychologique où l’amour et l’amitié sont les choses les plus importantes de toute une vie.

Je ne peux donc que vous conseillez ce livre qui allie fiction et biographie, qui sans conteste vous touchera au plus profond de votre cœur.

Je remercie les éditions Le cherche midi pour ce service presse

#Milie

Chronique : Maxence

Classé dans : Chroniques,Éditions Baudelaire — Clarisse @ 5 h 48 min

téléchargement

Titre : Maxence
Auteur : Fabrice SOULAY
Date de sortie : 14 août 2015
Thèmes : Animaux, changement
Prix : 20€ Format Broché
Maison d’édition : Baudelaire
Note : 4/10

Résumé :

« Il est sept heures, j’étire bras et jambes, tellement fort que je ressemble à un x, cela me fait sourire, le w étant très difficile à réaliser. Je reste au lit face au ciel dont le gris mélangé de perles, alpaga et anthracite s’harmonise avec le zinc de ma gouttière et le coton de mon pyjama. »

Célibataire, Maxence trouve le bonheur avec ses panthères et ses habitudes jusqu’au jour où un événement va bouleverser sa vie bien réglée.

Mon avis :

Maxence, la cinquantaine, solitaire et célibataire endurci a une routine bien cadrée. Toute la semaine, hors dimanche, il travaille dans le parc zoologique de sa ville. Il se contente de peu et s’en porte comme un charme.

Dans le zoo, auprès de ses panthères de toutes races, il se sent heureux. Pas besoin de plus pour être satisfait que de voir ses majestueux fauves tout au long de ses journées. Ça, c’est jusqu’à l’arrivée de Margaret, une zoologue spécialisée dans l’éthologie, très curieuse, qui ne le laisse pas indifférent.

De fil en aiguille, Maxence commence à éprouver des sentiments pour celle qui est devenue un membre de son équipe. Néanmoins, Margaret n’est là que pour un court instant. Est-ce que Maxence se jettera à l’eau pour voir jusqu’où pourrait aller leur possible histoire ?

J’ai eu vraiment du mal à ne pas m’endormir pendant ma lecture tant il y a peu d’action. L’auteur attache beaucoup d’importance au moindre détail et approfondit trop ses descriptions qui deviennent lassantes.

J’ai voulu par 3 fois refermer ce roman pour ne pas le reprendre, toutefois j’ai pris mon courage à deux mains et l’ai terminé. Je reste sur mon premier ressenti, ce livre n’est pas fait pour moi. Il y a un peu de romance, ce qui a allégé certains passages, mais cela n’enlève en rien mon ennui.

Merci aux éditions Baudelaire pour ce service presse.

#C 

10 octobre 2016

Chronique : Pretty Little Liars : Intégrale 1 des Menteuses

Classé dans : Chroniques,France Loisirs — Clarisse @ 7 h 18 min

pretty-little-liars---integrale-1-3770933-264-432

Titre : Pretty Little Liars : Intégrale 1 des Menteuses
Auteur : Sara Shepard
Date de sortie : septembre 2015
Thèmes : Suspense – Amitié – Amour-Chantage
Prix : 17€90 Format Broché
Maison d’édition : France Loisirs 
Note : 10/10

coupdecoeur

Résumé :

La disparition inexpliquée de leur amie Alison a séparé le clan que formaient Aria, Spencer, Hanna et Emily. Trois ans plus tard, chacune reçoit d’inquiétants sms d’un mystérieux « A ». Alison serait-elle de retour… et avec elle leurs plus inavouables secrets ?

Mon avis :

Bienvenue à Rosewood ! Rencontrez Aria Montgomery, Alison DiLaurentis, Hanna Marin, Emily Fields et Spencer Hastings, cinq meilleures amies lycéennes populaires, inséparables et liées par un crime dans cette petite ville d’Amérique.

Mais c’est alors qu’au cours d’une soirée tragique, Alison disparaît sans laisser de trace. Une disparition traumatisante qui remettra en question la vie des quatre autres. Des mois se sont écoulés depuis l’irréparable quand les filles reçoivent les messages d’un certain « A ». Croyant d’abord au retour de leur amie Alison, les filles décident de taire ces textos étranges, pensant que leur amie se joue d’elles et que cela allait s’arrêter.

Sauf qu’ils ne s’arrêtent pas, chaque jour les messages deviennent plus autoritaires, blessants et persécuteurs. Cette ou ces personne(s) s’évertue(nt) à faire remonter à la surface ce que chaque membre de la bande cherche à cacher désespérément. « A » est très mal attentionné, prêt à faire éclater des vérités destructrices pour accomplir son plan machiavélique de revanche sur ces adolescentes.

Gros coup de ♥ ! Je suis ACCRO !!

Je dois vous préciser qu’avant de me lancer dans les livres, j’ai d’abord fait la connaissance des filles sur le petit écran (j’en suis à la saison 6, donc je sais qui est le fameux A, et j’aimerais savoir s’il est le même ou si les scénaristes se sont réellement tiré les cheveux sur son personnage !).

Une amie m’avait conseillé de lire la saga mais bon, si c’était comme le flop magistral de Journal d’un vampire (Vampire Diaries). J’avais donc évité soigneusement de me la procurer. Quelle bêtise ! Je retrouve tous les personnages auxquels je me suis petit à petit attachée en visionnant la série TV. Ici ça diffère légèrement de l’adaptation, mais il y a toujours un subtil mélange d’une série pour adolescent et une plus basée sur les thrillers psychologiques qui pousse son lecteur à en vouloir toujours davantage à la fin de chaque tome !

Les quatre protagonistes ont chacune une place bien définie dans l’histoire. Aria, qui possède la touche créative avec sa passion pour la photo et les autres arts. Emilie, la sportive au grand cœur qui tombe facilement amoureuse, elle est très sensible. Hanna, l’ancienne hasbeen, ronde, devenue branchée et presque le portrait type de Alison.Puis Spencer, l’intello à qui tout réussit et dont l’esprit de compétition est effrayant.

Elles ont toutes une personnalité mise plus en avant par moments, on apprend à bien les connaître au fur et à mesure du roman. Elles forment à quatre une équipe étonnante qui mènera aussi A par le bout du nez, et ce malgré les déceptions que peuvent rencontrer toutes les jeunes filles de leur âge, ce que j’ai adoré.

Sara Shepard nous projette avec une facilité presque stressante dans le quotidien de ces 4 lycéennes qui sont martyrisées par toute une équipe, une armée de petits soldats sous l’emprise d’une seule personne : A.

On découvre bon nombre de secrets, connivences et mensonges sans pour autant faire tomber le masque, qu’est-ce que c’est frustrant ! Si je ne savais pas qui était le méchant de l’histoire, je soupçonnerais tout le monde, même Alison, d’être ce fameux A. Vivement la suite pour que j’aie la confirmation que c’est bien la même personne.

En bref,

Au menu, je vous propose du suspense, de l’amour, des meurtres et manipulations. Les maîtres mots de cette saga ! C’est très bien écrit, la tension est constante et les rebondissements incessants pour mon plaisir.

Merci aux éditions France Loisirs pour ce service presse qui est la réédition du phénomène « Les menteuses » dont vous retrouvez les 4 premiers tomes au complet dans cette première intégrale.

 

#C

123456
 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes