Nos lectures, nos passions

Découvrez toutes les lectures et nos passions

  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2015

30 novembre 2015

Chronique : Jusqu’à toi, Tome 1 : Altérée

Classé dans : Chroniques,Éditions J'ai Lu — Clarisse @ 9 h 08 min

jusqu-a-toi,-tome-1---alteree-664098-250-400

Titre : Jusqu’à toi, Tome 1 : Altérée
Auteur : J.L. Mac
Date de sortie :  4 Février 2015 
Thèmes : Romance érotique, Amour, Passion
Prix : 6€95 Format Broché
Maison d’édition : J’ai lu, Collection Pour Elle
Note : 8,5/10

Résumé : 

J’ai vingt-cinq ans, je gère une librairie de Las Vegas. Je m’appelle Joséphine, mais je préfère qu’on m’appelle Jo. Depuis le décès de mes parents, survenu bien des années plus tôt, je me sens lasse, indifférente à tout ce qui m’entoure. Ma seule échappatoire ? Les hommes. Le flirt. La luxure. Le sublime Damon, que j’ai rencontré par hasard entre deux piles de livres, tombe d’ailleurs à pic. Je me noie dans ses yeux, et son corps de rêve m’évoque la sensualité même. Dans ses bras, j’oublierai tout le temps d’une nuit, une seule. Mais s’il bouleversait mes certitudes à tout jamais ? Si j’étais prisonnière de mon propre désir ?

 

Mon avis : 

Joséphine est une jeune femme que j’ai adorée. Elle a eu une enfance difficile mais ne se laisse pas abattre. Elle travaille dans une librairie, a trouvé sa voie et ne pleurniche pas sur son sort. Jo pourrait se laisser aller avec ce qu’elle a vécu, mais elle est forte, indépendante et déterminée. Elle oublie sa douleur avec des coups d’un soir.

 

Mais un jour, elle va rencontrer Damon et là, tout va basculer. Damon est un jeune homme que j’ai beaucoup aimé. Il est aussi attachant que Jo. On sent qu’il cache quelque chose, mais on ne sent pas à quel point ce secret a été douloureux pour lui. Il a un côté surprotecteur un peu flippant et un égo surdimensionné.

 

L’histoire entre eux va commencer par un coup d’un soir, mais très vite évoluer vers quelque chose de différent.

 

Et là, j’ai juste eu envie de mettre des claques à Jo. Cette jeune femme forte et indépendante, elle m’a donné l’impression de perdre de son caractère face à Damon. Elle s’efface et se repose sur lui, elle devient « soumise » (pas dans le sens coquin) et je n’ai pas trop apprécié la personne que Jo devenait au contact de Damon.

 

 

Une histoire très agréable à lire. J’ai ri, j’ai pleuré. Ce couple m’a réellement touchée. Un récit addictif mélangeant drame et romance. On se met à la place de Jo assez facilement. L’écriture de l’auteur est fluide, les scènes de sexe assez torrides et nous apportent beaucoup de chaleur. Je dois dire que très vite, j’ai compris le secret de Damon, enfin je le pensais. Car même si on comprend une partie de ce qu’il cache, on passe à côté de la véritable histoire.

 

La fin de ce livre est juste WAHOU : oh mon dieu, ça ne peut pas finir comme ça ! Mes yeux étaient remplis de larmes quand je l’ai refermé. On comprend alors toute la détresse de nos deux personnages, les explications affluent, les sentiments nous submergent, et on s’imagine comment nous aurions réagi à la place de Jo mais aussi à la place de Damon.

 

En bref, une magnifique histoire qui malgré un récit qui semble joué d’avance, ne manque pas de nous surprendre, nous submerge d’émotions et nous rend addict jusqu’au bout

 

#Milie 

29 novembre 2015

Chronique : La meute du Phenix, Tome 3 : Nick Axton

Classé dans : Chroniques,Éditions Milady — Clarisse @ 10 h 12 min

la-meute-du-phenix,-tome-3---nick-axton-537721-250-400

Titre : La meute du Phenix, Tome 3 : Nick Axton
Auteur : Suzanne Wright
Date de sortie : 23 Janvier 2015 
Thèmes : Romance paranormale, Métamorphe,Âmes sœurs
Prix : 8€20 Format Broché
Maison d’édition : Milady
Note : 9/10

Résumé :

Des cendres de la meute renaîtra l’amour.

Shaya Critchley est une louve soumise, situation qui ne lui a jamais posé problème jusqu’à ce qu’elle découvre son âme sœur en la personne de Nick Axton : un puissant loup Alpha. Pas étonnant qu’un homme comme lui ne veuille pas s’unir à une fille comme elle. Mais alors pourquoi n’arrête-t-il pas de se mêler de sa vie au point de la pousser à fuir la ville ? Nick a pourtant une bonne raison de refuser de s’unir, un secret qu’il va devoir révéler à Shaya s’il espère conquérir le cœur de la fougueuse louve.


Mon avis : 

Une histoire de couple métamorphe. Pour ceux qui connaissent les premiers tomes et pensent que ce troisième tome est une banale répétition et bien non, certes c’est encore une histoire d’amour entre métamorphes mais elle est topissime.

Je vous le dis, c’est ça la finesse de cette saga, elle parle toujours d’une histoire de couple métamorphe mais il y a une personnalité différente entre chacun des personnages, et il y en a une pelle de personnages.

Dans ce tome, le couple est Nick Axton, mâle dominant et Alpha et Shaya, femelle soumise et meilleure amie de Taryne. L’Alpha de la meute du Phénix est mis sous les lumières des projecteurs. Nous voilà dans un nouveau cas de figure particulier, Nick est un alpha puissant et s’il s’imprègne de Shaya, elle va par conséquent devenir la femelle alpha de sa meute mais étant une soumise, Nick a peur pour sa sécurité, vu qu’il pense qu’elle ne fera pas le poids devant toutes les femelles alpha, elles vont la provoquer et tout le monde sait que les dominants sont plus forts physiquement que les soumis.

Mais il n’y a pas que de ça dont souffre Nick. Il a aussi une dégénérescence cognitive dûe à l’émergence précoce de son loup et chez les métamorphes, cela provoque de graves lésions.

Bien sûr, tout cela, Shaya ne le sait pas et ce petit détail de l’enfance de Nick, elle pense qu’il a honte d’avoir pour âme sœur une pauvre soumise alors pour être sûre de ne plus le croiser, elle décide avec l’aide de sa meute de partir faire sa vie ailleurs.

Mais Nick, en s’apercevant de sa disparition, comprend qu’il ne peut pas vivre sans elle et décide de la poursuivre sans relâche.

En même temps, un groupe d’extrémistes Anti-Métamorphes veut faire voter des lois pour empêcher toute liberté à tous les métamorphes et le chef du groupe d’extrémistes de la ville où Shaya s’est réfugiée n’est autre que le gardien de la maison de redressement où Nick a passé son adolescence après un fâcheux accident, le chef extrémiste est un vrai pourri qui a bien du sang sur les mains, il mériterait bien un bon coup de crocs.

C’est donc dans cette superbe ambiance que Nick va devoir courtiser Shaya, qui ne va pas lui faciliter la tâche, cela va sans dire. Ce tome se finit dans la presque même animosité que les précédents, une saga à lire si vous craquez pour les loups.

 

#Didi

 

28 novembre 2015

Chronique : Les Loups de Mercy Falls, tome 1 : Frisson

Classé dans : Chroniques,Éditions Black Moon — Clarisse @ 8 h 16 min

les-loups-de-mercy-falls,-tome-1---frisson-48581

Titre : Les Loups de Mercy Falls, tome 1 : Frisson
Auteur : Maggie Stiefvater
Date de sortie : 30 mars 2010
Thèmes : Loups, Amour, Hiver
Prix : 18€ Format Broché 
Maison d’édition :  Hachette Black Moon
Note : 7/10

Résumé :

Grace vit à Mercy Falls depuis son enfance. près de la petite ville se trouve des bois, habités par des loups. La jeune fille le sait très bien, étant donné que ces loups l’ont eux-mêmes attaquée lorsqu’elle était petite. Cependant, la jeune file ne se souvient que du loup aux merveilleux yeux jaunes. Celui qui l’a sauvé du reste de la meute.
Depuis, Grace l’observe constamment ; même si le loup ne s’approche jamais vraiment d’elle, la jeune fille l’apperçoit à l’orée de la forêt. Son loup.
Au lycée, Grace ne parle de lui qu’à deux personnes : ses deux meilleures amies, Rachel et Olivia. Assez solitaire, elle ne s’approche pas trop des autres élèves.
Jusqu’au jour où Jack Culpeper est retrouvé mort, attaqué par des loups. Incapable d’y croire, la jeune fille ne peut pas rester sans rien faire lorsqu’elle apprend qu’une battue est en cours pour abattra les loups. Courant arrêter les chasseurs, Grace fait la rencontre pour la moins mystérieuse de Sam… qu’elle retrouve nu devant chez elle, l’épaule en sang. Soupçonnant sa véritable nature, la jeune fille est cependant irrésistiblement attirée par lui. Son sauveur…

Mon avis :

Vivant en lisière de bois, la petite Grace jouait tranquillement dehors jusqu’à ce qu’un loup surgisse et l’emporte dans les bois au milieu de sa meute. Elle a été un peu mordue, un peu malmenée. L’un des plus jeunes loups de la meute, futur Alpha, vient à son secours et fait fuir ses compagnons. Ce gentil jeune loup aux yeux jaunes, Grace en gardera un souvenir à vie.

Dix ans plus tard, toujours habitant dans cette maison au bord des bois, Grace a développé une véritable passion pour les loups. Presque une obsession, ce dont ses deux meilleures amies lui en font régulièrement le reproche.
Tous les Hivers, elle voit son loup-sauveur qui l’a surveille et elle aimerait tant s’en approcher plus, qu’elle lui dépose même de la viande cru dans l’espoir, peut-être, de l’apprivoiser un peu. Mais le loup reste toujours à distance.

Le loup, c’est Sam. Il a 18 ans et est amoureux de Grace depuis leur enfance, depuis qu’il a vu cette petite fille recroquevillée sur elle-même parmi les siens. Il veille sur elle, il l’attends. Normalement, elle aurait dû se transformer après sa morsure. 

Le temps presse, le loup qui vit en Sam va bientôt reprendre le dessus de manière définitive. L’Hiver est là, et quand il est au contact du froid, sa nature se réveille. Sam est loup, nous sommes en Septembre, la transformation a lieu de plus en plus tard, la fin de son humanité est proche, c’est peut-être la dernière fois, peut-être qu’il ne redeviendra plus humain.

Mais un jour, un élève du lycée de Grace, Jack, est retrouvé mort. Des morsures. Tout le monde crie au loup ! Une battue est organisée dans les bois… La jeune fille est paniquée, non, il ne faut pas que les chausseurs tue « son » loup ! Elle essaie de s’interposer mais est vite renvoyée chez elle. 

Devant la porte de chez elle est affalé un jeune homme, nu et blessé par balle. Elle voit ses beaux yeux jaunes et comprends. C’est à son tour de le sauver. Elle le conduit à l’hôpital où on enlève la balle de Sam qui guérit rapidement sous les yeux ébahis de la jeune fille. Grace le ramène chez elle, à l’insu de ses parents trop souvent absents et indifférents à ses faits et gestes. Sam et elle se découvrent, s’entendent à merveille. Ils se connaissent depuis toujours finalement. C’est un amour pur qui nait entre eux. 

Mais l’hiver est là, Sam devrait être un loup. Mais il reste au chaud dans la maison, dans la voiture avec le chauffage obligatoire, ce qui retarde l’échéance…Grace ne sait plus quoi faire pour qu’il ne parte pas, pour qu’il ne mute pas pour la dernière fois, sans espoir de construire un futur à ses côtés. Il y a peut-être un remède, elle l’espère tant.

Ce livre m’a beaucoup touchée, sans être un coup de cœur.
Sam et Grace forment un couple très mignon que la nature est sur le point de séparer à tout jamais. 
La lecture est fluide, tout s’enchaine de manière à ne pas ennuyer le lecteur. Mais ça manque d’action et ça m’a assez déçue à ce niveau-là. Tout tourne autour des deux amoureux qui cherchent à se protéger l’un l’autre, l’un du froid, l’autre de la meute du jeune homme. Je lirai le tome 2, Fièvre, qui s’annonce plus intéressant et aussi car je veux connaitre la suite, bien entendu ! 

Extrait : 

Cet extrait est long, mais impossible de le raccourcir, c’est mon préféré ! 
Grace et Sam sont dans une boutique de bonbons/gourmandises géante.

« Elle s’est retournée avec un sourire pour les préparer. Un irrésistible arôme de chocolat a traversé en bourrasque le comptoir lorsqu’elle a ouvert la boite de cacao. pendant qu’elle laissait goutter de l’extrait de menthe dans des gobelets en carton, je me suis tournée vers Sam et j’ai saisi son autre main. Je me suis mise sur la pointe des pieds et je l’ai embrassé prestement sur les lèvres.
- Attaque-surprise !
Sam s’est penché et il m’a embrassée lui aussi, sa bouche s’attardant sur la mienne, et le contact rude de ses dents contre ma lèvre inférieure m’a fait frémir.
- Attaque-surprise-retour.
- Traître, ai-je dit d’une voix indûment voilée.
- Vous êtes trop choux, tous les deux, a commenté la vendeuse en posant sur le comptoir deux gobelets débordants de crème fouettée.
Son sourire était avenant, légèrement asymétrique, et je me suis qu’elle devait souvent rire.
- Sérieusement, ça fait combien de temps que vous êtes ensemble?
Sam a lâché ma main pour attraper son portefeuille d’où il a sorti quelques billets.
- Six ans.
J’ai plissé le nez pour ne pas rire. Lui tenait compte, bien sûr, de tout le temps pendant lequel nous appartenions à des espèces différentes.
- Whouaaa ! s’est exclamée la vendeuse en hochant la tête avec admiration. Pas mal, pour des jeunes comme vous !
Sam m’a passé mon gobelet sans répondre, mais ses yeux jaunes me dévoraient d’un air si possessif que je me suis demandé s’il se rendait compte que son regard était bien plus intime que n’importe quel attouchement.
Je me suis accroupie pour examiner les pralinés sur l’étagère du bas du comptoir.
- Un coup de foudre, ai-je précisé sans oser lever les yeux.
- C’est tellement romantique, ça ! a soupiré la vendeuse. Faites-moi plaisir et ne changez jamais, vous deux. Le monde a besoin de plus de coups de foudre.
- Tu veux ceux-là ? m’a demandé Sam d’une voix un peu éraillée.
Quelque chose accrochait dans son ton. J’ai réalisé que mes paroles l’avaient touché plus profondément que je ne l’avais prévu et je me suis demandé quand on lui avait dit qu’on l’aimait pour la dernière fois. »
#Aurélie 

24 novembre 2015

Chronique : Ma raison de vivre

Classé dans : Chroniques,Éditions PKJ — Clarisse @ 9 h 58 min

ma-raison-de-vivre-557497-250-400

Titre : Ma raison de vivre
Auteur : Rebecca Donovan
Date de sortie : 15 Mars 2015
Thèmes : Romance, Maltraitance, Amitié
Prix : 18€90 Format Broché
Maison d’édition : PKJ
Note : 10/10

coupdecoeur

Résumé : 

 

Lycéenne parfaite, athlète accomplie aux notes maximales, Emma n’a pourtant qu’une amie, Sara, et ne sort jamais. Personne ne la connaît vraiment. C’est ce mystère qui attire immédiatement Evan, tout juste arrivé de San Francisco. En quelques jours, il va bouleverser le quotidien bien huilé de la jeune fille, et devenir sa raison de vivre. Mais il ignore qu’en tentant coûte que coûte d’entrer dans sa vie, il la menace directement. En effet, Emma vit chez son oncle et sa tante qui la maltraitent quotidiennement, parfois jusqu’au sang. Et si elle fait profil bas, c’est avant tout pour que personne ne remarque ses nombreux bleus…

 


Mon avis : 


Voilà Emma, une jeune fille brillante qui vit chez sa tante et son oncle depuis le décès de son père et l’alcoolisme de sa mère. Elle n’a pour seule amie que Sara, et elle se plonge corps et âme dans ses études et les activités extrascolaires afin de fuir au maximum l’enfer qu’elle vit chez elle.

 

Emma est une jeune fille touchante, qui se renferme dans sa coquille pour survivre à la vie qu’elle a. Elle est la victime silencieuse de sa tante Carol. Sa vie est rythmée par ses études, le football Américain, Sara, mais surtout par la violence de sa tante. Personne ne sait, personne ne doit savoir. Emma se tait, se sacrifie pour vivre.

 

Et puis un jour, Evan va entrer dans sa vie. Elle va devoir lutter contre son attirance pour lui si elle ne veut pas que la vérité éclate. Ce jeune homme m’a fait fondre au plus haut point. Attachant, tendre, il ne lâchera pas Emma et devient vite sans s’en rendre compte sa bouée de sauvetage, la lumière au bout de son tunnel rempli par les ténèbres. Il ne sait pas qu’il aide Emma à ne pas flancher juste par sa présence. Ce récit m’a bouleversée à un point inimaginable. À chaque page, j’ai senti mon cœur se briser un peu plus, mes larmes couler un peu plus, et ma colère montait un peu plus.

 

 

Le talent de l’auteur est impressionnant par sa façon de nous faire ressentir la douleur d’Emma comme si c’était la nôtre. Sa plume est vraie, intense, elle ne cherche pas à faire dans la demi-mesure. Chaque situation nous amène dans un flot d’émotions intarissable. Je peux vous dire que je ne suis pas sortie indemne de ma lecture. Un livre à la fois très difficile à lire, mais tellement intense que l’on n’a pas envie de le lâcher.

 

Et pour couronner le tout, l’auteur nous offre une fin en clifhanger à nous glacer le sang. J’ai cru défaillir quand j’ai lu les dernières pages, mon cœur s’est arrêté, je me suis même vue mettre ma main devant ma bouche pour étouffer mes sanglots. Je me suis ensuite couchée le cœur lourd, les yeux gonflés et je me suis dit en toute honnêteté que ce livre faisait partie des meilleurs livres que j’ai pu lire de toute ma vie.

 

En bref, je vous conseille les yeux fermés cette magnifique lecture. Mais attention, prévoyez les mouchoirs. Attendez-vous à une lecture intense, qui ne vous laissera pas de répit émotionnel, qui vous troublera et dont vous ne ressortirez pas indemne.

 

Un grand bravo à l’auteur pour cette merveille. J’ai à la fois hâte de lire le deux mais j’appréhende énormément au vu de la fin du premier. Mais surtout, je me dis et j’espère qu’Emma ne souffrira plus, et après ma lecture du premier, j’ai besoin au fond de moi de savoir ce qui va se passer, même si je sais que je vais souffrir, pleurer, je le sens dans mes tripes, il faut que j’accompagne Emma jusqu’au bout.

 

#Milie 

23 novembre 2015

Chronique : Les Highlanders, Tome 1 : La Malédiction de l’Elfe Noir

Classé dans : Chroniques,Éditions J'ai Lu — Clarisse @ 14 h 09 min

les-highlanders,-tome-1---la-malediction-de-l-elfe-noir-257125-250-400

Titre : Les Highlanders, Tome 1 : La Malédiction de l’Elfe Noir
Auteur : Karen Marie Moning
Date de sortie :  2 Novembre 2011 
Thèmes : Highlander, Passion, Romance paranormale
Prix : 7€40 Format Broché
Maison d’édition : J’ai lu, collection pour Elle
Note : 7,5/10

Résumé : 

 

Hawk, beau comme le péché et le plus merveilleux des amants, n’est pas seulement recherché par presque toutes les femmes dans l’Ecosse de 1513, il est également le pion idéal dans le jeu auquel se livrent la reine des fées et sa cour. Le second pion, Adrienne de Simone, une femme du vingtième siècle, a eu sa part de problèmes avec les hommes, et espère ne jamais plus être dupée par leurs mots doux. Lorsque Grimm, l’ami de Hawk, fait le vœux que ce dernier trouve une femme belle et intelligente qui le repousse avec mépris, Adrienne se retrouve propulsée à travers le temps pour épouser Hawk. Bien de stupéfaite, elle se plie à la situation, et accepte de se faire passer pour Janet la folle, la future épouse. Lorsqu’elle rencontre son mari, Adrienne est éblouie par sa beauté… ce qui la conduit à lui résister de toutes ses forces. Mais ses rebuffades ne font qu’encourager Hawk à essayer encore et encore et lorsque le forgeron, Adam Black, tente de séduire Adrienne, des étincelles volent et le jeu prend une tout autre dimension. Ajoutez à cela une femme jalouse, l’ancienne maîtresse de Hawk, le tempérament obstiné d’Adrienne et un groupe de marieuses, et voilà les Highlands sens dessus dessous.

Mon avis : 

Un simple vœu pourrait bien réaliser votre cauchemar le plus affreux.

Hawk, un valeureux highlander du XVI siècle et doté d’un charme ensorceleur, n’a pas eu de chance lorsque son don conquit Aoibheal, la reine des fées. Cette dernière ne jure que par lui, ce qui entraîne les foudres du roi quand celui-ci a vent de la passion de son épouse pour le beau guerrier.

Le roi charge son bouffon de trouver LA femme dont Hawk sera épris mais qui le repoussera toujours.

Voilà comment Adrienne de Simone finira propulsée au XVI pour prendre l’identité de la future promise du tombeur de ces dames !!

Adrienne eut une longue acclimatation dans son nouvel environnement, son caractère explosif en fera voir des belles et des pas mûres au fougeux Hawk qui ne lâchera pas pour autant ces efforts pour le séduire.

Malheureusement, Adrienne est totalement perdue par son retour dans le passé, comment pourrait-elle aimer ce grand rustre qui ne pense qu’à marchander des baisers contre sa dose quotidienne de café ?? Et qui a cause de lui se retrouve avec sa tête mise à prix.

Une romance historique très comique qui m’a fait rire, surtout dans les prises de bec des deux personnages principaux. Un premier roman de cet auteur que j’ai très apprécié, je lirai la suite avec plaisir mais je n’en ferai pas une priorité.

#C

 

22 novembre 2015

Chronique : La Soumise, Tome 4 : L’appât

Classé dans : Chroniques,Éditions Marabout,Partenaires — Clarisse @ 10 h 50 min

la-soumise,-tome-4---l-appat-597995-250-400

Titre : La Soumise, Tome 4 : L’appât
Auteur :
Tara Sue Me
Date de sortie :
8 Avril 2015 
Thèmes :
BdsmVoyeurismeRelation Dominant/ Soumise
Prix : 6€99 Format Broché
Maison d’édition : Editions Marabout 
Note : 9/10

Résumé : 

Abby West a tout ce qu’elle désirait : une famille, une carrière et un mari sexy, un dominant qui satisfait tous ses besoins. Mais alors que sa vie « hors les murs » de la chambre à coucher devient mouvementée, les exigences Nathaniel se font de plus en plus extrêmes. Abby ne peut toutefois pas nier la façon don son corps réagit à ses ordres… Entre les réticences d’Abby et les demandes inflexibles de Nathaniel, le délicat équilibre entre le dominant et sa soumise est menacé.


Mon avis : 

Nous retrouvons Abby et Nathaniel, mariés et avec deux enfants, plus heureux que jamais. Mais voilà, Nathaniel devient tout à coup plus exigeant dans ses besoins avec Abby. Au départ, cela est vite déroutant. Eh oui, la routine… Malheureusement, aucun couple n’en est à l’abri. Et Nathaniel et Abby vont en faire les frais.

 

 

J’ai une fois de plus pris beaucoup de plaisir à retrouver nos deux protagonistes. J’ai retrouvé des personnages qui avaient mûri. Ce tome était pour moi très intense, on les retrouve dans des situations tantôt touchantes, tantôt drôles, mais également des situations qui m’ont laissée perplexe.

 

Je peinais à y croire, j’avais mal pour Abby, je ne comprenais tout simplement pas ce qui se passait, et surtout je ne comprenais pas Nathaniel. Abby a su faire face à tout cela avec beaucoup de sagesse, elle a une faculté d’analyse exceptionnelle. Malgré qu’elle se laisse de temps en temps submerger par ses émotions, elle est incroyablement courageuse.

 

On ressent l’amour qu’ils se portent puissance mille dans ce tome. Un tome très intense, on laisse défiler les pages, totalement surpassé par nos sentiments. Ici l’amour, le chagrin, la colère, la haine se côtoient, et j’avoue que quelques scènes m’ont retourné les tripes et vraiment fait mal au cœur pour Abby. De l’incompréhension m’a suivie tout au long de ma lecture, je me demandais pourquoi Nathaniel lui faisait subir tout cela.

 

Et puis, nos amoureux se livrent l’un à l’autre et là, l’incompréhension fait place aux larmes, on comprend et on aime nous aussi.

 

En bref, une fois de plus la plume de Tara Sue Me nous transporte, nous fait sortir de nos gonds, nous propulse hors de notre zone de confort. Une plume magnifique, intense, une histoire qui nous captive de page en page, nous transporte dans une myriade d’émotions plus fortes les unes que les autres. Un grand bravo à l’auteur pour son talent.

Merci aux Editions Marabout pour ce service presse. 

Editions Marabout

 

#Milie 

21 novembre 2015

Chronique : Hell’s Horsemen, Tome 2 : Imparfait

Classé dans : Chroniques,Éditions J'ai Lu — Clarisse @ 17 h 04 min

hell-s-horsemen,-tome-2---imparfait-627768-250-400

Titre : Hell’s Horsemen, Tome 2 : Imparfait
Auteur : Madeline Sheehan
Date de sortie :  3 Juin 2015 
Thèmes : 
Romance Contemporaine,Erotisme, Bikers 

Prix : 7€95 Format Broché
Maison d’édition : J’ai lu pour Elle
Note : 10/10

coupdecoeur
Résumé : 

Danielle West, que chacun surnomme Danny, est la fille de Deuce, le président des Hell’s Horsemen, un célèbre club de motards. Ripper, lui, en est l’un des membres éminents, comptant parmi les proches amis de Deuce. Une nuit d’été, Danny et Ripper se rapprochent fatalement, et leur destin s’en trouve à jamais bouleversé. Ils s’aiment à la folie dans le plus grand secret. Nul ne doit savoir, et si d’aventure Deuce apprenait leur liaison indécente, il les briserait tous deux. Qui, d’ailleurs, pourrait imaginer la gamine aux cheveux blonds et aux tenues roses pailletées dans les bras de Ripper, cet homme balafré et profondément tourmenté…  ?

 

Mon avis : 

Danielle West est bien la fille de son père : elle en possède le caractère, sa blondeur, sa faculté à tomber raide dingue du mauvais mec et à attirer toutes les merdes qui compliquent bien sa vie paisible.

Pendant son bal de fin d’année , son cœur va surchauffer quand le terrible Ripper, l’un des bras droits de son père, va lui servir de cavalier lors d’une danse endiablée. La tension sexuelle régnera dans cette danse collé/serré, et ils céderont facilement à cette attraction avec une partie de jambes en l’air qui pourrait bien mener Ripper six pieds sous terre, en plus du beau trou dans la poitrine qu’il risque d’avoir à force de se frotter à Danny.

Toutefois , Ripper est un dieu. D’accord, c’est un parfait connard doublé d’un lâche sans couilles après s’être tiré sans dire un mot à Danny mais merde, s’il me demandait de monter à l’arrière de sa mot , j’y courrais, car en vrai il a un bon fond (Ok, un fond assez potable). Il ne faut pas oublier que c’est un queutard de biker (réplique volée à Tegen), et que malgré les affreuses cicatrices de son visage qu’il a du mal à accepter, il est irrésistible.

Le plus de ce book , on a droit aux déboires du couple Danny/Ripper mais aussi à un aperçu du tome futur avec la brouille qui s’annonce entre Tegen et Cage (mini Deuce). L’auteur me met déjà l’eau à la bouche !!

Oh oui, cette suite est bonne, meilleure encore que l’histoire d’avant, un vrai plaisir de retrouver cette bande de bikers, le club, leurs trafics. Ils forment une grande famille soudée, peu conventionnelle et qui a un vrai code d’honneur et du respect envers chacun de ses membres.

Madeline Sheeran m’a fait kiffer ma lecture, elle est la première auteur qui me fait lire une romance épicée dans le monde impitoyable qu’est ce gang de moto. Un coup de cœur pour cette suite.

 

#C 

Chronique : Humaine, tome 1 : Humaine

Classé dans : Chroniques,Éditions Albin Michel — Clarisse @ 10 h 01 min

humaine,-tome-1---humaine-141843

Titre : Humaine, tome 1 : Humaine
Auteur : Rebecca Maizel
Date de sortie : 6 Avril 2011
Thèmes : Vampires, Romance, Humanité, adolescence
Prix : 16€ Format Broché
Maison d’édition : Albin Michel
Note : 8/10

Résumé :

Je te libère…
Je te libère, Lenah Beaudonte.
Garde espoir et sois libre…

Ce sont les derniers mots dont je me souviens. Avant eux, J’étais la vampire la plus belle et la plus cruelle de tous les temps. Maintenant, je suis une jeune fille de seize ans, je veux sentir le soleil sur ma peau et ce que c’est qu’être amoureuse. Je veux savoir ce que ça fait de redevenir humaine.

Mon avis :

Lenah a été transformée en vampire alors qu’elle allait avoir 16 ans et elle l’est restée pendant 500 ans.
 
Dans ce livre, être un vampire est une malédiction, l’être le plus bon devient cruel et malheureux. 
Redevenir humain est un but qui, malgré un rituel magique, n’est jamais devenu réalité. 

Lenah est devenue vampire car le mystérieux et sublime Rhode est tombée amoureux d’elle. Et quand un vampire aime, il est lié à cette personne pour l’éternité. La jeune fille, une fois transformée, l’a aimé aussi, pendant des siècles. Mais à côté de ça, sa personnalité a changé, elle est devenue cruelle et assoiffée de sang. Le lot de tout vampire. Ils perdent leur humanité. Rhode la quitte pendant de longues années. Durant ce temps-là, Lenah cherche à se faire une famille, un Cercle magique où les vampires sont liés les uns au autres. Elle transforme quatre jeunes hommes aussi beaux qu’utiles à ses desseins puis elle rencontre Vicken, un jeune et beau soldat. Celui qui clôture son Cercle et qui tombe amoureux de la jeune fille, sans espoir de l’être véritablement en retour, car malgré tout, Rhode règnera toujours dans le cœur de Lenah.

Mais Rhode est de retour et lui dit qu’il va apprendre le rituel pour la faire redevenir humaine. Lenah doit hiberner 100 ans, il l’a réveillera et l’a transformera. Nous sommes en 1903. Le Cercle de la jeune vampire est au courant de son hibernation et pense qu’elle sera à nouveau à son côté le soir de la Nuit Rouge, le 31 Octobre, un siècle plus tard. 

100 ans passent, mais deux mois avant la date fatidique, Rhode réveille Lenah et effectue son rituel. 
Il réussit, mais en contre partie, il doit y laisser la vie. Avant de mourir, il explique tout ce que la jeune fille a à savoir. 
Sa nouvelle vie est à présent au lycée de Wickam, un lycée haut de gamme, une pension. Au bord de l’océan que Lenah n’a toujours vu que la nuit…

Lenah a 16 ans, elle est humaine. Son âme sœur est mort et elle est seule, elle ne connait pas la modernité et la technologie mais apprends vite. Son humanité est revenue. Ses hormones d’adolescente refont surface. Ses souvenirs sont intacts mais elle est incapable de redevenir celle qu’elle était avant. Elle s’adapte peu à peu et se fait un ami : Tony. 
Ses pouvoirs de vampires (les sens exacerbés) sont toujours présents mais vont disparaitre à force d’être au contact des humains. 

Ça y est, elle s’amuse, elle est heureuse, elle tombe amoureuse. C’est une jeune fille comme les autres, ou presque. 
Son ancienne vie est terminée. 

Elle a deux mois de tranquillité. 

Deux mois, car le 31 Octobre, son Cercle va l’attendre. Sans la trouver, et ils vont la chercher…Surtout Vicken.

J’ai purement et simplement adoré ce livre. Il aurait pu être un coup de coeur mais la seule chose qui m’en empêche vraiment est la grande différence de caractère entre Lenah la reine vampire cruelle et la nouvelle Lenah, adolescente amoureuse. J’ai apprécié d’avoir des flashback de son ancienne vie de vampire au côté de Rhode et des autres (Vicken est un personnage très intéressant et va le devenir de plus en plus !), ça aide à comprendre l’histoire, sa douleur, ses envies, son amour. 

Le livre existe en poche et le tome 2 est sorti (mais je vous déconseille de lire le résumé si vous ne voulez pas être spoilés, sauf si la fin du 1 vous frustre affreusement, dans ce cas, ça vous soulagera surement). C’est une trilogie, la 3eme sort en 2016.

Extrait : 

FLASHBACK entre Lenah et Rhode. 

« - La douleur est trop forte, je n’en peux plus.
- Tu pourrais réessayer. Te consacrer à moi, à ton amour pour moi, me suggéra-t-il d’une voix douce.
- Toi, qui t’en vas.
Rhode me prit les mains.
- Tu es injuste.
- Même t’aimer est une malédiction. Je ne peux pas réellement te toucher. Je regarde les humains que nous prenons, et même eux peuvent ressentir quelque chose. Même dans les derniers instants de leur vie, ils ont de l’air dans les poumons et un goût dans la bouche.
Rhode tenait ma paume entre les siennes ; la chaleur, la sensation de sa passion pour moi remonta dans mon bras et dans tout mon corps. Je fermai les yeux pour savourer cet instant, fugacement soulagée des innombrables tragédies qui reposaient en moi. Puis je les rouvris et m’éloignai d’un pas.
- J’en perds la raison, et j’ignore combien de temps encore je pourrai tenir. (Je marquai un silence, afin de choisir soigneusement mes mots.) Depuis que tu as découvert le rituel, je n’ai plus que cela en tête. Mon évasion.
Je devais avoir l’air d’une folle, j’en avais la certitude.
- J’en ai besoin. J’en ai besoin. Que Dieu me vienne en aide, Rhode, parce que si tu ne le fais pas, je m’avancerai dans le soleil jusqu’à ce qu’il me consume.
Une bourrasque faillit emporter son chapeau. Rhode lâcha précipitamment ma main. Il avait encore ses cheveux longs, à l’époque : ils tombaient sur ses épaules et sur sa redingote.
- Tu oses me faire un chantage au suicide ? Ne sois pas mesquine, Lenah. Personne n’a jamais survécu au rituel. Des milliers de vampires ont essayé. Tous, jusqu’au dernier, sont morts en chemin. Crois-tu que je pourrais supporter de te perdre ? Que je pourrais renoncer à toi ? »

#Aurélie 

20 novembre 2015

Chronique : Les Biscuitières

Classé dans : Chroniques,Éditions La Musardine,Partenaires — Clarisse @ 18 h 23 min

les-biscuitieres-478124

Titre : Les Biscuitières
Auteur : Esparbec
Thèmes : Pornographie, Domination
Prix : 9,95€ Format Broché
Maison d’édition : La Musardine
Note : 4/10

Résumé : 

Charlotte arrive un beau matin, conduite par son père, dans la biscuiterie du comte Z. pour y entrer comme apprentie. Elle travaillera sous la protection de Mélanie, la maîtresse du comte, qui règne en despote absolue sur les biscuitières. Initiée aux joies troubles du saphisme par Mélanie qui ne tarde pas à en faire sa poupée, Charlotte est bien vite entraînée dans des jeux de domination particulièrement scabreux sur la personne du garçon de bureau, Philéas. Sans compter sur Rosalinde Darley, la fille du pasteur, une voyeuse impénitente, qui lui fait découvrir peu à peu tous les secrets de la biscuiterie et de ses biscuitières.

Mon avis : 

Tout d’abord, il ne faut pas confondre roman érotique et roman pornographique, ça risque de vous faire drôle si vous tenter la lecture ! C’est la première fois que je lis un véritable roman porno. 

Charlotte a 16 ans. Son père décide qu’il est temps pour elle de travailler et de ramener des sous à la maison. Il l’amène à la Biscuiterie pour qu’elle y devienne apprentie. Mais la biscuiterie, plus particulièrement les biscuitières, a une sacré réputation. On dit que les jeunes femmes qui y travaillent ont des mœurs très légères…

La jeune fille est présentée à Mme Mélanie, la responsable du personnel, qui l’a prends sous son aile (et entre ses mains).

 
Elle rencontre Philéas, jeune homme timide au premier abord, c’est le « pantin » de Mélanie, qui le domine à tout va ! 
Je ne vous raconte pas cette scène assez surprenante où, devenant la complice de Mélanie, Charlotte et sa patronne coursent Philéas, vêtu d’un tutu qui lui découvre les fesses et l’entrejambe, armées de martinets !

Je vous avoue que ça ne m’a pas du tout excitée mais j’ai rigolé car c’est très bien décrit…

Vous vous en douter. 

La jeune Mélanie n’a pas froid au yeux et vit à fond ses aventures…

Chaque chapitre a un thème particulier : Le saphisme, les martinets…et autres pratiques sexuelles plus ou moins admissibles (selon les goûts de chacun). 

Certaines choses m’ont dérangé (le jeune âge des filles notamment), d’autres moins. Il n’en reste que ce n’est pas de la grande littérature mais ça reste distrayant. J’aurai lu un porno au moins une fois dans ma vie, je mourrai moins bête ! :p

Merci à La Musardine pour ce service presse.

La Musardine  

#Aurélie 

Chronique : Les Biscuitières dans Chroniques cleardot

Chronique : Demain j’arrête !

Classé dans : Chroniques — Clarisse @ 15 h 41 min

demain-j-arrete---3855793-250-400

Titre : Demain j’arrête !
AuteurGilles Legardinier
Date de sortie : 4 Avril 2013 
Thèmes : HumourComédie,Chick lit
Prix : 7€70 Format Broché
Maison d’édition : Pocket

Note : 9/10

 

Résumé :

 

 Et vous, quel est le truc le plus stupide que vous ayez jamais fait ? Comme tout le monde, Julie en a fait beaucoup. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu – obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… 
Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants.

 

 

 

Mon avis :

Julie est formidable. Un personnage tellement pétillant et un peu barré. Julie nous raconte ce qu’elle a fait de plus dingue ces derniers mois et on peut dire qu’elle n’a pas chômé. Tout ça à cause de son nouveau voisin ou plutôt du nom super drôle dudit voisin et puis après ce sera à cause de sa belle gueule et du beau fessier de celui-ci.

Julie va, au fil de de l’histoire, changer de plus en plus sa vie et de façon drôle, unique et complètement folle.

C’est peu de le dire puisqu’à plusieurs reprises, elle risque même de finir en prison.

L’amitié qu’elle a avec toutes ses copines du club des célibataires, sa meilleure amie et son copain d’enfance est plus que belle et va l’amener à faire des choses délirantes.

On lit avec tellement d’enthousiasme et Julie me rappelle à quel point nous les femmes nous pouvons faire des choses plutôt stupides par amour et que parfois ça peut aller très loin.

Tout d’abord, dans la tête, elle s’imagine des tas d’histoires sur son nouveau voisin. Qu’il est sûrement un agent secret ou peut-être que celui-ci est en fait un malfrat qui s’apprête à faire évader sa belle de prison, ce qui la déprime…

On voit aussi que l’amour la pousse à faire des choses stupides pour en connaître un peu plus sur celui qui la fait rêver. Ça peut aller de tout simplement courir après la douche pour le regarder par la porte monter des escaliers et se vautrer toute nue dans son couloir parce qu’on n’a même pas pris le temps de s’essuyer les pieds en sortant de la douche ou carrément prendre la décision la plus folle de sa vie, celle qui va tout changer.

Voilà ce que raconte ce livre avec toutes les petites histoires du quartier où elle habite.

 La boulangère qui se dispute tout le temps avec l’épicier, la petite mamie du Sud qui vit seule et qui ramène tous les jours une charrette entière de courses ou encore le petit prétentieux qui croit que tout lui est dû. Une histoire qui pourrait être la nôtre, un quartier qui pourrait être le nôtre et qui est tellement exceptionnel en même temps.

Gilles Legardinier a cette façon d’écrire sur des choses graves ou tristes avec une grande  simplicité . Je vous conseille cette lecture comme j’ai pu vous conseiller les autres livres de Gilles Legardinier. C’est frais, c’est facile à lire et les histoires sont à chaque fois bourrées d’émotions. Un coup de coeur pour cet auteur.

#Didi 

1234
 

Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Poésies De Manuelle Ave...
| Espriterrant
| Nuage de textes